Archive of ‘Ma vie de maman’ category

Je me sens comme un intrus dans ma maison…

papa enfant

Ces mots, forts, sont à la hauteur de ce que l’Homme ressent… « J’ai beau lutter contre ça, je me sens absent… Je vois bien qu’ils sont plus proches de toi… Tu es leur repère, moi je me sens accessoire… »

Bien avant d’avoir des enfants, nous avions chacun notre vision de la parentalité. Etre plus présent que son propre père, tel était l’objectif de l’Homme. Force est de constater qu’il se sent échoué.

A mes yeux pourtant, il est le meilleur papa dont mes enfants puissent rêver. Toutefois, mon point de vue importe peu. J’ai beau tenter de le rassurer, l’encourager, le réconforter, le conseiller. Rien y fait. Il se sent défaillant.

Malgré lui, il est très accaparé par son boulot. Il ne fait pas d’heure supplémentaire, pas d’astreinte, pas de déplacement. Mais les faits sont là. J’ai des horaires plus souples que l’Homme. Naturellement, je passe donc plus de temps avec les enfants. Nous avons nos rituels, nos repères. Le soir venu, lorsqu’il rentre, il doit se greffer. « Je me sens spectateur » dit-il. Comment ne pas le comprendre…

A ma façon, je tente de le faire participer à notre quotidien. Je lui raconte de petites anecdotes. Je lui envoie des photos. Je lui fais part de tout, des bons moments comme des mauvais. Je lui demande conseil. La plupart du temps, cela lui fait plaisir. Cependant, parfois, je sens bien qu’il est peiné d’être loin de nous, comme s’il nous regardait vivre à travers un écran…

Il entretient pourtant une relation privilégiée avec ses enfants. Ils ont leurs moments. J’essaie, autant que faire se peut, de ne pas m’immiscer. Toutefois, lorsque je m’éloigne un peu trop, les enfants me cherchent, me réclament. A mon sens, ils ont simplement besoin de savoir que je suis là. L’Homme interprète cela comme si, lui, ne leur suffisait pas…

Alors que faire ? Comment l’aider à se sentir plus épanoui dans son rôle de père ? De toute évidence, la façon dont nous vivons les choses ne le satisfait pas. Mon approche actuelle est de continuer à en discuter avec lui afin qu’ensemble, nous trouvions des solutions. Le chemin sera sans doute long mais je ne doute pas de lui. Il trouvera SA place.

Et chez toi, comment cela se passe ? Plutôt papa épanoui ou papa frustré ?

Le très très GROS cahier d’activités de Balthazar et de Pépin !

très très gros cahier d activités de Balthazar et de Pépin

Si tu cherches une activité où ton enfant joue seul, en autonomie (avoir la paix en somme), je te conseille de passer ton chemin ! Si tu te lances dans ce très très gros cahier (et il n’y a pas de publicité mensongère dans l’intitulé ! Ce bouquin est vraiment énorme ! On en a pour toutes les vacances ! Noël y compris !), il te faudra être pleinement présent(e) pour ton bambin ! D’ailleurs, on t’annonce la couleur direct en te proposant un « mode d’emploi » concernant la meilleure façon d’accompagner ton enfant (s’il pouvait faire la même chose pour le retour à la maison suite à la naissance de bébé, ce serait top !).

Bon, assez bavassé, que contient ce cahier d’activités ??? Les images étant parfois plus parlantes que les mots, j’ai choisi de shooté (en mode photographe hein, pas en mode junkie) quelques passages du dit cahier :

très très gros cahier d activité 1

IMG_20170727_091934607

Les « classiques » lettres …

IMG_20170727_094939761

… chiffres …

IMG_20170727_100143961

… et formes!

IMG_20170727_103908982

Des tangram : gros moment de solitude pour ma personne (deux mains gauches obligent…)

IMG_20170727_103340119

Des recettes (« Maman, on peut faire un gâteau??? Alléééé!!! Z’ai faim mouaaaaa!!!)

IMG_20170727_103236264

Des moments où on laisse place à son imaginaire …

IMG_20170727_100305069

Apprendre à différencier la droite et de sa gauche et en profiter pour scander une comptine, que je garderai en tête jusqu’à la fin des vacances (Un petit pouce qui danse, un petit pouce qui danse, un petit pouce qui danse et ça suffit pour s’amuser… Voilà, c’est cadeau!)

IMG_20170727_094617829

Des choses qu’on fera plus tard « Ze suis trop petit pour faire ça maman! Ze ferai ça quand ze serai un adulte! »

IMG_20170727_100743723

Y a plus de saison ma pov’dame!

Tu remarqueras la qualité implacable de mes photos ! Que veux-tu, pendant que certains passent au Reflex, je suis restée à l’appareil photo jetable Kodak…

Sont donc explorées dans ce cahier de nombreuses notions telles les classiques lettres/chiffres mais aussi les formes, les unités de longueur, de poids, la latéralité, les saisons, le graphisme, les sons … (je ne vais pas tout énumérer sous peine d’y être encore dans deux jours !). Différents supports sont utilisés pour  explorer ces notions : coloriage, points à relier, cherche et trouve, dessin, découpage, gommettes, …

Note à toi-même : si tu as un enfant curieux, qui pose beaucoup de questions, tu n’es pas sorti(e) du foin ! « Maman, ça veut dire quoi préhistorique ? C’est quoi une autre époque ? Avant nous, y avait qui ? T’as connu le préhistorique toi maman ? »

Ce que j’aime :

– le fait que ce cahier d’activités soit hyper complet

– la multitude de supports utilisés pour capter l’attention de l’enfant

– le fait que cet outil ne se donne pas pour unique objectif de développer les savoirs « concrets » de l’enfant (lettres, chiffres, etc.) mais qu’il l’amène aussi à faire appel à son imaginaire, à développer sa curiosité, à se questionner, se projeter…

– le fait qu’en tant que parent, il te faut aussi faire appel à certaines qualités : la patience, l’étayage, la bienveillance, … (des qualités relativement atrophiées chez moi).

Ce que j’aime moins :

– la redondance de certaines activités

– la nécessité que le parent soit pleinement disponible pour son enfant (en soi, je n’y vois pas d’inconvénient mais cela s’avère parfois difficile lorsque tu as un 15 mois dans les jambes…)

Place maintenant à l’avis de mon quatr’an :

– Moi : Alors, qu’est ce que tu penses du cahier ?

– Lui : Il est zoli ! Z’aime bien moi !

– Moi : C’est vrai qu’il est beau ! Et quoi d’autre ?

– Lui : Ze peux avoir des boulettes avec des paguettis ? (n’est pas Bernard Pivot qui veut…)

Ma petite touche personnelle ? J’annote les remarques, questions, commentaires de mon quatr’an au fil des pages. Car, à mon sens, ce livre prend vie à son contact. Mes propos peuvent sembler assez « romanesques » mais il s’agit, au départ, d’un simple cahier, en noir et blanc. Peu à peu, à mesure que l’enfant avance, le cahier s’anime, se colore, prend vie. J’aimerais assez le conserver, comme trace, souvenir, de ce que nous avons pu partager du haut de ses quatre ans… (bon, j’arrête là, mon hypoglycémie commence à me faire délirer !).

Alors, tenté(e) ???

PS : j’ai trouvé ce cahier sur Amazon (ouais, l’Homme a un compte Premium machin donc frais de ports gratos !) pour 12 € et des brouettes.

Petits enfants, petits problèmes, grands enfants, …

petits enfants petits problèmes grands enfants grands problèmes

Ô combien de fois m’a-t-on répétée cet adage… Et, pour être très honnête, j’ai toujours eu beaucoup de mal à y croire.

Cela semble somme toute logique lorsque tu passes des mois et des mois avec un bébé malade, que ta maison est devenue une véritable officine et que tu songes très sérieusement à te reconvertir dans le domaine médical tellement tes connaissances en la matière se sont aiguisées…

Alors tu songes à l’avenir. Tu te dis que ton bébé va grandir, que son système immunitaire va se renforcer et que l’époque des inhalateur/sirop/pipette/suppo va s’éloigner progressivement…  Et c’est vrai ! Dès lors qu’il n’y a pas de soucis de santé particuliers, les choses s’apaisent. Le temps fait son œuvre…

Mais (parce qu’il y a toujours un « mais »), d’autres problèmes peuvent alors apparaître : ceux pour lesquels il n’existe malheureusement pas de sirop …

Je m’en aperçois chaque jour qui passe avec les difficultés que rencontre le quatr’an à l’école. La maîtresse ne cesse de m’interpeler quant à son comportement « inadapté », ses colères, son intolérance à la frustration, j’en passe et des meilleurs. Nous en sommes arrivés à un point tel que nous allons devoir faire appel à la psychologue scolaire (et je sais bien qu’il ne peut s’agir là que de la première étape d’un long chemin).

Quelle impuissance en tant que parent… Tu as beau tourner et retourner le problème, tu ne sais pas ou plus comment aider ton enfant. Tu le sais en souffrance mais tu ne peux que subir à ses côtés.  Tu te poses des milliards de questions sur les choix que tu fais pour lui, priant secrètement de faire les bons… Tu sens cette boule, au creux de ton ventre, enflée chaque jour davantage. Et si je me fourvoyais ?… Et si les décisions prises aujourd’hui ne s’avéraient pas être plus nuisibles encore ?… Et si, à défaut d’élever mon enfant, je ne constituais qu’une entrave supplémentaire à son développement ?… Et si, et si, et si…

Alors tu regretteras l’époque du Camilia, de la Calmosine et autres pipettes de sérum physiologique… Car même si tu doutais sérieusement de l’utilité de la chose, au moins tu agissais…

Aujourd’hui enfin, l’adage « petits enfants, petits problèmes, grands enfants, grands problèmes » prend malheureusement sens… Et j’ai comme l’intuition que cela ne fait que commencer…

Et toi, tu as fait le même constat? 

1 2 3 79