Ma famille

Mon fils, cet enfant particulier…

D’aussi loin que je m’en souvienne, évoluer auprès de mon fils n’a jamais été une promenade de santé… Incompréhension, doute, conflit, questionnement, autant de points sombres venant quasi quotidiennement entacher notre relation.

Puis, sont venues s’ajouter les revendications extérieures : d’abord la crèche, puis l’école « comportement inacceptable, n’accepte pas les règles, ne sait pas gérer ses émotions, … ». Du négatif sur du négatif, un cocktail explosif.

Je ne comprenais pas qu’il ne s’adapte pas. Il ne comprenait pas que je ne le comprenne pas. Un cercle vicieux duquel nous aurions pu ne jamais sortir et pourtant… Je me devais, en tant qu’adulte, en tant que parent, d’accéder à son monde. S’il se comportait de la sorte, il devait avoir de bonnes raisons. A moi de découvrir lesquelles…

Alors j’ai lu, beaucoup. J’ai glané toutes les informations possibles et imaginables. Pour enfin comprendre que mon fils est un enfant particulier. Entendons-nous, tous les enfants sont des êtres particuliers. Toutefois, entre le dire et l’accepter, il y a un fossé.

Certains utiliseront le terme « précoce », « surdoué », « haut potentiel »… De mon côté, j’évite d’employer ces expressions. Mon fils, comme tous les enfants, est extra-ordinaire. Il a un monde qui lui est propre, des pensées uniques, des capacités particulières, un fonctionnement à part. Comme tout un chacun. Nul besoin d’étiquetage.

Dès lors qu’il m’a ouvert l’accès à son monde, j’ai enfin pu le comprendre, ou du moins essayer. Ses préoccupations, ses émotions, ses colères, sa sensibilité… Chez lui, tout déborde. Tout est démesuré, disproportionné. Blanc ou noir, pas de nuance possible. Dans le positif, comme dans le négatif.

En tant que parent, il n’est pas toujours aisé d’évoluer quotidiennement à ses côtés. Néanmoins, je me dis qu’il est encore plus difficile pour lui d’être lui-même… De fait, nous tentons de l’accompagner autant que possible, dans sa « différence ».

Je ne compte plus les multiples convocations à l’école. Je ne te cache pas qu’au début, j’ai été profondément malmenée par cette institution scolaire qui, à mon sens, ne faisait pas l’effort de nous comprendre. Puis, la résilience faisant bien son travail, j’ai accepté. Qui dit enfant extra-ordinaire, dit réactions extra-ordinaires. Alors j’accepte les multiples rendez-vous, j’accepte que l’on se plaigne de mon enfant, j’accepte d’entendre des mots virulents à son égard. J’accepte car je sais qui il est et jamais personne ne me fera douter de lui.

Et surtout, je le préserve autant que possible. Il sait pertinemment qu’il est un enfant particulier. Nul besoin d’adulte pour lui rappeler à quel point (à quel point il n’écoute rien/à quel point il n’en fait qu’à sa tête/à quel point il ne respecte pas les règles/etc.).

De mon côté, je ne cesse de lui rappeler à quel point il est unique. Mais aussi que la société est faite d’êtres uniques. Et que pour que nous puissions vivre ensemble, il nous faut respecter certaines règles. Que, parfois, ces règles peuvent sembler injustes mais que le monde est ainsi fait… Et surtout, qu’il garde précieusement cette singularité qui fait de lui un être si merveilleux…

Le chemin à ses côtés risque d’être encore bien sinueux. Toutefois, je ne doute pas du fait que nous traverserons les épreuves. Ensemble. Car, jamais il ne doit douter que, dans ce monde, parfois malveillant, il est une personne sur laquelle il peut compter. Pour toujours et à jamais. Sa maman.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :