Archive of ‘Ma vie de maman’ category

Notre routine matinale…

réveil routine matin

Aujourd’hui, je reviens avec un petit billet afin de te présenter notre routine matinale…

Nous aurons mis le temps (des mois, voire des années) mais nous y sommes arrivés! Nous sommes parvenus à trouver un équilibre nous permettant d’appréhender sereinement le réveil et la préparation pour la journée…

Tout d’abord, sache que j’essaie d’anticiper au maximum les taches matinales. Les vêtements, la table du petit déjeuner, les divers sacs (à langer, d’école, etc.) sont préparés la veille…

Les choses s’organisent de la façon suivante :

La veille au soir

  • Préparation des affaires des gars

vêtements garçons

  • Préparation de mes fringues

mes vêtements préparés la veille

(Tu l’auras sans doute constaté, je ne repasse pas… Jamais! J’ai le repassage en horreur! Je compte sur les mouvements du corps pour discipliner les fringues)

  • Préparation du petit-déjeuner

biberon bébépetit déjeuner

  • Préparation des sacs des lardons

départ maisonEntre 6h et 7h : réveil de bébé

De préférence affamé et très pressé de boire son bib’ (d’où l’intérêt de tout préparer la veille afin d’éviter de réveiller toute la maisonnée, voire tout le quartier…)

réveil bébé

Selon l’état de fatigue (et l’humeur), c’est soit l’Homme, soit moi-même qui se charge du bib’ matinal…

7h tapantes : réveil du quatr’an

réveil garçon

Qu’il se soit couché à 19h ou à minuit, le quatr’an se réveille à 7 heures (il y a quelques mois maintenant, nous avons installé ce petit réveil car, jusqu’alors, il se levait plutôt vers 5 du mat’)

Entre 7h et 7h30 : petit déjeuner en famille

Bon, le terme « en famille » n’est pas tout à fait approprié dans la mesure où l’Homme ne déjeune pas (il en profite donc pour se préparer) et bébé a déjà pris son bib (mais il reste tout de même à nos côtés, dans sa chaise haute).

30 minutes c’est beaucoup tu vas me dire! En effet! Mais c’est le temps qu’il faut au quatr’an pour déblatérer tout son blabla…

Entre 7h30 et 7h45 : préparation des enfants

change bébé préparation matin

L’Homme et moi prenons en charge chacun un enfant : bébé est changé dans sa chambre alors que le quatr’an se prépare en bas (pipi, brossage de dents, vêtements, lavage de mains, débarbouillage de visage, etc.)

Entre 7h45 et 8h : préparation de maman

maquillage maman

Douchage, habillage, maquillage, il me reste 15 minutes pour prendre une allure humaine avant d’aller au boulot!

Durant ces 15 minutes, les Hommes jouent un peu ensemble histoire d’entamer la journée dans de bonnes conditions…

8h00 : décollage des troupes

L’Homme, dont le boulot est plus proche de la crèche, emmène bébé. De mon côté, je dépose le quatr’an à la garderie ou à l’école selon l’heure à laquelle je commence…

Et voilà une affaire rondement menée!!


Et toi? Comment s’organisent tes matinées? 

Quand les parents ne répondent plus présents…

grand parent enfant

Depuis quelques mois, nous pouvons affirmer, qu’avec l’Homme, on en bave ! Je dirais même qu’on en chie grave si j’étais vulgaire (ah bah oui, je le suis !). Maladies à gogo, nuits en pointillés (que dis-je nuit… le terme « sieste » serait plus approprié…), convocations diverses et variées à l’école, appels de la crèche, etc. Ce n’est jamais grave non… Mais c’est constant, permanent, incessant… Comme si nous étions en permanence dans l’œil du cyclone…

Tout naturellement, nous racontons notre quotidien à nos parents respectifs… La plupart du temps, nous attendons d’eux une oreille attentive, de la compréhension, de l’empathie voire des conseils… Mais il arrive parfois que nous souhaitions autre chose… Ce quelque chose, qui peut être considéré comme le Graal de tout parent, peut se résumer en une phrase « je te garde les enfants si tu veux… ».

Sauf que, ces derniers mois, nos parents se révèlent être souvent aux abonnés absents :

– Te garder le petit car il est malade et ne peut pas aller à la crèche ? Désolée, je ne peux pas, j’ai cours de dessin…

– Aller récupérer ton troizan à l’école car il chie en spray ? Oh tu sais comme est ton père, il ne sait pas gérer ça…

– Ah non, je ne peux pas te garder bébé pour ton rendez-vous chez le dentiste… Je dois aller chez le coiffeur…

(Non, je n’exagère pas… Ce sont véritablement leurs propos…)

Alors nous en sommes venus à nous demander, avec l’Homme, à quel moment nos parents ont cessé de se soucier de nous ? Bon ok, je vais un peu loin… Mais ils voient bien pourtant que tout n’est pas tout rose. Que nous n’avons que peu ou pas de répit. Que nous sommes épuisés, éreintés, abîmés par un quotidien parfois bien lourd… Que pensent-ils ? Comment ne peuvent-ils pas voir à quel point nous avons besoin d’eux ? De leur soutien ? De leur relai ?

Peut être se disent-ils que nous sommes adultes, responsables et que, dorénavant, c’est à nous de gérer…

Peut être estiment-ils que la vie est là, dans la difficulté…

Peut être pensent-ils qu’ils ont suffisamment donné et, qu’à présent, c’est à eux de profiter…

Autant d’hypothèses auxquelles nous n’avons pas de réponse…

Mais, dans les jours les plus difficiles, nous nous questionnons : comment peuvent-ils agir ainsi ? Comment peuvent-ils nous laisser dans un merdier pareil ? Oui, ce sont nos fils, nous en sommes évidemment responsables. Ils n’ont pas demandé à être grands-parents. Ce sont nos choix, pas les leurs…

Mais nous sommes leurs enfants… Et nous avons besoin d’eux… Comment peuvent-ils ne pas le voir, l’entendre… Comment peuvent-ils passer à côté de nous ainsi…


Et toi, tu trouves des relais dans ton entourage pour te soulager parfois? 

PS : si tu me suis sur les réseaux sociaux, tu sais que ce week-end, nos parents prennent les enfants… Il n’y a qu’à voir ma réaction pour constater à quel point cela relève de l’exceptionnel…

Et si l’on essayait de se comprendre…

enfant qui tape

Deuxième billet aujourd’hui mais j’en ai un peu gros (ça change de mon article du matin). Vois-tu, je viens de discuter avec une amie. Et c’est tout naturellement que le sujet des enfants est venu sur le tapis.

Cette dernière a une fille du même âge que mon troizan. La petite a également fait son entrée à l’école cette année. Et, selon la maman, il y aurait une fillette dans la classe qui serait « perturbatrice ». Si tu suis les soucis de comportement de mon fils, tu te doutes qu’il ne m’en fallait pas moins pour réagir…

Lorsque je lui ai demandé de m’en dire davantage au sujet de cette petite, elle m’a décrit une enfant agitée, qui pousse et, parfois, en vient aux mains avec ses camarades (dont sa fille). Elle m’a alors avouée être à deux doigts de convoquer maîtresse, directrice, parents et psychologue scolaire afin de régler le problème.

Avant de réagir, je lui ai demandé quelles étaient ses attentes vis-à-vis d’une telle entrevue. Elle m’a alors dit qu’elle souhaiterait que la maman soit recadrée dans son rôle et que, de ce fait, le comportement de sa petite irait peut être mieux…

Quelle ne fût pas ma réaction… La première chose que je lui ai répondu c’est « mais tu te rends compte que c’est moi que tu convoques là ? ». Elle n’est pourtant pas sans savoir les soucis de comportement que mon troizan rencontre à l’école. Elle connaît ma détresse vis-à-vis de cela. Elle sait à quel point je suis démunie, désarmée. Mais voilà, là, sa fille est concernée puisque victime de la « fillette agressive ».

Alors évidemment, je ne peux que comprendre à quel point ce doit être difficile de voir son enfant victime de violence. J’ignore la façon dont je réagirai. Mon fils, même s’il est plus souvent agresseur, a lui-même été victime. Et je n’ai pas souvenir d’avoir accusé les parents (peut-être parce que je suis l’un d’eux).

Par contre, ce qui me gêne dans tout cela, c’est la réaction de mon amie : convoquer la maman afin de la recadrer. Alors je lui ai expliqué, le plus calmement du monde, que ce n’est pas parce qu’un enfant est violent que son parent est : violent/malmenant/défaillant/absent/etc.

Il arrive qu’il y ait des enfants violents tout simplement parce qu’ils ne tolèrent pas la frustration. Ou encore parce qu’ils ne parviennent pas à verbaliser. Mais aussi parce qu’ils ne contrôlent pas leurs émotions. Voire même parce qu’ils souffrent de troubles ou pathologies.  Il est tout un tas de raisons pour lesquelles un enfant peut se montrer agressif sans pour autant que le parent soit directement responsable….

Alors, à toi mon amie, je t’en prie, réfléchis bien avant de demander cette entrevue… Car tu risquerais peut-être de blesser encore davantage un cœur de maman déjà bien meurtri…

Ps : je te prie de bien vouloir excuser le côté décousu de mon billet mais il est difficile pour moi de trouver les mots « justes » pour évoquer ce sujet qui me semble bien délicat…

1 2 3 4 79