La fatigue…

tchoupi-na-plus-sommeil-fatigue

Lorsque tu as un enfant en bas âge, tu assimiles vite le fait qu’il va te falloir apprendre à t’accoutumer à une nouvelle compagne : la fatigue.

Elle s’immisce dans ta vie, sans même que tu l’y ais convié. Pas de premier rencard, pas de premier verre, elle file directement dans ton pieu et s’y installe en prenant toute la couverture. Pas besoin de PACS et autre mariage pour t’engager auprès d’elle, elle ne te quittera plus, sois en sûr.

Parfois, tu penseras te débarrasser d’elle. Tu retrouveras ton pote perdu de vue depuis longtemps : le repos. Le repos lui, est plus fourbe, plus farouche. Il se laisse approcher, toucher du doigt pour repartir aussi vite qu’il est venu. Ses cousins proches ne sont autres que Bip Bip, Speedy Gonzales et Usain Bolt.

Par ailleurs, lorsqu’elle s’immisce, la fatigue vient rarement seule. Elle s’arrange toujours pour créer une espèce de projet X dans ta vie. Elle convie tous ses potes afin de foutre un joli bordel. Parmi eux, tu trouveras à coup sûr : yeux-en-trous-de-pine, cernes-jusqu’aux-nibards et perte-de-neurones. Ce dernier est, en règle générale, celui qui fait le plus de dégât. Un peu comme celui qui laisse une grosse tache de vin rouge sur ton canapé blanc. Il te fera faire les pires absurdités possibles. J’ai d’ailleurs accumulé un joli palmarès à mon actif :

– se tromper de route pour aller au boulot (et s’en apercevoir une fois arrivée à mauvais port)

– habiller bébé avec les fringues du troizan (et s’en rendre compte à la crèche)

– faire couler la cafetière sans café (et se dire « l’est un peu palot mon café ce matin »)

– dire « bon appétit » au mec qui te file ta commande au Mac Do (rester polie, en toutes circonstances, mauvaises tant qu’à faire)

– et, le dernier en date, non des moindres, rédiger un texto à l’ensemble de tes amis pour leur dire « venez chouiller avec nous le 31 décembre » et l’envoyer à la principale du collège dans lequel tu bosses…

Ah oui, je t’ai pas dit ! La fatigue ramène évidemment sa meilleure amie : la honte, surnommée « je-me-cache-maintenant-ou-j’attends-un-peu ».  Elle n’a aucune pitié et a tendance à s’inviter dans des moments délicats type entretien avec ton boss (où tu te surprendras à dire « salut » en lieu et place du traditionnel « bonjour »), repas de famille (où tu oublieras qu’il est des sujets qu’il ne faut pas aborder, type le divorce de tes beaux-parents) et autres réunions à l’école (où tu auras zappé que c’était organisé à la mairie et non à l’école et que donc tu arriveras avec 30 minutes de retard, sous les yeux écarquillés des parents parfaitement parfaits et parfaitement à l’heure).

Bref, la fatigue, lorsque tu deviens parent, c’est un peu comme lorsque tu lis « t’choupi » à ton gamin pour la 2500ème fois : c’est chiant et contraignant mais t’as pas le choix !

Et toi, la fatigue, ça te parle ? Elle squatte aussi ? Elle t’a déjà fait faire des boulettes ?

 

8 Comments on La fatigue…

  1. Weena
    10 novembre 2016 at 13:29 (9 mois ago)
    Ah, la fatigue … le pire, je crois c’est quand tu touche des doigts le repos parce que tes gosses t’offrent quelques nuits, que tu te dit que c’est bon, et pouf, ça repart comme en 40 de nuits pourries …
    Pour le reste, ça va, je n’ai pas à me plaindre, les garçons sont globalement cool niveau sommeil.
    Répondre
    • Pasquunemere
      18 novembre 2016 at 10:17 (9 mois ago)
      Quelle chance! Ici je dirai que le pire c’est lorsque tu es à deux doigts d’entrer en phase de sommeil profond, et que tu te fais réveiller. Une vraie torture! Surtout lorsque c’est plusieurs fois par nuit!
      Répondre
      • weena
        18 novembre 2016 at 12:34 (9 mois ago)
        Hum, j’avoue aussi … si ça peut te consoler, les dents sont en train de jouer les troubles fêtes dans nos nuits relativement tranquille …
        Répondre
  2. anyo
    10 novembre 2016 at 14:53 (9 mois ago)
    La fatigue?? Mais non… c’est un mythe ! (Ouais moi aussi je dis des grosses conneries quand je suis fatiguée !)
    Moi j’oublie tout… mes collègues le savent et me servent de rappel pour les diverses réunions et m’applaudissent quand je m’en souviens… je m’auto-appelle « le boulet de l’équipe »
    Mais on va y survivre nan????
    Répondre
    • Pasquunemere
      18 novembre 2016 at 10:16 (9 mois ago)
      Oui on va y survivre!!! C’est pas quelques mouflets qui vont avoir notre peau!!! Nanmého!!!
      Répondre
  3. Emma June
    10 novembre 2016 at 15:57 (9 mois ago)
    La fatigue, ahlala, oui, le pire du pire de ma maternité (surtout avec mon loulou qui n’aime pas dormir!) . Le coup de se tromper de chemin j’ai déjà fait! Pour le reste ça va…par contre, ça me rend beaucoup moins patiente et de gentille maman toute douce, je peux plutôt être d’humeur bouledogue voire pitbull. Ca ne me plait pas du tout et j’essaie de me reposer dans chaque micro créneau possible!
    Bon courage à toi et sinon, pour ne rien oublier on s’est mis à Google agenda et perso, ca me change la vie!
    Répondre
    • Pasquunemere
      18 novembre 2016 at 10:15 (9 mois ago)
      Ah ca, la fatigue qui joue sur l’humeur… Je ne connais que trop bien malheureusement… Et puis cela a tendance à « noircir » les choses : vision plus pessimiste, fataliste, etc. Bref, que du bonheur quoi 😉
      Répondre
  4. elodie
    25 novembre 2016 at 00:06 (9 mois ago)
    ou la la chez moi c’est quotidien. Et le trop plein de fatigue et de solitude à fini e dépression apres avoir essayé pleins de trucs je viens de commencer des anti dépresseur. ah la la la vie c’est pas si rose que ça
    Répondre

Leave a Reply