Archive of ‘Mes envies’ category

Se reprendre en main…

grossesse 3 mois

Si tu me suis, tu sais que ce début de grossesse s’avère quelque peu chaotique. Oh pas d’inquiétude du côté de bébé… Aux dernières nouvelles, ce dernier se porte comme un charme. C’est plutôt du côté de l’incubateur que ça déconne ! En résumé, disons que j’ai du oublier de lire les astérisques en bas de page lorsque j’ai signé pour cette grossesse n°2

* Vous vous engagez, et ce sur une période plus ou moins prolongée, à en chier des copeaux de bois c’est-à-dire à subir nausées, maux de tête, épuisement, sciatique, … sans qu’aucun remède ne soit totalement efficace.

Mais, depuis quelque temps, j’ai dis stop au larmoiement et à l’apitoiement (je me réserve néanmoins le droit de déverser mes plaintes soporifiques auprès de l’Homme). Je vis actuellement ce qui sera sans doute ma dernière grossesse. Celle-ci n’est certes pas comme je l’imaginais mais je me dois d’en profiter sous peine de le regretter par la suite… J’ai donc décidé de me reprendre en main. Comment ??? Et bien en me chouchoutant…

  • Acte I : le shopping !!!

Hier, j’ai mis ma plus belle culotte pour aller flâner dans les magasins à la recherche de jolis vêtements de grossesse. C’était bien sûr sans compter sur la pauvreté des magasins de ma ville. J’ai tout de même trouvé mon bonheur en achetant des fringues qui collent à mon style pré-grossesse. D’ailleurs, pour me « forcer » à m’habiller (correctement j’entends hein, je ne me balade pas nue), j’ai décidé de poster sur les réseaux sociaux (Facebook et Instagram en particulier) une photo « tenue du jour ». Si t’es en manque d’inspiration et que mon style te plait, n’hésite pas à me follow bébé (Maître Gims, sors de ce corps !!!).

  • Acte II : les soins…

Pendant la grossesse, la peau change. Beaucoup s’accordent à dire qu’il s’agit d’une période bénie où cheveux, ongles et peau sont sublimés. Encore une fois, j’ai du rater la période d’inscription car je donne plutôt dans la face de pizza que dans la fesse de bébé (quoique, avec un petit érythème…).  Il s’agit là de ma mission du jour : me procurer des soins qui vont convenir à la conjoncture actuelle.

  • Acte III : mes proches

Depuis le début, la douleur a tendance à me renfermer sur moi-même. Je suis autocentrée, fixée sur mon mal être. Or, autour de moi, se passent de bien jolies choses que je ne peux rater en particulier concernant mon fils. Il grandit à une vitesse folle et je ne peux rater ça. Il me faut donc profiter de lui, d’autant que le temps qu’il nous reste en solo nous est compté ! Et qui sait, peut être que son énergie sera communicative… J’ai d’ailleurs beaucoup pensé à lui ces derniers temps dans mes virées shopping dans la mesure où, d’une part, j’ai effectué tous ses achats de Noël et, d’autre part, je l’ai habillé pour l’hiver (d’ailleurs, si l’une ou l’autre de ces thématiques t’intéressent, n’hésite pas à me le dire que j’en fasse un billet sur le blog).

Puis il y a mon Homme. Mon roc. Celui qui fait en sorte d’alléger en permanence mon quotidien. Il est sur tous les fronts : cuisine, ménage, courses, garderie, etc.  Demain, nous allons célébrer nos 7 ans de vie commune et je vais sauter sur l’occasion pour lui concocter un dîner élaboré avec tout ce qu’il aime : du gras ! (au passage, note que notre couple s’est formé le jour d’Halloween et la veille de la Toussaint. Que veux tu, on est glam’ ou on ne l’est pas !). Il me faut profiter de lui avant l’arrivée de bébé.

Bref, tu l’auras compris, c’est pleine de bonnes résolutions que j’attaque cette rentrée (on peut dire que les vacances de la Toussaint m’ont fait le plus grand bien). J’espère que cela durera sinon n’hésite pas à me mettre une claque au cul en me rappelant tout ce que je viens d’écrire !

Bon et sinon, ça va toi ? Ca fait un moment que je ne suis pas venue par ici… Raconte moi, quoi de neuf par chez toi ???

L’hyper-contrôle même dans l’incontrôlable…

hypercontrôle

Sacré titre n’est ce pas ? Ca sent la psy à plein nez non ? Je te rassure, je vais juste te parler essais bébé. Car, si tu me suis, tu sais que l’Homme et moi avons décidé de signer à nouveau. Nuits pourries ; approvisionnements de couches en gros ; bib de 1h, 3h, 5h, etc.

Au mois de janvier dernier, je te faisais part du fait que notre famille était prête à s’agrandir. Il me fallait alors régler un souci de vaccin (contre la varicelle) et hop hop hop ! C’était mal me connaître (oui je m’auto-surprends encore de jour en jour).

Parce que, vois-tu, je me suis mise à calculer. Si bébé s’installe en février, cela signifie une DPA en novembre. Et qui dit novembre, dit bébé d’hiver avec son lot de rhyno, bronchites et autres joyeusetés. Puis, il y a eu le mois de mars avec une DPA pour décembre. Et qui dit décembre, dit routes gelées. Et qui dit routes gelées, dit difficultés d’accès à la maternité (quand on sait que j’ai pondu en une heure, je préfère éviter tout risque). Dans la même optique, on zappe le mois d’avril.

Puis, le mois de mai pointe le bout de son nez. Sauf que (bah oui, ma névrose ne s’arrête pas là, tu t’en doutes), si bébé s’installe, il y a des chances qu’il arrive le même jour que mon tout p’tit (né un 16 février). Donc on oublie le mois de mai.

Et juin alors ? Et bien c’est au mois de juin qui mon fils a pris ses quartiers dans mon bidon. Sauf que (oui, ça fait beaucoup de « sauf que »), malgré une DPA au mois de mars, il est arrivé avec trois semaines d’avance. Qui dit que bébé 2 ne fera pas la même farce ? Tu me suis toujours dans mon délire là ?!?

Alors où en sommes nous aujourd’hui ? Et bien je m’observe penser et je me fatigue. Comme si toutes ces choses étaient contrôlables. Comme si, sous prétexte que bébé allait arriver au mois d’avril ou mai, les choses allaient bien se passer… Ahahah (oui, je m’auto-moque de moi-même aussi !). Parce qu’attention ! Ca ne s’arrête pas là bien sûr… Bah oui, je veux éviter un bébé d’hiver mais je veux aussi éviter un bébé d’été (canicule tout ça, tout ça… Même si, la canicule en Picardie, faut s’accrocher !).

Bref, toutes ces considérations ne font que confirmer le fait que j’ai un pète au casque. S’il est des choses qu’on ne contrôle pas, c’est bien tout ce qui gravite autour de la maternité. Je le sais. Et pourtant, je ne peux m’en empêcher…

Bon allé, rassure-moi, dis moi que toi aussi tu as fait des petits calculs… Sinon, vas y, moque-toi, je t’en voudrai pas 😉

Etre mère et égoïste ?

egoiste_chanel

Depuis longtemps, je me pose cette question : est-il possible d’être mère et égoïste ? Deux ans maintenant que je suis maman et deux ans que j’ai l’impression de ne penser qu’à me dégager du temps. Souvent, je me dis que j’exagère. Qu’aujourd’hui je ne suis plus seule. Que le confort de mon fils passe avant tout. Et blablabla ! On connaît toutes le refrain n’est ce pas ?

Pourtant, je savais ce à quoi je m’engageais en ayant un enfant (j’avais bien lu les astérisques en bas de contrat). Toutefois, j’ai le sentiment de ne jamais m’être autant regardée le nombril que depuis que le tout p’tit est là.

A peine est il levé que je me dis déjà « vivement la sieste que je puisse … (me laver, prendre un café-clope, regarder la téloche, me faire les ongles, etc.) ». Une fois le week end entamé, je rêve du lundi matin où je vais pouvoir retrouver du calme sur mon lieu de travail. Quand je le garde le vendredi, je pense au moment où le papa va rentrer afin que je puisse lui passer le relai. Certes, si tu me suis, tu sais que nos relations sont actuellement perturbées par cet enfoiré de terrible two…

Puis, j’ai réfléchi. Avant d’avoir un enfant finalement, la question de ne se pose pas. Du temps pour soi, on en a. A priori autant qu’on veut. Et même si on a peu de temps libre, on en fait ce qu’on veut. Avec la naissance d’un enfant, non seulement on n’a peu de temps libre. Mais, en plus, ce temps, tu n’en disposes pas à ta guise. Parce qu’il te faut faire les courses, le ménage, la paperasse…

Aujourd’hui, je sais à quel point avoir du temps pour soi est crucial pour tenir dans cet univers impitoyable qu’est la maternité. Alors oui je suis une maman égoïste. Mais c’est précisément ce qui m’aide à tenir le coup au quotidien. Ces moments rien qu’à moi qui me permettent d’être totalement avec mon fils lorsque nous sommes ensemble…

Et toi, maman fusion ou maman « égoïste » ? Vas y envoie, pas de jugement ici tu sais bien…

PS : tu te rappelles de cette pub pour le parfum “égoïste”? Avec les femmes qui ouvraient des volets en gueulant “égoïste”? Elle me grillait les neurones cette réclame (oui, je suis vieille et j’utilise le terme “réclame”). 

1 2 3 4 5 7