Fichue norme !

quand est ce que tu t y mets« Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? » de Véronique Cazot et Madeleine Martin (éd. Fluide Glacial)

Hier soir, je suis allée rejoindre des copines dans un pub pour une petite soirée girly. Papotages, ragots, blablatages et greluchages étaient évidemment au rendez vous. Lâchez huit trentenaires dans un bar, servez leurs des bières et écoutez ce qui se dit, ça veut le détour !

Parmi nous, seules trois sont mamans. S’est donc posée la question de l’enfantement (si si, ce terme existe bien). La plupart de mes copines ont ce désir d’enfant mais, pour diverses raisons, le projet est différé. Mais pour l’une d’elle, cette envie n’est pas là. Et cela l’inquiète… Beaucoup !

–          Et si je n’en ai jamais envie ?

–          Et si j’en ai envie trop tard et que cela n’est plus possible ?

–          Pour le moment j’ai envie de profiter de mon couple, c’est égoïste non ?

–          Et si je n’avais jamais d’enfant ?

Voilà les principales inquiétudes dont elle nous a fait part. Alors qu’entendre derrière tout ça ? Et bien, il me semble que la société et les diktats qu’elle véhicule n’y sont pas pour rien. Foutue norme qui nous colle aux basques toute notre vie.

Quand on y regarde de plus près, dès notre plus tendre enfance, nous avons été confrontés à cette norme : courbe de croissance, développement psychomoteur, langage, etc. Gare à celui qui s’écartera du sentier sous peine d’avoir l’étiquette « retard » collée sur le front !

Bien évidemment cela perdure : à l’école, à l’entrée dans la vie active, au moment de se « poser », etc. Que celui/celle qui a 30-40 ans n’a pas un boulot, un logement dont il est propriétaire, un enfant fasse très attention à ses miches. Il risque en effet l’humiliation sur la place publique.

Regardez moi par exemple, 30 ans et toujours en formation. Et bien je peux vous dire que j’ai mangé : « ah oui, mais pourquoi faire ? », « ah t’es en exams comme les élèves de Terminale en fait ? », « et si t’échoues, tu redoubles comme à l’école ». Drôle, drôle, drôle !

Bref, pour en revenir à mon amie, voyez vous elle va avoir 30 ans, elle est couple depuis un moment, elle a le boulot, le logement mais visiblement ça ne suffit pas. La question qui revient en boucle et qu’on connait tous : alors  quand est ce que tu t’y mets? Elle ressent une telle pression sociétale qu’elle en vient à culpabiliser quant à ses choix de vie. Mais on est où la ??? Je suis toujours étonnée par le manque de tact de certaines personnes qui fourrent leur nez partout. Mais qu’est ce que ça peut vous faire ??? Imaginez un peu ce que doivent ressentir les couples qui sont en essais et pour qui les choses se révèlent plus compliqués. Voyez un peu la douleur qu’une telle curiosité peut provoquer.

Donc j’ai envie de dire : f*** ! Tu ne veux pas d’enfant ma belle, et bien grand bien te fasse ! A tous les curieux, à la norme, au conditionnement, je dis mer** ! Bon, comme vous le voyez, j’en ai gros ! Et quand j’en ai gros, je suis vulgaire. Donc pour retranscrire mes propos en langage plus soutenu, je citerai Oscar Wilde qui disait :

Il est des moments où il faut choisir entre vivre sa propre vie pleinement, entièrement, complètement, ou traîner l’existence dégradante, creuse et fausse que le monde, dans son hypocrisie, nous impose

12 Comments on Fichue norme !

  1. Aventure Bébé
    3 juillet 2014 at 12:18 (3 années ago)
    Coucou ! Je comprends ta copine et je comprends tellement cet article. J’ai passé la fameuse trentaine, je suis en couple depuis des années, monsieur a déjà un enfant, alors la question, j’y ai droit minimum une fois par mois, parfois par les mêmes qui ne se souviennent pas l’avoir déjà posée avant; heureusement, ce n’est pas l’entourage proche car à un moment, t’as juste envie d’envoyer valser ces gens là… Mieux que des questions, les gens s’inquiètent pour ton futur et ton bien être, comme si on était pas fichue de penser soi même. Manque de tact ? de discernement ? Je crois que la société à parler de tout n’importe comment à tout va, fait croire à certain(e)s qu’ils peuvent se permettre d’aborder tout sans aucune précaution, sous prétexte de sociabilité, de faussement s’intéresser, de proximité qu’ils sont bien les seuls à sentir. C’est pourtant juste de l’intrusion, de la curiosité déplacée. Tout ça, pour beaucoup, c’est juste super intime, privé, personnel. D’ou notre choix ici, de ne parler de rien, sauf quand ça arrivera. En attendant, je finis par dire parfois aux + lourdingues que ce n’est pas prévu, et parfois que je n’en veux pas.
    Merci pour cet article !!
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 juillet 2014 at 12:48 (3 années ago)
      Je lis ton blog et j’ai eu une pensée pour toi à la rédaction de cet article… Ce qui tu es est très vrai. Tous ces comportements relèvent de l’intrusion dans une sphère plus qu’intime. Cela m’échappe totalement… Au mieux c’est déplacé, au pire c’est malveillant!
      Répondre
  2. Madame Grenouille
    3 juillet 2014 at 14:14 (3 années ago)
    Ah la question « et vous c’est pour quand ? »
    Quand on ne voulait pas encore d’enfant (notre désir d’enfant est venu juste après mes 30 ans), ça nous gênait déjà pas mal, parfois j’avais envie de répondre  » euh bah on te le dira comme ça tu pourras nous dire si on s’y prend bien hein?! »
    Et puis quand on en a voulu un il est pas arrivé tout de suite (et encore on n’est pas passé par la case PMA mais disons qu’on a attendu plus d’un an) et là le malaise…souvent je partais pleurer discrétos aux toilettes, le pire c’est quand les gens sortaient des conneries sur l’infertilité ou qu’ils se vantaient d’avoir fait un enfant  » du premier coup! ». Cela m’a vacciné, quand on pose cette question à un couple lors d’une soirée, je détourne la conversation, quand on sort des trucs débiles, je resitue de suite ce qu’est un traitement PMA, l’adoption etc et surtout je ne dis plus « félicitations » à un couple qui vient d’avoir un enfant. « Félicitations » de quoi ? d’avoir des gamètes qui fonctionnent? je dis par contre « Bienvenu au bébé, je suis heureuse pour vous! » parce que oui c’est une chance immense d’avoir un enfant…quand on en veux un… 🙂
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 juillet 2014 at 16:52 (3 années ago)
      Les gens ne se rendent pas compte de la virulence de leurs propos parfois… Ils ne savent pas à quel point une simple phrase peut venir faire violence chez l’autre… Avant d’ouvrir sa bouche il ne faut jamais oublier qu’on parle à une personne qui a une histoire de vie et que celle ci peut s’avérer être douloureuse…
      « euh bah on te le dira comme ça tu pourras nous dire si on s’y prend bien hein?! » –> j’ai bien ri!!! Et je pense qu’effectivement ça pourrait venir clouer le bec à pas mal d’idioties!
      Répondre
  3. MamLucile
    3 juillet 2014 at 15:56 (3 années ago)
    Il ne sert à rien d’avoir des enfants si nous n’en avons pas envie. Si elle est bien comme elle est, où est le problème ? Son choix peut paraître égoïste et alors ? C’est elle que ça regarde, pas les autres !
    Et quand bien même ne pas avoir d’enfant, est son choix, il est aussi normal qu’elle ait des doutes … C’est tout de même une décision importante qui sera, un jour, irréversible.
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 juillet 2014 at 16:54 (3 années ago)
      Exactement!!! C’est ce qu’on s’est évertué à lui répéter hier… Elle avait l’air rassurée. Mais tu sais, il se peut qu’aujourd’hui elle ait rencontré une espèce d’andouille qui lui aura fait une piqûre de rappel pour qu’à nouveau toutes ces interrogations refassent surface…
      Répondre
  4. mondomisiladore
    4 juillet 2014 at 10:23 (3 années ago)
    c’est tout a fait vrai et je dois même avouer que je demande parfois à mes copine qui sont en couple depuis longtemps si elle y pense … mais bon on est proche alors je peux me permettre non??? mais a quelqu’un que je croise comme ça au marché bah là non effectivement je trouve que ce serait deplacé ^^
    Répondre
    • Pasquunemere
      6 juillet 2014 at 20:06 (3 années ago)
      Oui avec les proches je pense qu’on peut se permettre tout de même 😉 Lol sur le marché, j’imagine la scène : rayon légumes, une trentenaire inconnue, « ‘cusez ma p’tite dame mais je ne vois pas d’enfant près de vous, bah alors faudrait penser à s’y mettre! »
      Répondre
  5. Aventure bébé
    4 juillet 2014 at 16:16 (3 années ago)
    De mon côté la plupart du temps ce sont les collègues. L’open space hélas, c’est intimité zéro, alors quand certain(e)s t’ont + ou – située (la trentaine, a priori en couple… un boulot), on dirait qu’ils ont la combinaison qui autorise la question. Sauf que la questions ils/elles se l’autorisent eux mêmes. Même quand on demande rien, la question tombe. Parfois ce sont des remarques aussi, style, « Si je peux me permettre, tu devrais t’y mettre ». Ce jour là je ne m’y attendais tellement pas que j’ai séché sur place, aucune répartie. Il y a tellement de gens sans tabous (et tant mieux) que d’autres oublient parfois que la majorité, ce n’est pas la totalité. On est pas tous dans le gros déballage du privé, notamment sur l’état de la stérilité, des ovaires et le reste. Alala !
    Répondre
    • Pasquunemere
      6 juillet 2014 at 20:09 (3 années ago)
      « Si je peux me permettre, tu devrais t’y mettre ». Euh pardon?! Et si on parlait de ta vie sexuelle? Non parce que niveau intimité on serait encore loin de la réflexion que tu viens de me faire! Non mais parfois on devrait avoir des massues à la Nicky Larson pour pouvoir mettre des branlées à certaines personnes!
      Répondre
  6. unemamanquidechire
    4 juillet 2014 at 17:31 (3 années ago)
    Très bon article ! Je n’aurais pas mieux dit moi-même ! Je viens de l’envoyer à la Marraine de mon fils qui se pose exactement les mêmes questions, mot pour mot, à chaque fois qu’on se retrouve autour d’un mojito !
    Répondre
    • Pasquunemere
      6 juillet 2014 at 20:10 (3 années ago)
      Merci! Hihi big up à la marraine de ton fils alors! Et la prochaine fois, buvez un mojito en mon honneur! J’adoooooooooore les mojitos!
      Répondre

Leave a Reply