Ces traumatismes que la maternité révèle…

chateau-de-cartes effondre

Hier, je suis allée à la rencontre de la directrice de la crèche de mon tout p’tit. En effet, je t’ai parlé de la convocation à laquelle nous avons eu à faire face… J’ai donc pris mon courage à deux mains et me suis rendue à son bureau…

Sur la défensive, braquée, mutique, notre entretien ne s’annonçait pas des plus bénéfiques. Je l’écoutais parler de mon enfant, comme s’il s’agissait d’un autre. Non pas que je renie ce qu’il est mais je me disais « comment a-t-on pu en arriver là ?… ». Des milliers de questions se bousculaient dans ma tête…

Puis une amorce d’explication s’est profilée. La directrice se montrant si bienveillante, je n’ai pu que lui en faire part :

Vous savez, le tout p’tit a eu pas mal de soucis de santé et ce, dès la naissance. Durant sa première année de vie, nous l’avons surprotégé. Nous craignions tellement pour lui. Aujourd’hui, nous payons sans doute notre attitude. S’il est dans la toute puissance, c’est en grande partie de notre faute.

Je formulais ces mots tout en étant extérieure à tout ça. Ca ne peut pas être vrai. Je ne peux pas croire qu’on se soit viandé ainsi. Je ne peux assimiler le fait que la façon dont on a élevé notre enfant soit responsable de tant de travers aujourd’hui. Et pourtant…

Oui je suis coupable. Peut être pas à 100%. Mais la façon dont j’ai appréhendé mon enfant durant ces longs mois a conditionné son comportement. Non, il n’a pas un caractère de merde. Il agit simplement comme il l’a toujours fait. Sauf qu’aujourd’hui, ses soucis de santé sont derrière lui. Ses soucis qui ont été notre quotidien. Qui ont biaisé nos rapports. Nous n’étions pas en mesure de jauger ce qui relevait de la douleur de ce qui relevait du reste. Nous avons anticipé tous ses besoins. Répondu à la moindre de ses sollicitations. Sans mettre de limite aucune. Voilà où nous en sommes.

Cet entretien avec la directrice a révélé des blessures. De l’accouchement. Des premiers mois de vie. De cette angoisse de mort qui a plané pendant trop longtemps…

Aujourd’hui j’ai peur. Peur que cet édifice que je me suis bâtie s’effondre. Parce que j’ai été dans le déni de toutes ces émotions. Parce qu’il me fallait tenir le cap pour mon enfant. Mais il est bien connu que c’est lorsqu’on baisse la garde qu’on se prend un juste retour de bâton. Je sais qu’il me faudrait en parler. Pourtant je ne me sens pas prête. Je crains de me laisser aller. Aujourd’hui, je me sens comme un château de cartes prêt à s’effondrer… Jusqu’où cela va-t-il me mener ?…

Mais serais je en mesure d’aider mon enfant si, moi-même, je n’ai pas des bases solides ?…

18 Comments on Ces traumatismes que la maternité révèle…

  1. monica
    21 avril 2015 at 13:43 (2 années ago)
    Cest tres courageux et sain de ta part de realiser tout cela…courage et vas y pas a pad
    Répondre
    • Pasquunemere
      21 avril 2015 at 15:35 (2 années ago)
      C’est gentil! Je vais finir par vous gonfler avec mes remises en question perpétuelles 😉
      Répondre
  2. lacafouine
    21 avril 2015 at 13:49 (2 années ago)
    Le retour d’émotions enfouies est toujours difficile mais te permettra au moins de t’accorder avec elles, progressivement c’est sûr…
    Sinon je ne sais pas, mais les besoins d’un bébé dans ses premiers mois sont tellement urgents, d’autant plus s’il est malade, que je trouve assez normal de les anticiper, tu penses vraiment que c’est la cause de ses comportements d’aujourd’hui? Enfin je ne sais pas, je dis ça en me projetant, je crois que j’ai tendance à être un peu surprotectrice aussi, mais pour un tout petit, si je peux l’aider, je n’ai pas trop envie de le frustrer par principe. Du coup j’espère ne pas faire de connerie! Bon courage en tout cas.
    Répondre
    • Pasquunemere
      21 avril 2015 at 15:37 (2 années ago)
      Rassure toi, je suis sûre que tu gères comme une pro. Nous on est trop sur son dos. Se défaire d’une inquiétude permanente qui nous a habité pendant des mois n’est pas chose aisée… On l’a sécurisé oui. Mais à tel point qu’aujourd’hui, il est vraiment dans la toute puissance. Et on ne peut lui en vouloir… Il faut qu’il se détache de nous, qu’il se confronte au monde et à ses limites… Dur dur l’apprentissage de la vie 😉
      Répondre
  3. MumChérie
    21 avril 2015 at 13:54 (2 années ago)
    Surtout ne culpabilise pas comme ça, c’est normal de l’avoir autant protégé s’il avait des soucis… Ensuite, on se construit pas à pas, on avance, on se trompe parfois, on réfléchit, on recommence autrement… Ce sera toujours toi qui sait le mieux ce qui est bon pour lui ! Bises !
    Répondre
    • Pasquunemere
      21 avril 2015 at 15:39 (2 années ago)
      Ah la la, pas simple de ne pas culpabiliser! Je pense qu’il faut que je digère les erreurs que j’ai commise pour mieux aller de l’avant… Merci pour tout!
      Répondre
  4. mon carnet déco
    21 avril 2015 at 14:36 (2 années ago)
    Écoute, sache bien une chose, dont je me suis rendue compte, c’est qu’il y a deux points positifs dans ton histoire: 1 IL N’EST PAS TROP TARD! Tu parle comme si c’était définitif, mais c’est loin de l’être! Si ton enfant agit de la sorte, c’est pour te faire réagir, et donc inconsciemment, c’est qu’il s’attend à des changements.
    2 Tu as réfléchis, sur lui et sur toi, tu te remet en question, et en plus, tu sais d’où vient le plus gros du problème. Tant de parent n’arrivent jamais à cet état de fait, et reste sûrs de leur système éducatif (quand il y en a un…) et ne se remettent jamais en cause! Ce sera long, mais vous allez tous progresser ensemble, tu n’es pas seules en cause…
    Tu sais, quand mon petit dernier avait 3 semaines, il a fait une mort subite du nourrisson… On l’a retrouvé à temps… Et je comprend complètement que tu ais surprotégé ton enfant. Mais tu as réagis comme toute mère aimante et inquiète l’aurait fait.
    Ne te flagelle pas!Tu as fait comme tu as fait, ça n’a pas marché, on t’as mise fasse à la réalité, et tu as eu assez d’intelligence et d’amour pour ton enfant pour te remettre en cause.
    Maintenant, il va falloir se retrousser les manches, discuter tous ensemble pour édicter des règles, et s’y tenir, même si se sera dur.
    Tout ce que je te dis là, ce sont mes propres réflexions sur ce qui se passe à la maison. Je te dis cela pour te convaincre que tu fais bien, mais moi aussi… Il faut en parler, il ne faut surtout pas garder les choses pour soi, sinon on étouffe.
    Je t’en prie, garde confiance en toi, et dis toi toujours que ce que tu fais, tu le fais pour le bien de ton loulou, même si tu te trompe, personne n’est parfait, il n’est jamais trop tard pour rectifier le tir.
    Tu aime ton fils, c’est la chose la plus importante à garder en tête. C’est la chose la plus importante qui en fera un enfant épanouis. Le reste, c’est un travail d’équipe, dont tu n’es pas seule résponsable.
    Répondre
    • Pasquunemere
      22 avril 2015 at 09:55 (2 années ago)
      Oui tu as raison, je suis un peu trop fataliste. Il faut que je vois le côté positif des choses : nous avons eu une prise de conscience et rien n’est irrémédiable… Nous ne sommes pas seuls dans cette histoire, le personnel est à notre écoute et prêt à nous aider… Merci à toi d’avoir partagé ton vécu avec moi et de m’encourager à avancer malgré tout! Merci!!
      Répondre
  5. Estelle
    21 avril 2015 at 14:48 (2 années ago)
    Je suis tout à fait d’accord avec le commentaire précédent, il n’est pas trop tard, on apporte constamment des ajustements quand on se rend compte que quelque chose ne nous convient pas. Et ça ne sert à rien de culpabiliser car chaque façon de faire à des aspects positifs et des aspects négatifs, tu aurais fait autrement, tu n’aurais peut-être pas eu ce problème là mais d’autres…
    Répondre
    • Pasquunemere
      22 avril 2015 at 09:56 (2 années ago)
      Ce que tu dis est vrai. Si ça n’avait pas été ça, ça aurait sans doute été autre chose. Des boulettes, j’en ferai encore pleins. A moi d’être vigilante et de m’ajuster en permanence à mon enfant…
      Répondre
  6. CompletementNad
    21 avril 2015 at 18:14 (2 années ago)
    Ton tout p’tit n’a que deux ans à ne pas oublier. Maintenant dans les structures on colle des étiquettes dès le plus jeune âge sous prétexte qu’un enfant est plus agité ou plus difficile qu’un autre. Il faudrait presque qu’ils soient tous pareil comme des petits robots bien discipliné, bien coopératif… Ben ça marche pas comme ça et même les adultes c’est pareil il y a des calmes et d’autres plus agités.
    Et surtout tu ne peux pas t’en vouloir d’avoir « surprotégé » ton enfant à un moment ou il en avait besoin et qui ne l’aurait pas fait???
    Il va grandir et changer tu verras. Ma mère m’a toujours dit qu’il fallait mieux un enfant agité voir difficile petit, car plus grand il sera tout l’inverse, qu’un enfant trop calme petit, qui lui sera plus difficile plus grand. Et bizarrement on a eu plusieurs exemples dans la famille sur les 2 situations…
    Répondre
    • Pasquunemere
      22 avril 2015 at 09:58 (2 années ago)
      Oui c’est ce que j’entends aussi régulièrement! Je croise tout ce que je peux pour que les choses s’apaisent avec l’âge… (ça va toi? On te voit moins, j’espère que tout roule 😉 ).
      Répondre
      • CompletementNad
        26 avril 2015 at 22:05 (2 années ago)
        Vu que tu me pose la question c’est que tu as remarqué mon absence depuis un petit bout de temps 🙂 Alors oui ça va merci. C’est juste que le blog, les réseaux sociaux, prennent beaucoup de temps comme tu le sais et j’avais envie de faire une petite pause profiter plus de ma petite famille. Voilà rien de grave juste besoin de me retrouver avec les miens et ça fait du bien, beaucoup de bien. Je reviens dans pas longtemps, ben oui ça me manque tout ce petit monde virtuel…
        Répondre
        • Pasquunemere
          27 avril 2015 at 13:34 (2 années ago)
          Prends tout le temps dont tu as besoin! C’est vital de se ressourcer auprès des siens! Tu n’en reviendras que plus revigorée! Des bisous!
          Répondre
  7. anyo
    22 avril 2015 at 14:58 (2 années ago)
    Euh je rêve ou bien tu es en train de nous en parler??? C’est bien ça,nan??
    je crois sincèrement que des parents aimants ne doivent pas culpabiliser mais continuer d’aider à faire grandir leur enfant en fonction de ses besoins du moment!!
    En tout cas si la directrice a été bienveillante c’est chouette! Courage!
    Répondre
    • Pasquunemere
      23 avril 2015 at 08:56 (2 années ago)
      La directrice oui, par contre les animatrices… Bof bof… Hier l’Homme demande à l’une d’elles comment a été le tout p’tit niveau comportement –> « euh vous allez pas nous le demander tous les jours quand même?!? ». Dans la mesure où vous nous avez alerté sur ce point, il y a des chances si!!!
      Répondre
  8. patacaisse
    22 avril 2015 at 17:08 (2 années ago)
    Pourquoi ne pas aller en parler à une psychologue ? Il n’y a pas besoin de faire des années de thérapies mais vider son sac une bonne fois, faire des liens qu’on n’aurait pas fait seule permet de progresser et de laisser derrière soi des épreuves. J’ai une histoire personnelle assez compliquée et je suis contente d’avoir fait ce pas pour ne pas donner mes valises à mon fils.
    Répondre
    • Pasquunemere
      23 avril 2015 at 09:10 (2 années ago)
      Justement, j’y pense mais j’ai du mal à sauter le pas (le comble étant moi même psy). Mais j’ai bien conscience qu’il va me falloir en passer par là pour avancer…
      Répondre

Leave a Reply