Cet enfant qui nous pousse à bout…

colere-enfant

Un enfant, ce n’est que du bonheur… Une fois qu’ils sont là,  on n’imagine plus ce que peut être la vie sans eux… Etre mère est la plus belle chose qui soit… Toutes ces phrases, tu as du les entendre ou les prononcer au moins une fois dans ta vie. Je ne remets, au aucun cas, en cause le bien fondé de ces assertions. Mais je souhaiterais toutefois les nuancer.

Non, un enfant ce n’est pas QUE du bonheur. Ô combien de fois, je me suis laissée aller à imaginer une vie sans eux. Etre mère est à la fois la plus belle chose qui soit, mais aussi la plus difficile. Certes, jamais je n’ai autant aimé. Mais, jamais, je n’ai été aussi malmenée. Jamais, je ne me suis sentie aussi désarmée, seule et dépourvue que face à mon enfant…

Car, vois tu, mon troizan pourrait être  « rangé » dans la catégorie des enfants « difficiles ». Vaste caste dans laquelle tu peux trouver, au choix, des problèmes de comportement, de défiance, d’agressivité, d’opposition, de provocation… Mon fils est un savoureux cocktail de tout cela.

Dès son plus jeune âge, il a su s’imposer. Très tôt, il a maîtrisé le « non », à tout va, en toutes circonstances. Il nous a vite fait comprendre « je suis une personne avec mes propres besoins et envies » (et tant qu’à faire, différents des vôtres).

A la crèche déjà, nous avons été « convoqués » : « votre enfant est violent, ne sait pas s’intégrer, ne se plie pas aux règles de vie,… Et vous, comment vous faites à la maison ? ». Et bien, on fait ce qu’on peut!  Notre vie à ses côtés est souvent faite de conflits. Rien n’est simple. Jamais. Tout est négociation, discussion, et les fois où nous sommes à bout, lutte.

En ce mois de septembre, mon troizan a fait sa première rentrée scolaire. Il était heureux comme tout. Pas une larme n’a coulé sur son visage. Quel soulagement pour la maman inquiète que je suis. Puis, trois jours après la rentrée, le couperet tombe « Madame, il faut que nous parlions de votre enfant. L’école, ça ne va pas du tout ». Le coup de massue, la douche froide. Il s’avère que ce jeune homme n’a de cesse de taper et pousser ses camarades. Il jette, défie, n’écoute pas.

Depuis, chaque jour qui passe, je demande comment se déroulent les journées de mon enfant. Et, chaque jour qui passe, la même rengaine : « pas terrible ». Lui-même reconnaît volontiers faire des bêtises. Il sait que ce n’est pas correct, que c’est interdit, que c’est mal. Mais, de ce que j’en comprends, il lui est impossible de réagir autrement. Car voilà, mon fils semble être en colère…

En colère contre quoi ? En colère contre qui ? Je n’ai malheureusement pas les réponses à ces questions. Mais les faits sont là. Il semble animé par une force qu’il ne parvient pas à maîtriser. Les mots ne suffisent pas. C’est l’explosion.

Preuve en est le dimanche que nous avons passé : il s’en est pris à sa cousine, a jeté des cailloux à la figure de son père, m’a mordu, comportements qu’il n’avait jamais eu jusqu’alors. Ce dimanche restera à jamais gravé dans ma mémoire car, pour la première fois, j’ai pleuré devant mon enfant. De tristesse, de colère, de lassitude, de désarroi, …. Tant d’émotions négatives qu’il m’était alors impossible d’envisager une issue positive à cette situation.

Puis, je me suis ressaisie. Je ne peux laisser mon fils seul face à cette colère qui semble le dépasser. Il me faut m’outiller pour l’accompagner dans tout cela. En fouinant sur Internet, j’ai trouvé ceci :

roue-de-la-colere

Il s’agit de la roue de la colère. Ce document va être affiché en évidence dans la maison. Chaque fois que s’amorceront les premiers signes d’une crise, nous irons ensemble voir de quelle façon il peut réagir. Libre à lui de choisir laquelle.

Puis j’ai regardé du côté des ouvrages. Je m’en suis procurée un certain nombre, en particulier ceux de Catherine Dolto :

les-coleres  ca-fait-mal-la-violence

obeir-desobeir gentil-mechant

Mais aussi, le fameux « Grosse Colère » dont je ne cesse d’avoir des éloges.

grosse-colere

Il existe également un outil aux critiques dithyrambiques : « Calme et attentif comme une grenouille » qui comprend un livre, un CD, une boîte à outils pour les parents et les enfants. Il s’agit de pouvoir aider son enfant à changer d’état d’esprit et de relation avec le monde qui l’entoure. On y trouve des exercices à faire au quotidien (sur le chemin de l’école, à table, quand on regarde un film ensemble, etc.) pour apprendre à regarder, écouter, découvrir ses émotions. Je compte évidemment me le procurer très rapidement !

calme-et-attentif-comme-une-grenouille

J’envisage également l’inscrire à une activité sportive. A l’heure actuelle, nous penchons pour le baby judo (essai mercredi après midi! Tu croises les doigts pour que ça lui plaise???)

Bref, tu l’auras compris, je déploie toutes mes ressources pour accompagner mon enfant dans ce qui me semble être une forme de détresse. Cet enfant me pousse à bout certes mais, jamais, je ne le lâcherai. Il me pousse à puiser dans ce qu’il y a de plus pur en moi, à développer des qualités que je n’avais pas, … Cet enfant, mon enfant, fait de moi, une personne plus forte, plus confiante, plus à l’écoute. Chaque jour, et bien malgré lui, me fils fait de moi quelqu’un de meilleur… A moi de lui rendre la pareille…

 

14 Comments on Cet enfant qui nous pousse à bout…

  1. Weena
    13 septembre 2016 at 12:41 (11 mois ago)
    Aie, pas facile avec en plus le deuxième …
    J’espère que les solutions que tu va essayer réussiront à apaiser ton troizan et que vous trouverez un sport qui lui plaise et l’aide a se canaliser ^^
    Bon courage
    Répondre
    • Pasquunemere
      13 septembre 2016 at 14:51 (11 mois ago)
      Merci beaucoup 🙂 On y croit!!!!!
      Répondre
  2. patoche-lyon
    13 septembre 2016 at 15:15 (11 mois ago)
    je comprends ton désarroi, mon aîné est un peu pareil … et j’ai peur que sa si gentille petite sœur suive l’exemple … l’école se passe bien, j’ai de la chance …
    j’ai trouvé la même chose que toi sur internet (j’ai les livres de dolto aussi, ils sont vraiment bien), et on consulte un pédopsy à la PMI (il est toujours sage comme une image chez lui). il fait des colères le plus souvent en présence de son père.
    bien lui rappeler que tout le monde peut se être en colère, c’est normal, mais que les autres n’ont pas à subir un jojo en train de piquer une crise dans le salon.
    je l’envoie se calmer dans sa chambre en lui expliquant qu’on arrive plus à communiquer (ni lui ni nous) et qu’il faut se séparer un petit peu. Au début, il était tellement en crise qu’il refusait de rester dans sa chambre, je l’enfermais qqs minutes ça me fendait le coeur (la psy m’a déculpabilisée là dessus), maintenant il arrive à y rester avec la porte ouverte le temps que le gorille de la colère parte …
    bon courage
    Répondre
    • Pasquunemere
      13 septembre 2016 at 16:33 (11 mois ago)
      Idem pou le coup de la chambre! Ca l’enerve encore plus! Il faut que je parvienne à lui faire comprendre que c’est pour le bien de tout le monde, pour qu’il parvienne à se calmer… j’espère que les choses vont s’apaiser… Merci pour ton témoignage et tes encouragements 🙂
      Répondre
  3. Vanina
    13 septembre 2016 at 16:47 (11 mois ago)
    Dolto est géniale pour trouver les solutions. Mais peut-être avez vous une structure style plu ou cmpp avec des personnes compétentes qui pourraient parler avec votre petit garçon et mettre des mots sur ses maux. Des fois il suffit de peu de choses pour débloquer les situations. J’ai rencontré cela avec mes trois enfants, le garçon en cp et les filles en pleine crise d’adolescence. Maintenant cela va mieux. Bon courage !
    Répondre
    • Pasquunemere
      15 septembre 2016 at 10:53 (11 mois ago)
      Etant moi même psy, j’ai encore du mal avec l’idée de faire appel au CMP. Non pas que je sois réfractaire, bien au contraire, mais je n’ai pas l’impression d’avoir encore « tout donné » pour lui. J’y songerai probablement lorsque j’aurai l’impression de ne plus avoir de ressources… J’ai hâte de recevoir les bouquins de Dolto! J’en entends que du positif!
      Répondre
  4. Céline
    13 septembre 2016 at 22:20 (11 mois ago)
    Eh bien moi je dis bravo!! C’est admirable, les ressources que tu déploies pour l’aider!! Il va en ressortir du positif c’est sur! Je me permets une piste : un magnétiseur? Une de mes amies avait un problème similaire et en discutant avec son magnétiseur à appris qu’il pouvait l’aider – et Ca à drôlement bien marché!! J’y suis allée pour aider mon fils à faire des nuits et idem! Depuis 20h – 6h non stop 😍 – Apres on y croit ou pas mais Perso je suis convaincue!!
    Répondre
    • Pasquunemere
      15 septembre 2016 at 10:51 (11 mois ago)
      Un magnétiseur? Le nom me fait flipper 😉 Je vais me renseigner! Merci pour tes encouragements et pour cette piste !
      Répondre
  5. Lau and the girls
    14 septembre 2016 at 12:25 (11 mois ago)
    Coucou ! Quel bel article… Et quelle douleur tu dois ressentir face à ces colères inexplicables. Il n’y a pas de solution miracle, mais je trouve que la roue de la colère est une super idée ! Tu nous diras si ça marche ?

    Ce n’était pas pour les mêmes raisons, mais j’ai récemment consulté une kinésiologue avec ma fille (plus petite, elle a 18 mois), et cette séance a eu beaucoup d’effets positifs sur elle. Si jamais… (j’en ai parlé sur mon blog)
    Gros bisous et plein de courage !

    Répondre
    • Pasquunemere
      15 septembre 2016 at 10:46 (11 mois ago)
      Kinésiologue??? Je ne connais même pas cette profession! Je vais aller fouiner du côté de ton blog pour en savoir davantage! Merci beaucoup!
      Répondre
  6. Vanessa Mère Débordée
    14 septembre 2016 at 20:05 (11 mois ago)
    J’ai l’impression de me lire dans tes écrits, bon sang !
    J’espère que tu en bavera moins que moi. Aller chercher mon fils le soir devenait un cauchemar tant j’appréhendais les remarques que j’allais recevoir sur son comportement.

    J’ai essayé tout ce que tu mets en place. Mais rien n’y a fait malheureusement.
    Par contre, j’ai fini par aller voir un psy pour moi, pour éviter de faire rejaillir ma frustration sur lui et ça a (un peu) apaisé les choses.

    Peut être voir pour un suivi au CMP pour ton loulou ? Si jamais l’année finie sans réelle amélioration, je ne peux que te conseiller de demander l’appui d’une AVS pour l’an prochain, qui sera là exclusivement pour lui et pourra soulager les maitresses (Nous, ça a changé pas mal de choses, l’AVS)

    Et surtout, surtout, n’hésite pas à demander la tenue d’une équipe éducative (même si tôt dans l’année) avec la maitresse, l’atsem et la direction, pour montrer que tu prends les choses au sérieux et éviter que l’équipe enseignante finisse par ne voir ton fils que par son comportement. Ici, il a fallu le changer d’école tant c’était devenu « le gamin chiant ».

    Que te dire d’autres. Courage. Il va t’en falloir. N’hésite pas à essayer de lui parler, et même de lui dire, à ton loulou, que tu est démunie face à son comportement et que tu aimerais bien l’aider à aller mieux.

    Niveau homéopathie, on a essayé Anacardium orientale 15 ch, 3 granules chaque matin, à coupler avec passiflora composé 3 granules le soir. + Staphysagria 15Ch et nux vomica, une dose chaque dimanche en alternance (staphy un dimanche, nux le dimanche suivant)

    Je ne sais pas si c’est l’homéo, le changement d’école ou l’AVS mais le changement de comportement a été hallucinant. Donc, au cas où…

    Et n’hésite pas si tu as besoin d’une oreille compatissante, je peux même te filer mon 06 😉

    Répondre
    • Pasquunemere
      15 septembre 2016 at 10:44 (11 mois ago)
      Quel chemin parcouru! Tu as du remuer ciel et terre pour pouvoir en arriver là et que ton petit bonhomme s’épanouisse… Pour tout t’avouer, j’espère ne pas connaître tout ça. Je dois encore en être à la phase « ça va se tasser ». En tous cas, c’est adorable à toi de me proposer ton écoute. Tu peux compter sur moi, je n’hésiterai pas 😉
      Répondre
  7. anyo
    15 septembre 2016 at 23:01 (11 mois ago)
    Tu m’impressionnes! Ta façon de gérer et de chercher des solutions et ton positivisme ! Bravo !
    J’espère que cela va vite s’apaiser. Est-il présent (et à l’ecoute) ors des échanges avec la maitresse? Parfois un vrai rdv tripartite enfant/parent(s)/enseignant aide à mieux poser les choses et les enfants changent….
    (Tu peux m’appeler of course)
    Répondre
    • Pasquunemere
      16 septembre 2016 at 14:14 (11 mois ago)
      Oui il est présent. Il sait tout ce qui se dit. D’ailleurs, mercredi, la maîtresse a souligné, devant lui, le fait que les choses semblaient doucement s’apaiser. Il entend le négatif comme le positif 😉
      Répondre

Leave a Reply