Cette image que nous lui renvoyons…

reflet miroir bébé image

Je suis la première à dire à quel point il faut prêter attention aux mots que l’on emploie avec son enfant. Je suis la première à penser que l’enfant colle à l’image qu’on lui renvoie de lui-même. Je suis la première à dire que cela peut laisser des séquelles. Je suis la première à condamner ces étiquettes. Et pourtant, aujourd’hui, je réalise que je suis probablement celle qui a eu le plus eu ce genre de comportement à l’égard de mon fils…

C’est lors d’une soirée entre amis que le déclic s’est produit. Lorsqu’ils nous ont demandé comment se passait la vie à quatre, nous avons souligné le caractère exemplaire de bébé alors que nous avons pointé le comportement exécrable de notre aîné : « provocateur », « ingérable », « n’en fait qu’à sa tête », etc.  Tout cela évidemment, il l’a entendu. Même s’il était occupé à jouer, il est bien trop attentif à son environnement pour ne pas tendre une oreille dès que l’on parle de lui…

Mais alors comment avons-nous pu ? Comment réagirions nous, adulte, si d’autres tenaient de tels propos à notre encontre ? Je suppose que nous nous défendrions, ou au moins, échangerions à ce sujet. Car nous avons les mots pour nous défendre. Ce qui n’est pas le cas de mon troizan… Non, lui son « arme » c’est lui-même, ce qu’il donne de lui, son corps, son attitude.

Nous, ses parents, ces personnes en lesquelles il a le plus confiance, pensons que c’est un petit garçon ingérable. Alors comment être autre chose ? Si papa et maman pensent que je ne suis pas gentil, c’est que cela doit être vrai…

J’écris ces mots et je me rends compte de l’ampleur que les choses ont prises. Des mois et des mois à le complimenter, le rassurer, le féliciter, l’encourager lorsque nous sommes seuls face à lui. Mais, dès lors que notre entourage nous questionne, nous ne nous faisons pas prier pour dire à quel point nous en bavons. Comment croire qu’il n’ait pas pu être impacté par cela ?…

Je ne nous condamne pas. Nous ne pensions évidemment pas à mal. Et puis nous, parent, avons aussi parfois besoin de vider notre sac. Mais je pense que le comportement de notre fils n’est pas sans lien avec tout ce que nous avons pu médire dire de lui…

Alors il va nous falloir être vigilant. Prêter attention aux mots. Modérer nos propos. Le faire participer à la conversation dès lors que l’on parle de lui (car, en ce qui me concerne, je ne tolèrerais pas que l’on parle de moi sans que je puisse en dire quoique ce soit).

Aujourd’hui, enfin, j’ouvre les yeux… Et j’espère bien pouvoir encore changer l’image que mon fils a de lui-même…

Je tiens le miroir dans lequel mes enfants voient leur reflet. A moi de faire en sorte que ce qu’ils y voient soit beau…

6 Comments on Cette image que nous lui renvoyons…

  1. Maëva Rêves de Bulle
    11 mai 2016 at 17:00 (1 année ago)
    Le principal c’est que tu/vous en ayez pris conscience! C’est difficile d’être parents, faire des erreurs est normal. Se questionner et changer de façon de faire prouve qu’on veut le mieux pour nos enfants ! Bravo pour ce questionnement! (nous en ce moment c’est à propos du jugement des autres… >.<)
    Répondre
    • Pasquunemere
      12 mai 2016 at 12:42 (1 année ago)
      Le jugement des autres? C’est à dire? J’ai raté quelque chose? (j’ai vu l’histoire du bib 😉 )
      Répondre
  2. Mariella Dreams
    11 mai 2016 at 23:30 (1 année ago)
    Hello!

    J’adore ton article! Et oui, j’en suis également convaincue. Nous sommes les miroirs de nos enfants. Les étiquettes font entrés les enfants dans cet « emballage » que leurs environnements, leurs proches leurs donnent. Non en parlions justement avec mon mari dernièrement.

    Le plus important c’est d’en être conscient et de rectifier ses mots…
    Belle soirée à toi,

    Mariella Dreams

    Répondre
    • Pasquunemere
      12 mai 2016 at 12:42 (1 année ago)
      Exactement! L’avantage, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour rectifier le tir! Voire même s’excuser d’avoir agi ainsi jusqu’alors… (et merci pour ces jolis mots 🙂 )
      Répondre
  3. MumChérie
    12 mai 2016 at 07:08 (1 année ago)
    Tu as raison, il faut être vigilants car ils nous entendent même s’ils semblent jouer (avec des amis, en voiture…) et nos mots les touchent forcément… et comme tu le dis, ils ne peuvent pas le verbaliser!
    Répondre
    • Pasquunemere
      12 mai 2016 at 12:40 (1 année ago)
      Oui, je ne comprends pas comment j’ai pu laisser passer ça… Mais maintenant je serai vigilante 😉
      Répondre

Leave a Reply