Le jour où je ne suis devenue qu’une mère…

soirees21

C’est arrivé insidieusement, sans que je m’en rende véritablement compte… Je m’étais pourtant promis de ne pas m’enfermer dans ce rôle… C’est d’ailleurs dans cette optique que j’ai donné naissance à mon blog « Je ne suis pas qu’une mère ». Et pourtant si, les faits sont là… Aujourd’hui, je ne suis qu’une mère…

Les bains de 2 heures ont laissé place à des douches de 2 minutes ; les virées shopping ont été remplacées par des rallyes courses/médecin/pharmacie ; les soirées entre gonz ont muté en larvage sur canapé avec filament de bave de la mère qui n’a plus qu’un neurone opérationnel…

Je ne l’ai pas vu venir… C’est en postant un énième statut « complainte de la mère au bout du rouleau »  sur les réseaux sociaux, qu’une connaissance m’a dit « hey oh ! n’oublie pas, tu es « Pasquunemère » ! ». Mais si, j’ai oublié. Je me suis oubliée.

Mon temps, lorsque je ne suis pas au boulot, est pleinement consacré à mes enfants. Au-delà de mon temps, c’est mon esprit qui tourne en boucle : est ce que ça se passe bien pour eux ? Qu’est ce que je vais leur faire à manger ? Et si on se prévoyait une sortie au cirque ce week-end ? Il faut que je pense à acheter du lait à la pharmacie. Mince j’ai oublié les photos pour l’école ! Est-ce que j’ai bien pensé à déposer le chèque pour la crèche ? Pour eux, par eux, avec eux… Mon temps, mon esprit, mon énergie…

Je sais que mes enfants sont jeunes et que les choses vont s’apaiser avec le temps… Mais je sais aussi que, pour leur donner le meilleur de moi, je dois me préserver. Pour être pleinement avec eux, il me faut me couper d’eux.

Au moment même où j’écris ce billet, je regarde mes mains tapoter sur le clavier : depuis quand ne me suis-je pas fait les ongles ? Je ne le sais même plus. Cela peut sembler superficiel mais ces ongles nus en disent tellement long sur mon état d’esprit actuel. « Je » n’existe plus. « Je » suis « eux ».

Je ne le vis pas mal pour le moment. Je me suis mise en mode « veille ». Je vis en retrait. Je vis par eux. Mais je sais que d’ici peu, je vais ressentir un manque… Un manque de moi si je puis dire… Alors il me faudra me réorganiser, réorganiser mon temps, réorganiser mes pensées pour me laisser une petite place dans tout cela… Non pas pour m’éloigner d’eux mais juste me rapprocher de moi…

Et toi, tu parviens à t’octroyer des moments? Ou, comme moi, tu es en « stand-by de toi même »?

9 Comments on Le jour où je ne suis devenue qu’une mère…

  1. Aurelie4483
    16 septembre 2016 at 12:49 (1 année ago)
    Coucou,

    J’ai l’impression que tu as écrit cet article pour moi lol
    Comme tu l’as compris, je suis en « stand by de moi-même »… et encore un peu plus que toi car je suis en congé parental donc en stand by aussi coté pro…
    Ici ça commençait à peser lourd sur le moral, donc j’ai décidé d’écourter mon congé parental. Ca parait très égoïste pour certains, mais là il faut que je pense à moi sinon je vais vraiment craquer !

    Bref, je ne suis pas qu’une mère 😉

    Répondre
    • Pasquunemere
      16 septembre 2016 at 14:17 (1 année ago)
      Tu as bien raison! Si tu ne le sens pas, rien ne sert de forcer! Il vaut mieux une maman épanouie au travail qu’une maman au bord de l’implosion à la maison 😉
      Répondre
  2. Mariella Dreams
    17 septembre 2016 at 15:58 (1 année ago)
    Et ça arrive très vite!! J’avoue que mon mini blog est un peu une petite évasion pour moi qui ai fait le choix d’être « qu’une Maman ».
    Plein de bisous,
    Mariella
    Répondre
    • Pasquunemere
      19 septembre 2016 at 10:01 (1 année ago)
      C’est clair qu’un blog c’est top pour ça! Se raconter, partager, exorciser, … tout bénef’ 😉
      Répondre
  3. Timantine
    18 septembre 2016 at 06:39 (1 année ago)
    Écoutes, je te comprend tellement. J’ai un peu vu le bout cette semaine mais j’espère que ça va durer. Ma deuxième a huit mois desormais et je pense que le pire est passé mais j’en étais à vouloir m’échapper rien que deux minutes sous peine de lâcher les vannes. Fatigue, pleurs, nez qui saigne… j’ai dit stop. Tant pis si Le linge n’est pas plié : je me pose. Courage Myriam, c’est un moment difficile mais tout s’apaisera quand ton bebe M sera plus un poil plus âgé ! Mille bises
    Répondre
    • Pasquunemere
      19 septembre 2016 at 10:02 (1 année ago)
      Merci beaucoup miss! J’espère que les choses vont vite s’apaiser et que, comme toi, un jour, je pourrai m’autoriser le temps de me poser…
      Répondre
  4. pinto
    13 octobre 2016 at 16:16 (1 année ago)
    C’est ce que je vis ma fille a 6mois les seuls moment sans elle c’est pendant les courses je suis fatiguee déprimer j’aimerai une douche de plus de 3 min j’aimerai ne pas me soucier de rentrer tard d’une après midi sans elle puisque mm en course son père me presse ! Je suis au bord de l’implosion j’aime la fille elle m’a sauvé par sa présence et je culpabilise de me sentir ainsi je ne pense pas etre une bonne mère de penser ca !
    Répondre
    • Pasquunemere
      18 novembre 2016 at 10:21 (11 mois ago)
      Oh je viens seulement de voir ton commentaire… Un mois que tu as posté maintenant… Je m’en excuse 🙁 Comment ça va aujourd’hui?
      Répondre
  5. Cindy ti ange
    14 mars 2017 at 12:18 (7 mois ago)
    C’est tellement ça je n’ai que mon asticot. Maintenant il a un an ça commence à aller mieux mais étant une maman solo 5 jours sur 7 j’avoue mettre pleinement investi dans mon rôle de mère d’autant que j’ai appris sont existence qu’à 27 semaine aménorrhée. Un joli kinder qui a forcé la nature puisque je prenais la pilule. Bref j’ai tellement culpabilisé de ne pas avoir su interpréter les signes de sa présence avant. J’ai toujours voulu être mère mais pas maintenant pas comme ça ( bébé surprise alors que je ne vis pas avec le papa et avec qui j’étais depuis tout juste un an quand on a découvert la grossesse ). On assume et on l’aime ce bébé de l’amour mais c’est pas simple on est devenu parents avant d’avoir réellement été un couple.
    Répondre

Leave a Reply