En fait t’es pas méchante, t’es juste fatiguée…

7553037-image-de-la-femme-d-39-affaires-tres-fatigue-ou-etudiant-avec-son-visage-sur-le-clavier-d-39-ordinat

Voilà une superbe réflexion sortie de la bouche de mon homme hier soir : t’es pas méchante, t’es juste fatiguée. Agréable n’est ce pas ?

Pour que vous puissiez comprendre la dite remarque, il va vous falloir quelques éléments de contexte.

Actuellement, je suis en période de stage. Cet élément est d’une importance cruciale car cela implique que je n’ai plus mes 5h de trajet quotidien. Et de cela découle tout le reste :

  • 7h : réveil. Rends-toi compte ! 7h du matin ! C’est digne de la grasse mat’ !
  • 7h30 : après m’être caféinée à foison, je peux me doucher ! Elément anodin de prime abord mais ça change tout ! La douche le soir, c’est bien. On se sent fraîche avant d’aller se coucher. Mais la douche du matin, quand tu as le temps de la prendre, c’est quand même un plus indéniable ! Rien de tel pour te sortir la tête du fion !

A noter également que mon homme, de son côté, se charge d’emmener le tout p’tit chez la nounou.

Donc à 7h30 : pump it up !!!! Je suis seule à la maison pour 30 fabuleuses minutes ! Je peux danser nue sur la table du salon en buvant des mojitos ! J’déconne bien sûr ! Mais ces 30 minutes sont très chères à mes yeux. Je peux, au choix, me maquiller, me laver les cheveux, glandouiller, geeker, etc.

  • 8h : départ du domicile avec ma chère et tendre voiture dans laquelle je pourrais lâcher toutes les insanités possibles et imaginables!
  • 17h30 : retour au domicile à une heure décente (ça change quand même de ça!)

Je peux profiter de mes deux hommes comme bon me semble. Je peux aussi en prendre un pour taper sur l’autre si l’envie se fait sentir !

Et c’est donc hier soir, après avoir couché le tout p’tit puis dîné en amoureux, que la chouquette a trouvé à me dire cette fabuleuse phrase : « en fait, t’es pas méchante, t’es juste fatiguée ». S’en est suivi un débat sur ma formation, mes journées à rallonge, mon degré de fatigue qui retentit sur mon seuil de tolérance à la connerie.

Donc non chouquette, je ne suis pas méchante. Juste quand j’ai fait une nuit de 4 heures, enchaînée avec ma journée de boulot qui comporte en elle-même des heures de transport en commun, il m’arrive d’avoir envie de te prendre les yeux, de les faire revenir à la poêle et de les donner à bouffer aux chats du quartier !

8 Comments on En fait t’es pas méchante, t’es juste fatiguée…

  1. Marie-Torne
    23 avril 2014 at 15:37 (3 années ago)
    Elle est trop mignonne de se rendre compte de ça! Un truc exprès pour te faire fondre, ça… 😉
    Répondre
    • Pasquunemere
      24 avril 2014 at 13:01 (3 années ago)
      Toute petite précision : la chouquette n’est autre que mon homme. C’est son p’tit surnom. Mais je me rends compte qu’il le porte très mal vu ce qu’il me balance le saligot! Le pire dans tout ça c’est que tu as raison : lorsqu’il m’a fait cette remarque, il pensait compliment. Je vais lui acheter L’art de tourner sa langue en 7 leçons.
      Répondre
    • Pasquunemere
      24 avril 2014 at 12:55 (3 années ago)
      Oui, il faut que je me repose. La fatigue rend fou! Heureusement que les vacances approchent car j’aurais sans doute fait la rubrique faits divers de mon journal local : « Epuisée, une mère mange son mari et son fils pour avoir la paix »
      Répondre
    • Pasquunemere
      24 avril 2014 at 12:58 (3 années ago)
      Merci!
      Oui la chouquette est connu pour sa perception très fine et délicate des événements! Il a toujours sa manière à lui, très subtile, parcimonieuse, de dire les choses!
      J’plaisante bien sûr! Il a du prendre l’option « j’dis c’que j’pense comme ça vient et j’men fous » à l’école!
      Répondre
  2. celine
    25 avril 2014 at 07:57 (3 années ago)
    ohhh choupiiiiiiii … c’est super bien résumé… on est pas méchante mais juste fatiguée… en tout cas je retiens le mojito, j’osai même pas juste y penser…
    Répondre
    • Pasquunemere
      25 avril 2014 at 14:34 (3 années ago)
      Merci!
      Pour le mojito, je me le garde sous le coude en cas de détresse psychologique extrême –> « Passe moi le rhum où j’étrangle le tout p’tit! »
      Répondre

Leave a Reply