La permanence du conflit peut-elle abîmer la relation ?

conflit

Une fois n’est pas coutume (encore que, car ces derniers temps j’y fais beaucoup référence), je vais te parler de la relation quelque peu conflictuelle que j’entretiens avec mon tout p’tit en ce moment. C’est bien simple, j’ai l’impression de passer mes journées à me quereller avec lui… Enfin moi je querelle vachement, lui, au choix, il hurle, tape, se roule par terre, etc. Et je me demande dans quelle mesure cette situation de conflit ne va-t-elle pas abîmer la relation que nous entretenons…

Car vois tu, je ne sors jamais indemne de ce genre de crise qui, schématiquement, ressemble à ça :

Demande du tout p’tit + refus de notre part = frustration = crise

La dite crise peut se manifester différemment : pleurs, hurlements, jetage au sol, roulades et, de manière trop fréquente à mon goût, tapes. Car oui, depuis quelque temps, notre fils nous tape. Et ceci est tout bonnement insupportable et inacceptable ! Nous avons tout tenté :

  • Lui expliquer calmement les choses en mettant des mots sur ses émotions
  • Lui montrer à quel point cela nous blesse
  • L’isoler le temps qu’il se calme
  • Détourner son attention
  • Etc.

Mais, lorsqu’il est dans un état pareil, il n’est plus accessible. On ne peut pas le raisonner. C’est comme s’il était possédé. Voilà, c’est ça, nous ne reconnaissons plus notre enfant. Nous sommes démunis face à ce petit garçon qui nous mène la vie dure. Avec le papa, nous discutons beaucoup et nous posons beaucoup de questions, la principale étant « quand cela va-t-il finir ? ».

Nous nous inquiétons. Nous sommes arrivés à un stade où nous craignons les soirs, les week end, … Nous marchons sur des œufs. Parfois, nous l’appelons le « tyran » ou encore le « dictateur ». J’exagère à peine… Ce petit bonhomme peut nous faire vriller les nerfs en un quart de seconde !

Sauf que tout ça laisse des séquelles… Lui, une fois la crise passée, va reprendre le cours de son existence. Alors que toi, t’es en limite à prendre un Xanax pour redescendre… Et lorsque les crises s’enchaînent toute la journée, et bien tu finis le soir avec une bière à la main en matant la Maison de Mickey… Car tu n’en peux plus du conflit… Tu ne veux même plus faire l’effort de jouer car tu sais que ça va mal finir…

Alors oui c’est nul… Et non, nous n’avons pas démissionné. Nous avons juste besoin parfois d’arrêter le temps. Car vivre à côté d’un terrible deuz, et bien c’est éprouvant… Surtout lorsque cela devient un parcours d’endurance…

Nous voulons retrouver notre tout p’tit… Nous ne voulons pas que cette période abîme notre relation. Mais bon sang c’que c’est dur!

22 Comments on La permanence du conflit peut-elle abîmer la relation ?

  1. Mère Pas Parfaite
    26 janvier 2015 at 15:37 (3 années ago)
    Que te dire, à part, patience?
    Je sais que c’est dur (crois moi! Mon gnome est tdah), parfois ça fait du bien de lâcher prise, oui même avec une bière devant mickey (je le fais aussi. Mais sans la bière 😉 )
    Plein de bisous paillettes :*
    Répondre
    • Pasquunemere
      26 janvier 2015 at 21:48 (3 années ago)
      TDAH… Pfiou, ça doit être difficile au quotidien! Il est sous traitement? Merci pour les paillettes! Ca réchauffe mon p’tit coeur de maman meurtrie (je t’ai arraché une larmichette là rassure moi?).
      Répondre
      • Mère Pas Parfaite
        27 janvier 2015 at 12:07 (3 années ago)
        Pas encore ss traitement, on attend.
        Je ne suis pas insensible rassure toi 🙂 ça va mieux aujourd’hui?
        Répondre
        • Pasquunemere
          27 janvier 2015 at 12:30 (3 années ago)
          Hier soir, même s’il nous a « titillé », nous avons tenu et ça s’est plutôt bien passé… Ce matin, il a recommencé et, de la même façon, on n’a rien lâché… Pas encore de claque au compteur, c’est plutôt bon signe… A voir ce soir… La vie de parent est d’un suspens insoutenable 😉
          Répondre
          • Mère Pas Parfaite
            27 janvier 2015 at 13:41 (3 années ago)
            Chaque jour est une épreuve, comme disait… heu… jsais plus qui et on s’en fout ^^
          • Pasquunemere
            27 janvier 2015 at 14:25 (3 années ago)
            Goethe? Ou Louis de Funes, je sais plus!
  2. Marie-Torne
    26 janvier 2015 at 15:38 (3 années ago)
    Patience, il ne faut jamais perdre de vue que ça ira mieux un jour! Mais c’est vrai qu’on a l’impression que ça ne finira jamais.
    Répondre
    • Pasquunemere
      26 janvier 2015 at 21:50 (3 années ago)
      Exactement!!!! On a beau savoir que ça finira par passer, quand on a la tête dans le seau, on se dit « mais pitié achevez moi tout de suite!!!!! »
      Répondre
  3. Anything is possible
    26 janvier 2015 at 16:36 (3 années ago)
    Je vis une situation relativement semblable avec mon tout petit qui va avoir 4 ans… Patience patience patience… On entend que ça ! En théorie, nous sommes d’accord, mais en pratique, ce n’est pas toujours évident.
    Comme je te comprends… C’est rassurant de voir que nous ne sommes pas seuls !
    A bientôt,
    Fanny
    http://anything-ispossible.com
    Répondre
    • Pasquunemere
      26 janvier 2015 at 21:55 (3 années ago)
      Oh oui c’est rassurant de voir que nous ne sommes pas seules! Parce que c’est parfois l’impression qu’on a lorsqu’on sort d’une journée où ça n’a été que conflit sur conflit! Merci pour ton commentaire et allé, courage, serrage de coude et compagnie! On va s’en sortir!!!
      Répondre
  4. Mamanfun
    26 janvier 2015 at 16:54 (3 années ago)
    Ma quatrième est la fille unique de l’homme ( famille recomposée) elle est devenue un tyran vers l’âge de trois ans, son père lui passait tous ses caprices pour ne pas entrer en conflit avec elle. J’étais la seule à lui tenir tête, ça a été long, mais à force de patience elle s’est calmée. Du moins, avec moi…Elle a six ans, son père ne sait toujours pas affirmer son autorité, avec moi ça se passe bien, mais avec lui, elle est insolente un peu comme une ado en crise. Pas facile. Patience, tout rentrera dans l’ordre.
    Répondre
    • Pasquunemere
      26 janvier 2015 at 21:59 (3 années ago)
      Je pense qu’effectivement, comme tu le soulignes, les enfants ont besoin de cadre. Ils testent nos limites encore et encore. Là nous sommes dans une phase d’épuisement mais nous avons décidé de nous reprendre en mains. Ne rien lâcher, jamais… Ce soir, nous avons retroussé nos manches et nous avons tenu bon. Pour finalement s’apercevoir qu’il acceptait, après des crises en bonne et due forme, ce qu’on lui imposait… Merci pour ton témoignage!!
      Répondre
  5. veronique
    26 janvier 2015 at 17:03 (3 années ago)
    Bonjour
    ça a l’air vraiment très difficile…
    je vous propose un état d’esprit qui a marché chez nous : « je veux lui montrer tout mon amour »
    du coup, pendant une certaine période/période certaine, j’ai collé ma fille. je faisais tout avec elle, surtout sans jamais la laisser seule, en lui offrant un choix que je suivais dès que possible, en l’entourant de mes bras le plus souvent possible, en jouant au maximum.
    une semaine et déjà des progrès, deux semaines et je ne la reconnaissais plus…
    et la confiance revient !
    bon courage, c’est éprouvant de grandir / d’aider à grandir!
    Répondre
    • Pasquunemere
      26 janvier 2015 at 22:03 (3 années ago)
      Quelle patience et quel courage tu as eu! J’aurais du mal à ne jamais me détacher de mon fils. Mais, si les choses perdurent, nous essaierons sans doute ta méthode. Car finalement, quand il teste encore et encore, l’enfant veut s’assurer que le parent sera là, aussi loin qu’il aille dans la crise. Et ce que tu as fait, c’est montrer à ta fille que tu étais totalement présente. Rassurée, elle a ainsi pu poursuivre son développement! Très belle manière d’envisager les choses! Merci!
      Répondre
  6. CompletementNad
    26 janvier 2015 at 18:36 (3 années ago)
    Ne t’inquiète pas vous faites tout comme il faut même si vous avez l’impression que ça marche pas ou que ça sert à rien et bien oui ça marche et ça sert mais le résultat est dans le temps plus ou moins long je sais bien! Je te promets oui oui c’est une promesse que tout va rentrer dans l’ordre mais je peux t’assurer aussi que ça va recommencer; c’est un peu un cycle infernal… Mais nous parents avons une capacité incroyable d’oublier ces mauvais moments quand les bons sont enfin de retour!
    Répondre
    • Pasquunemere
      26 janvier 2015 at 22:08 (3 années ago)
      Oui voilà, il nous faudrait un peu de bons moments là! Histoire de sortir la tête de l’eau! Apparemment ça passe mais bon, comme tu le dis, pour revenir de plus belle! Mais si enfin, cette sale période pouvait être derrière nous, ça nous arrangerait vachement! Pour info, ce soir ça s’est bien passé! Voilà c’était notre petite victoire du quotidien. Et dans ces moments là, c’est à ça qu’il faut se rattacher…
      Répondre
  7. Mezzaluna amandine
    26 janvier 2015 at 21:41 (3 années ago)
    Ma fille a 2 ans…. Et est dans le terrible two… Des qu’il s’agit de contraintes s’habiller se déshabiller manger rentrer dans la voiture c’est l’exorciste…. Mes nerfs sont en pelote et je frise le burn out… Alors que c’est bon de lire que c’est partagé comme épreuve que c’est normal… Car franchement je suis pas loin du pedopsy pour elle et du xanax pour moi;)
    Répondre
    • Pasquunemere
      26 janvier 2015 at 22:13 (3 années ago)
      J’en discutais avec ma mère ce midi. Et elle m’a dit « vous devriez peut être aller voir un spécialiste ». Ce à quoi j’ai répondu que tous les enfants passent par cette phase. Qu’effectivement chez le tout p’tit, elle est sacrément coriace mais qu’il est encore jeune et que c’est maintenant que ça se joue. C’est un peu comme l’adolescence en fait, chez certains elle est discrète alors que chez d’autres elle est fulgurante! Pour finalement passer et faire des adultes « lambda ». Oh non tu n’es pas seule! Oh oui ici tout est prétexte à conflit! On en bave. Je dirais même qu’on en chie grave!!!! Mais on va s’en sortir bon sang de brun!!!! Allé on y croit!!!
      Répondre
  8. petite yaye
    26 janvier 2015 at 23:52 (3 années ago)
    Tu as lu « j’ai tout essayé » d’isabelle filiozat ? Moi ça m’a aidé, michoco n’a pas changé foncièrement mais le fait que je me re-positionne m’a fait voir les choses d’une autre manière, plus positive et sortir du cercle infernal. J’espère surtout que vous réussissez toujours à avoir des vrais moments de plaisir partagé. Quand je sens que je n’ai plus aucun plaisir d’être avec mon fils ( oui ça arrive…) car trop lourd à gérer ces conflits, crises, pleurs, hurlements… je pose tout ce que je fais et on change de cadre. J’ai remarqué que quand je le responsabilisais beaucoup, que je l’intègre à mes activités, il était plus « facile » du coup il fait la vaisselle, coupe les pommes au couteau, sers le thé brûlant et porte des sacs de 10 kilos !!! C’est un peu le bazarre, ça prend du temps mais dans une bonne ambiance alors je préfère passer bcp d’énergie sur du positif que me faire pomper mon énergie sur du négatif… car comme toi je trouve ça usant, dépitant… sinon il ne veut plus entendre parler du coussin de colère mais ça reviendra peut-être… en ce moment ce qui marche c’est une petite chanson que j’ai inventé pour l’occasion : « c’est maman qui décide et c’est xxxx qui obéit, voilà ! » Qu’est-ce qu’on ne ferait pas…
    Répondre
    • Pasquunemere
      27 janvier 2015 at 10:59 (3 années ago)
      Oui je l’ai lu. Mais je me suis arrêtée en cours de route car j’ai trouvé ce bouquin un chouïa culpabilisateur (ça se dit ça?). Genre : « quand ton enfant hurle et te tape, ne t’énerve pas car tu ne fais qu’accroître son sentiment d’insécurité » ou encore « quand vous emmenez votre enfant dans les magasins, vous ne faîtes qu’exacerber son sentiment de frustration ». Alors oui j’entends ce qu’elle veut dire mais je trouve tout de même la formule pas terrible : c’est pas bien ce que tu fais parent! La responsabilisation ça marche plutôt pas mal ici aussi! Bon je suis une petite joueuse à côté de toi hein 😉 Mais c’est vrai qu’il apprécie faire « comme les grands »… Nous aussi en ce moment on utilise la formule « c’est pas le tout p’tit qui décide ». Bon on la chante pas encore mais ça peut être une idée 😉
      Répondre
  9. anyo
    27 janvier 2015 at 12:04 (3 années ago)
    Toujours avoir une bière au frais et du chocolat! 😉
    C’est vrai que c’est lourd au quotidien et qu’on s’épuise. Ici on s’offre des douceurs sucrées,un dîner digne de top chef certains soirs pour avoir l’impression de nous être posés dans la journée et repartir du bon pied avec les fauves le lendemain…
    pour numéro2 on avait vu une psy quand même pour qu’il entende qu’on s’inquiétait pour lui et que nous souffrions de ces conflits. On était repartis avec quelques pistes pour nous soulager un peu !
    Répondre
    • Pasquunemere
      27 janvier 2015 at 12:28 (3 années ago)
      Oui c’est une très bonne stratégie que s’accorder des moments à soi… Histoire de ne pas faire que s’occuper des enfants, surtout dans ces périodes pas faciles! Pour moi y a rien de tel pour me faire vriller le cerveau! Ne serait-ce qu’1h le soir, à penser uniquement à soi ou son couple… Pour le fait d’être allé voir un psy, vous avez bien fait! Comme tu le dis, ça a permis de signifier que la situation était préoccupante et source de souffrance…
      Répondre

Leave a Reply