novembre 2014 archive

Le « non » à son paroxysme

ouimaisnon

Moi : « mon tout p’tit, tu viens mettre ton manteau ? »

Lui : secouage de tête en bonne et dûe forme

–> Non ferme et définitif

 

Moi : « mon tout p’tit, on va prendre le bain ? »

Lui : prend ses jambes à son cou et se cache derrière le rideau (sacrée planque non ?)

–> Non mais une fois que je suis dedans Oui car je suis trop happy !

 

Moi : « mon tout p’tit, tu veux un gâteau ? »

Lui : « Non ! »

Moi : « Ok alors je le range »

Lui : prise de possession de son corps par un démon maléfique

–> Non mais en fait ça voulait dire Oui

 

Moi : « mon tout p’tit, on va au dodo ? »

Lui : « dodo ? »

–> Oui qui finalement veut dire Non car chouine à la mort lorsqu’il est dans son pieu

 

Moi : « mon tout p’tit, tu viens me faire un câlin ? »

Lui : se rue sur son nounours pour le prendre dans ses bras

–> Oui je veux faire un câlin mais Non pas à toi !

 

Moi : « mon tout p’tit, on lit une histoire ? »

Lui : me ramène le livre et se met à hurler dès que je commence à lire

–> Oui je veux le livre mais Non pas pour lire une histoire (en réalité pour crayonner au feutre toutes les pages !)

 

Moi : « mon tout p’tit, on va manger ? »

Lui : « n’appétit » (comprenez bon appétit hein…)

–> Oui je veux manger mais Non pas ta merde (c’est bien pour ça que je fais tomber l’assiette pleine de sauce tomate par terre)

 

Sinon en ce moment vous ça va ??? Parce que moi suis un peu crevée…

Un deuxième enfant… Pour réparer ?

envie bébé 2

Depuis quelque temps maintenant, l’Homme et moi nous posons la question d’un deuxième enfant. Nous en discutons encore et encore sans jamais être en mesure d’arrêter notre choix.

Car, voyez vous, j’ai l’impression que décider de faire un deuxième enfant ne relève pas des mêmes mécanismes que pour un premier. Même si l’inconnu est présent pour tout enfant que l’on met au monde, l’expérience du premier apporte tout de même quelques éclairages sur ce qui nous attend. Mais là n’est pas le sujet de mon billet.

Je suis une personne qui se questionne beaucoup (trop ?). Et, au regard de mon introspection, je me demande dans quelle mesure faire un deuxième enfant ne serait-il pas un moyen de « réparer ».

Pour celles et ceux qui m’ont lue, vous aurez pu constater à quel point les premiers mois de vie de mon fils ont été difficiles. Nous avons mis beaucoup de temps à nous apprivoiser. Ce lien mère-enfant s’est créé lentement. Le handicap s’en est mêlé, générant beaucoup d’angoisse, ce qui n’est pas sans expliquer la façon dont j’ai vécu mon congé maternité.

Et cette envie d’un deuxième enfant me questionne : comment, au regard de tout ce que j’ai vécu, avoir ce désir ? La réponse qui me vient spontanément, c’est ce besoin de réparer. Or, je trouve cela totalement injuste : réparer auprès d’un deuxième enfant ce que l’on a fait subir au premier. Mes propos peuvent être perçus comme virulents. Or, c’est mon ressenti. Je suis honnête envers moi-même : je n’ai pas offert à mon fils une jolie entrée dans la vie. Certes, les choses se sont apaisées. Toujours est-il que les faits sont là.

Ce deuxième enfant, alors qu’il est seulement pensé, devrait avoir à porter tout ça… Et ça aussi, c’est injuste. Mais comment faire les choses autrement ? N’agissons nous pas en fonction de nos expériences passées ? Pourtant je culpabilise. Vis-à-vis de mon fils. De cet enfant qui a pâti de mon mal être. Sans rien n’avoir demandé à personne. Et ce deuxième enfant, à peine désiré qu’il doit déjà panser mes blessures…

A mesure que je pose ces mots, je m’interroge : sommes nous, enfin suis-je prête ? Déjà la question s’était posée pour notre fils. La réponse que nous avions alors trouvée à l’époque : nous ne serons jamais prêts. Que signifie être prêt ? Etre prêt à quoi ? Préparer oui mais prêt…

Un deuxième enfant : choix de raison, choix du cœur ?… Il va me falloir encore beaucoup cheminer. En parler encore et encore avec mon Homme. Parler pour exorciser. Parler pour évacuer. Parler pour concrétiser. Parler, parler, parler…

Au secours ! Je ressemble à ma mère!

lol le film

  • Tu me bipes quand t’arrives?
  • Mets ton manteau, tu vas avoir froid !
  • Tu me bipes quand tu pars ?
  • T’es sûr que tu veux pas que je te fasse un petit lait-miel ?
  • Tu m’envois un texto quand t’es sur place ?
  • Tu devrais prendre rendez-vous chez le médecin…
  • Ca fait 10 minutes (10 secondes en réalité) que j’aurais dû avoir de tes nouvelles, je m’inquiète !
  • T’as pensé à appeler l’assurance ?
  • Bon, si dans 5 minutes j’ai pas de tes nouvelles, j’appelle !
  • Tu devrais ralentir sur le vin là…
  • J’ai appelé et tu répondais pas. Alors oui je fais une crise mais j’ai cru que t’étais mort nom de Dieu !
  • Non mais t’as vu comme t’es fringué !
  • Tu devrais pas porter les cartons comme ça ! Tu vas te faire mal au dos…
  • Mais pense un peu par toi-même ! Je ne suis pas ta mère !!!!

 

J’ai beau lutter, rien n’y fait… Quand je m’entends parler parfois, j’ai l’impression d’entendre ma mère !

1 2 3 4 5