Archive of ‘Mon humour’ category

Et donc j’ai été conviée à une réunion Tupperware…

tupperware

Avertissement préalable : je n’ai absolument aucun grief contre les Tupperware. J’en possède moi-même quelques uns chez moi. Nous entretenons des relations cordiales.

Cette semaine, une de mes voisines m’a conviée à partager un moment ensemble autour de ces petites boites. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai reçu son texto… Je me suis dit « et bah ma grande, ta vie a bien changé on dirait ! ».

Petite, j’avais de grandes ambitions professionnelles. Je voulais être psychocriminologue. Et j’y suis arrivée. Je suis diplômée en psychologie avec une spécialité en crimino. Mais je n’ai pas concrétisé mon projet (mon stage de dernière année m’a vachement refroidie). A la sortie de mes études, j’aspirais à un climat professionnel plus serein.

Entre temps, j’ai rencontré l’Homme. L’un comme l’autre étions des célibatants aux crocs acérés prêts à conquérir le monde ! A l’époque, ni lui, ni moi ne voulions d’enfant. Nous nous concentrions essentiellement sur notre carrière…

Puis, le temps a fait son œuvre. L’Homme a laissé sa brosse à dents dans ma salle de bain (j’ai frôlé le traumatisme). Nous avons cherché un appartement. Puis nous avons fait construire une maison. Nous avons accueilli le tout p’tit. Nous vivons dans un petit lotissement tout mignonet en mode Wisteria Lane. Nous faisons des soirées avec nos voisins. L’été, nous organisons à l’arrache des barbecues dans la rue (l’avantage de vivre dans une impasse…). Nous taillons le bout de gras en rentrant du boulot…

Et voilà qu’aujourd’hui, nous parlons bébé 2… Nous allons jusqu’à évoquer le fait d’avoir une tribu plus grande… J’ai des horaires de bureau. Je fais popote et ménage. Et même que je fais des desserts !

Parfois je me dis qu’elle est bien loin la petite fille avec de grands projets professionnels… Celle qui s’imaginait bosser à New-York en vivant dans un grand duplex près de Central Park… Loin de moi l’idée de me plaindre de mon sort, bien au contraire… Mais il est « marrant » de constater à quel point la vie nous réserve bien des surprises…

Bref, j’ai été conviée à une réunion Tupperware… Et toi, tes projets d’enfant? Concrétisés? Abandonnés?

Lettre ouverte aux scénaristes de la Maison de Mickey

maison mickey

Miska, moska, mamaindanstatronche !

Maxi outil, maxi outil, maxi outil, maxi outil j’veux mourir !

Il vient à chaque fois qu’on l’appelle ! Il suffit de dire achevez moi !

Voilà ce à quoi vous exposez mon cerveau toute la journée ! Savez-vous que c’est une atteinte à l’intégrité de ma personne ?

Je vous écris ce billet aujourd’hui pour soulever plusieurs éléments qui me questionnent :

  • Quelle substance illicite consommez-vous ?

Non parce que je veux la même ! Dimanche encore, avec mon fils, nous regardions un de vos épisodes. Et figurez vous que Mickey a confondu Minnie avec un mouton pour la simple et bonne raison qu’elle portait une perruque ! J’ai en tête un autre épisode au sein duquel un hippopotame saute dans l’eau à la façon d’un dauphin… Alors j’aimerais beaucoup que vous me filiez le nom de votre cam’ parce que je pense qu’il est indispensable d’en consommer pour pouvoir apprécier pleinement la qualité de vos scénarii.

  • Les voix utilisées pour vos personnages ont-elles été testées à Guantanamo ?

Un peu de son aigu, c’est bien. Trop, c’est de la torture ! Et puis ces chansons ! Mais quelle idée ! Je me demande s’il vous arrive de passer plusieurs minutes devant vos propres épisodes. La dernière fois, j’ai même saigné de l’oreille droite (Daisy devait être sans doute un peu trop surexcitée d’avoir mis du sirop de grenadine dans son verre d’eau).

  • Avez-vous bien réglé le contraste de vos écrans ?

Parce que chez nous, lorsqu’on mate vos épisodes, on n’a même pas besoin d’allumer de lampe. D’ailleurs, on éclaire tout le quartier !  J’entends les passants dire : « ah tiens, soit il y a un stroboscope chez eux, soit ils matent la Maison de Mickey ! »

  • Avez-vous un ressentiment quelconque à l’égard des canards ?

Un pincement au cul lorsque vous étiez jeunes peut être ? Non parce que : qui comprend un foutu mot de ce que raconte Donald ??? Vous trouvez le moyen de contenir un éléphant dans un tourniquet. Me dites pas qu’il n’y a pas moyen de lui trouver un bon orthophoniste !

Je vais m’arrêter là, bien malgré moi car j’aurais encore des tas de choses à vous dire :

  • Quel âge ont vos personnages ? Non parce qu’ils s’extasient devant une fleur mais conduisent des avions…
  • Encouragez-vous le culte du poil dans la main ? Parce qu’on peut pas dire que le Mickey se tue à la tâche. D’ailleurs les mains à tout faire comment ça se passe niveau location ? Je serais intéressée pour les vacances de février…
  • Comment expliquez-vous le fait que les filles portent des chaussures alors que ce pauvre Donald a le cul à l’air ?
  • Etc.

Sachez en tous cas que j’ai bien compris votre petit jeu ! Vous avez trouvé l’ultime outil de torture moderne ! A la fois, nous, parents, vous détestons (si, si j’vous jure ! c’est pas perso hein…) mais nous ne pouvons nous passer de vous ! Bien joué les mecs !

Etre psychologue et psychopathe ?

silence agneaux

Avant toute chose, entendons-nous sur le terme « psychopathe » (je mets mes lunettes et prends mon air sérieux). Je ne me réfère pas ici au trouble de la personnalité. Je fais allusion au fait d’être un chouïa pété du casque.

Si tu me lis, tu sais que je suis un peu déglinguée du bulbe. J’ai une façon de m’exprimer qui m’est propre, un humour quelque peu particulier (en général, tu aimes ou tu détestes). Bref, les retours que j’ai de mes articles sont, en résumé : « tu es tarée ». Soit. C’est un fait, je ne peux le renier.

Sauf que, là où je suis complètement en dissonance (ouais, j’emploi des termes de spécialiste, ça fait genre je suis intelligente), c’est que, dans la « vraie vie », je suis psychologue (tu peux te marrer, il n’y a pas de souci). Et pas auprès de n’importe qui en plus, auprès de collégiens et lycéens (planquez vos gosses !!!).

Mais, ce que tu ignores, c’est qu’il m’arrive d’être sérieuse. Si, si, j’te jure ! Et même qu’à force, j’ai une superbe ride que tu connais sans doute : « la ride du lion ». Parce que, dans mon quotidien, il m’arrive de rencontrer des jeunes dans tes situations complexes : suspicion de maltraitance, découverte d’une maladie grave, homosexualité, deuil, etc. Et là, je fais mon job. Sérieusement. Parfois, je rentre le soir, la boule au ventre, inquiète pour un jeune que j’ai rencontré dans la journée. Inquiète pour sa vie car elle me semblait tenir à un fil…

Quand j’y pense, c’est peut être ce quotidien qui fait que je suis aussi timbrée. Il me faut dédramatiser le dramatique. Ainsi, je pense qu’on peut rire de tout. Avec tout le monde. En toute circonstance. Encore faut-il que ce soit drôle…

Donc oui je suis psychologue. Et oui, je suis timbrée.  Alors, tu me confierais tes enfants ???

PS : elle te fait pas claquer des fesses la photo d’Hannibal Lecter??? Je précise qu’il était psychiatre à l’origine, avant d’être anthropophage à ses heures perdues… J’te rassure, j’en suis pas encore là…

1 2 3 4 5 9