Ils sont pas un peu gros les morceaux là?

0002791911PP-849x565

Le tout p’tit va bientôt avoir 14 mois, l’âge où l’on oublie les purées lisses et où l’on incorpore des morceaux, des vrais, ceux qui impliquent de mastiquer. C’était sans compter sur sa mère et ses angoisses chroniques.

En effet, dès les prémisses de la diversification, j’ai redouté ce moment où l’on introduit les bouts. Vous comprenez, pour quelqu’un comme moi, qui dit morceau, dit mort imminente par étouffement… C’est dingue ça, plus je vieillis, plus je me découvre de phobie… Serait-ce ça qu’on appelle les petites surprises de la vie ?…

Je parviens toutefois à me raisonner en me disant que je ne peux décemment pas priver mon fils de nourriture solide. C’est absurde. Donc la solution que j’ai trouvé c’est de ne plus lui donner à manger. Fabuleux n’est ce pas ? Quand il s’agit du bib, des compotes et yaourts, je suis là. Mais dès que je vois un morceau approcher de sa bouche, je me sauve.

En réalité, ça n’est absolument pas une solution car, d’une, je ne résous pas ma phobie et, de deux, je risque de la transmettre à mon fils. Par ailleurs, le fait que nous n’ayons eu aucun incident à déclarer ne me rassure aucunement. Voyez-vous, je pousse le vice : ça n’est pas parce que ça n’est jamais arrivé, que ça ne risque pas de se produire… Et oui !

De la même façon, quand on me dit que oui ça arrive mais qu’il suffit d’être réactif, ça ne m’aide pas non plus. Oui j’aurais sans doute des réflexes mais je ne préfère pas m’y risquer. Je suis une flipette finie !

La dernière fois, j’en discutais avec une copine qui me disait : « une fois ses dents de lait tombées, les dents définitives ne vont jamais repousser tellement elles vont capter qu’elles servent à rien ! ». C’est pas faux…

Donc bon, faut que je me soigne oui, je vous l’accorde. Il faut que je me fasse violence, oui c’est vrai… Mais comment faire ? On me dit « donne lui, pour commencer, un boudoir spécial bébé », proposition à laquelle je réponds « mais c’est hyper dur ce truc, et s’il l’avale d’un coup ? ». J’ai toujours moyen de contrecarrer les solutions qu’on m’apporte.

Comment vous faites vous, personnes normalement constituées, pour donner des morceaux à votre enfant ? Est-ce une angoisse pour vous aussi ou bien dois-je envisager tout de suite l’internement en hôpital psychiatrique ?

 

4 Comments on Ils sont pas un peu gros les morceaux là?

  1. Mum_issime
    15 avril 2014 at 21:12 (3 années ago)
    Hum…
    Je suis, à l’inverse de toi, plus rassurée quand c’est moi qui lui donne les morceaux en question !
    Lorsque ma belle mère arrive avec un BN ou carrément un bout de biscotte, je transpire de toutes les pores de mon corps !
    Mais sinon, il est normal d’avoir un peu peur de donner des morceaux à son bébé, mais tu as raison quand tu dis que tu risques de transmettre ta phobie à ton fils !
    Un conseil, démarre par des biscuits un peu mou (il existe de boudoirs mous!), ou des bouts de fromage par exemple, choses qui fondent rapidement mais qui de premier abord ne ressemblent pas à la purée toute lisse…Comme ça il s’habitue peu à peu et toi aussi !
    Et le jour où tu lui files un vrai gâteau, tu restes à côté, et quand tu sens qu’il galère, hop telle une pie tu plonges ton doigt dans sa bouche et tu récupères le bout en question ! Testé et approuvé ! 😉
    Répondre
    • Pasquunemere
      15 avril 2014 at 21:44 (3 années ago)
      Oui tu as raison, faut que je me lance! J’en ai des sueurs froides rien que d’y penser! Le pire c’est que je suis équipée pour ça. J’ai les fameux boudoirs mous qui traînent dans mon placard depuis des lustres (note à moi même: vérifier la date de péremption).

      Mais du coup je fais comment : je lui donne carrément le truc entier dans la main??? Punaise, stupidité sort de mon corps!!!

      Répondre
  2. Happycountdown
    15 avril 2014 at 22:27 (3 années ago)
    Ahah quelque chose me dit que je serai comme toi dans quelques mois : une stressée de l’étouffement…et de tant d’autres choses! Avoir un enfant c’est beaucoup d’angoisses quand même.
    Répondre
    • Pasquunemere
      16 avril 2014 at 09:00 (3 années ago)
      J’te le confirme! 🙂

      Enfin je te rassure, toutes les mamans ne sont pas comme ça. Certaines, même si elles sont inquiètes et stressées, parviennent à rationaliser.

      Moi je pense être atteinte d’anxionite aigüe! Je peux te transformer un petit bleu en trauma crânien en l’espace d’une demie seconde. Faudrait que je pense à me présenter au Guinness Book dans la catégorie : montée en angoisse la plus rapide du monde!

      Répondre

Leave a Reply