Faire le deuil d’une grossesse idéalisée…

grossesse pathologique

Après avoir vécu une première grossesse des plus sereines, je m’attendais connement naïvement à ce qu’il en soit plus ou moins de même pour la seconde. Oui bon ok, je sais bien qu’on ne peut évidemment pas comparer une grossesse à une autre mais bizarrement, lorsque cela se passe bien pour la première, tu te dis que tu dois avoir « ça » dans le sang (range moi ton sourire moqueur s’il te plaît !).

Tu l’auras compris, cette seconde grossesse ne se déroule pas comme prévu (comme si on pouvait prévoir quoique ce soit en de pareilles situations). D’abord des symptômes typiques mais très prononcés : nausées, épuisement, douleurs ligamentaires, etc. Fort heureusement pour moi, les nausées se sont grandement atténuées au second trimestre. Rapidement remplacées par d’autres soucis malheureusement…

En effet, depuis plusieurs semaines maintenant, j’ai tendance à avoir quelques contractions. Rien de douloureux. Plutôt un sentiment de gêne, d’inconfort. J’en ai bien sûr parlé à ma sage femme lors de mon dernier rendez vous : « en deçà de dix contractions non douloureuses par jour, on ne s’inquiète pas » Ok, ça me va !

Sauf qu’un jour, j’ai eu bien plus de 10 contractions/jour. Et malgré le repos que je me imposée, rien n’y a fait. A cela se sont ajoutés des maux de tête assez virulents. Bref, dès le lundi matin, j’ai pris rendez vous chez mon médecin traitant (qui a une spécialité en gynécologie). Elle m’a pris en urgence (et là, à la fois, tu te dis « cool ! » et « ça sent le pâté ! »), a procédé à un examen classique et gynécologique. Bilan des courses : hypertension + modification du col suite aux contractions. Elle m’a prescrit un arrêt, d’abord d’une semaine, me demandant de revenir la voir le mardi suivant, soit hier.

Résultat : mon arrêt est prolongé. Sortie interdite. Repos forcé. Pas de port de charge (et sache que, dans ce cas, ton enfant est considéré comme charge). Pas de voiture. Bref, il me faut rester allongée le plus possible. Evidemment, cela implique un certain nombre de renoncements (en particulier celui de ne pouvoir me rendre aux E-fluent, évènement blogueur qui me tenait vraiment à cœur).

Ma situation sera réétudiée la semaine prochaine, lors de mon rendez vous mensuel chez la sage femme. Et je ne te cache pas espérer pouvoir reprendre le boulot. Car si mon arrêt est renouvelé, il va me falloir faire le deuil de tout un tas de « petits riens » :

  • Emmener mon fils à Disneyland pour les fêtes
  • Réunir ma famille autour du repas de Noël
  • Me rendre dans les magasins pour combler de présents mon entourage
  • Errer dans les rayons layette
  • Préparer la chambre de bébé

Rien de dramatique en soi mais il me faut me préparer à cette éventualité… Bien sûr je trouverai des moyens de compenser ; bien sûr l’essentiel reste que bébé aille bien ; bien sûr je me dois de le protéger… Toujours est il que cela reste parfois compliqué de faire le deuil d’une grossesse idéalisée…

14 Comments on Faire le deuil d’une grossesse idéalisée…

  1. Nessendyl
    25 novembre 2015 at 12:26 (2 années ago)
    Aïe! J’espère que tu vas obtenir le droit de bouger et que ça va aller mieux.
    Je ne sais pas comment je ferai à ta place! Heureusement j’ai seulement fatigue et douleur ligamentaire. J’ai de la chance à ce que je vois!

    Bon courage!!

    Répondre
    • Pasquunemere
      29 novembre 2015 at 11:54 (2 années ago)
      Oui tu as de la chance! Profite!!!!! <3
      Répondre
  2. Die Franzoesin
    25 novembre 2015 at 13:05 (2 années ago)
    J´ai connu ca pour ma première grossesse, repos forcé puis alitement pendant deux mois et demi… Je me souviens de mes controles fréquents, de mes espoirs toujours plus petits de reprendre le travail, une vie normale. Et finalement je suis restée comme ca jusqu`à l´accouchement (à 36 SA). Je ne dis pas que ca va etre pareil pour toi hein, je ne te le souhaite pas bien sur ! Mais quoiqu´il arrive, ce genre de situations nous apprennent à lacher prise, nous forcent à vivre dans le présent. Finalement un an après (et un bébé en bonne santé heureusement), je crois que ca m´a appris des choses 🙂 .
    Répondre
    • Pasquunemere
      29 novembre 2015 at 11:53 (2 années ago)
      Tu as tout à fait raison. Il me faut me préparer à cette éventualité. Et l’essentiel reste évidemment que bébé aille pour le mieux… Merci!
      Répondre
  3. CompletementNad
    25 novembre 2015 at 14:28 (2 années ago)
    Pas facile tout ça surtout lorsqu’on s’y attend pas.
    Dis toi que c’est juste pour un temps, pas choisi certes, mais juste pour un temps tout de même.
    Ce nouveau bonheur arrive avec quelques complications mais le résultat final te feras oublier tout ça.
    Répondre
    • Pasquunemere
      29 novembre 2015 at 11:48 (2 années ago)
      C’est ce que je me dis! C’est d’ailleurs ce qui me fait tenir le coup! Merci miss!!
      Répondre
  4. lacafouine
    25 novembre 2015 at 15:09 (2 années ago)
    Je n’ai pas vécu ces inconvénients, ils doivent être difficiles à vivre et je ne sais pas comment je les aurais appréhendés si j’avais du y faire face. Alors je ne peux que te souhaiter bon courage!
    Répondre
    • Pasquunemere
      29 novembre 2015 at 11:45 (2 années ago)
      Merci!!! J’en ai bien besoin!!!
      Répondre
  5. Loute
    25 novembre 2015 at 15:34 (2 années ago)
    Bonjour courage, je l’ai vécu aussi et je n’avais meme pas le droit de me lever. Après deux semaines, quand le médecin m’a dit : vous pouvez prendre vos repas à table, c’était le bonheur. Ce doit etre difficile à vivre pour ton grand. Fais lui des calins pour nous.
    Répondre
    • Pasquunemere
      29 novembre 2015 at 11:45 (2 années ago)
      T’es mignonne! Je n’y manquerai pas 🙂
      Répondre
  6. Flavie
    25 novembre 2015 at 20:40 (2 années ago)
    J’ai connu ça pour ma 2me grossesse. La 1re s’était bien passée dans l’ensemble. Et à la seconde, je me retrouve alitée à 2 mois de grossesse. Plus de 2 mois couchée avec interdiction de se lever sauf pour aller aux toilettes ou la douche (autorisée 1 jour sur 2). Effectivement ce n’est pas facile à vivre, surtout quand il y a d’autres enfants. Bon courage.
    Répondre
    • Pasquunemere
      29 novembre 2015 at 11:45 (2 années ago)
      Et du coup, au bout de deux mois, les choses allaient mieux? Tu as pu reprendre une activité?
      Répondre
  7. Myriam
    3 janvier 2016 at 00:19 (2 années ago)
    Repose toi au maximum même si c’est plus facile à dire qu’a faire … Je connais beaucoup de mamans à qui c’est arrivé super tôt et qui au final, ont tenu jusqu’à terme donc je croise pour toi.

    Ici aussi c’est la loose, pas pour les mêmes raisons. J’espérais faire le deuil de ma première grossesse, de mon accouchement à 6 mois et demi mais la deuxième est encore pire, on n’est même pas en mesure de m’assurer la survie de mon enfant. Mais enfin bon, comme on dit chez nous, in sha Allah tout se passera bien 🙂

    Répondre
    • Pasquunemere
      4 janvier 2016 at 17:52 (2 années ago)
      Oh mais c’est terrible ça! Quelle horreur tu dois vivre! Je te souhaite, je vous souhaite, que tout aille bien…
      Répondre

Leave a Reply