relativiser

De l’importance de relativiser…

9h40 et déjà bien trop de choses qui m’ont pris la tête ce matin… Des enfants qui considèrent que partir à l’école en pyjama c’est « hype », une voiture qui ne roule pas assez vite, des piétons qui ont l’audace de traverser la route, des collègues qui te tapent la bise alors que de toute évidence ils ont oublié la case « brossage de dents » (et plus sérieusement, de « vrais » soucis).

9h40 et j’ai le cerveau qui me dit « détends toi du gilet ma grande car je suis en surchauffe ! ». En effet, si je continue à ce rythme, je vais finir en PLS dans un coin de mon bureau…

Deux options s’offrent alors à moi :

  • soit je continue à me la jouer Rocky Balboa en considérant que ma journée est un combat dont je dois sortir gagnante,
  • soit je prends l’option Bouddha en ouvrant mes chakras et en me relâchant mes sphincters.

L’option deux semblant être la meilleure à tout niveau (sauf pour mon périnée), je vais te donner mes « trucs et astuces » pour désamorcer ce qui semble être « une journée en enfer ».

Astuce n°1 : Est-ce que le problème en question est pérenne ?

Sous-entendu, est ce une difficulté qui s’est installée durablement dans mon quotidien ? Ou, à l’inverse, est-ce une difficulté ponctuelle amenée à disparaître aussi vite qu’elle n’est apparue ? Est-ce que, dans 3 jours, 3 semaines, 3 mois, ce problème en sera-t-il encore un ?

Astuce n°2 : Existe-t-il une solution ?

Ai-je un quelconque pouvoir de modifier la situation ou bien, quoique je fasse, les faits sont là ? Auquel cas, il semble peu utile de dépenser de l’énergie à vouloir modifier quelque chose d’irrémédiable (plus facile à dire qu’à faire, je te le concède).

Astuce n°3 : Ai-je déjà connu pire situation ?

Si oui, quelles ressources ai-je utilisé pour m’en sortir ? Car, tout porte à croire que si j’ai réussi à dépasser une situation plus complexe, je suis armée pour affronter celle-ci…

Astuce n°4 : Est-ce que j’entrevois du positif ?

Est-ce que, malgré la situation qu’on qualifierait aisément de « merdique », il y a des éléments plus agréables (dans ma journée, voire dans ma vie en général) qui viennent contrebalancer tout ça ?

Telles sont les quelques questions que je me pose chaque fois que commence à s’activer le mode « furie ». Le plus difficile étant, selon moi, de se mettre sur « pause » afin de faire un pas de côté pour analyser la situation…

Et toi, quelles sont tes stratégies pour appréhender et dépasser au mieux une situation-problème ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *