Archive of ‘Mon couple’ category

Un homme, un père…

 0010512419K-565x849

Je ne vous apprends rien en vous disant que l’arrivée d’un enfant chamboule considérablement l’homéostasie du couple. L’autre apparaît alors sous un jour nouveau : celui de parent. On lui découvre alors tout un tas de facettes jusqu’alors méconnues. Et là les surprises peuvent être nombreuses que celles-ci soient agréables ou pas…

Par chez nous, l’arrivée du tout p’tit a tout bousculé, que ce soit la propre vision que j’avais de moi-même mais aussi et surtout celle que j’avais de mon cher et tendre.

Par le passé, j’aurais pu qualifier mon homme d’impassible. Bien sûr il ressentait les choses mais ne le montrait pas. L’idée était : plutôt m’arracher un rein que d’avouer que j’ai des sentiments ! Mais, comme dirait l’autre,  ça c’était avant…

Depuis la naissance de notre fils, je découvre un autre homme. En effet, je me trouve face à une personne sensible qui ose exprimer ses ressentis. D’ailleurs, il est le premier à être surpris de ce qui se produit en lui. En tant que bon mâle qui se respecte, il essaie de sauver la face. « Au rythme où je vais, je vais bientôt devoir porter tes soutiens-gorge » m’a-t-il dit dernièrement. Une bonne réflexion machiste sans doute réactionnelle au fait qu’il s’était ému devant un petit chat à la télévision…

A côté de lui, je semble donc être un cœur de pierre sans état d’âme : « oui c’est vrai chouquette, le petit chat était émouvant. Si, si je t’assure. Bah non je suis pas chamboulée. Oui voilà je n’ai pas de cœur ».

Evidemment je caricature mais l’idée est là.

Autre exemple : depuis peu, le tout p’tit tente de manger seul. Je dis bien « tente » car, en règle général, il y en a plus par terre, dans ses cheveux, dans les miens, etc. que dans sa bouche. Et bien l’homme, en voyant ça pour la première fois, a versé sa petite larme. Pendant que moi, à côté, j’étais bien sûr angoissée (comme d’hab !) à l’idée que le tout p’tit s’enfonce trop profondément la cuillère dans la bouche, s’étouffe avec sa purée, se fasse écraser par une météorite ou que sais-je…

Et finalement vivre auprès d’un homme sensible qui ose se laisser aller à ses sentiments me plait assez. Par la même, je me rends compte qu’il faut vraiment que je me détende car je passe à côté de pleins de jolis moments…

Mon homme et … la psychologie

0003401859RR-1920x1280

Mon cher et tendre entretient des rapports, comment dire, particuliers avec la psychologie. Ayant de mon côté quelques connaissances dans ce domaine, j’ai malheureusement tendance à attendre de mon homme qu’il en soit de même pour lui. Grave erreur !

Comme je l’expliquais dans un précédent post, sa philosophie pourrait se résumer à la formule suivante : « s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème ». Autant dire que mes craintes, doutes et inquiétudes n’ont qu’à bien se tenir.

Quelques répliques choisies au hasard :

  • Lui : « Qu’est ce qu’il y a ? Ca va pas ? »
  • Moi : « Si, si ca va. C’est juste que je me demande si on a bien fait d’inscrire le tout p’tit à la crèche à la rentrée prochaine »
  • Lui : « On verra quand on y sera »
  • Moi : « Certes… »

Autre exemple :

  • Moi : « Tu sais, je me demande si la femme de ton frère aurait pas une dent contre moi. T’en penses quoi ? »
  • Lui : « Bah j’en sais rien, je suis pas dans sa tête ! »
  • Moi : « C’est pas faux »

Ou encore :

  • Moi : « Je me demande si je vais réussir à décrocher mon diplôme »
  • Lui : « Arrête un peu, tu t’en sors toujours! »
  • Moi : « Euh… Ok »

Il est le premier à reconnaître ne pas être très « fin ». D’ailleurs, il n’hésite pas à me dire « pour tout ça, je suis zéro, vois avec tes copines ».

A côté de ça, il a ses propres façons de me montrer son écoute et son soutien : il va me proposer de garder le tout p’tit pendant que je vais voir mes copines ; il va essayer, souvent avec succès, de me faire rire ou encore il va courir m’acheter du chocolat (le meilleur antidépresseur qui soit !).

Toujours est il que je trouve toujours à redire. J’ai en effet souvent tendance à lui balancer quelques répliques cinglantes allant du « tu pourrais au moins faire un effort » au « tu comprends vraiment rien ! ».

Eternelle insatisfaite moi ? Jamais !

1 8 9 10