Le vampiriser de son énergie…

épuisement

Si tu me suis, tu sais que je suis, depuis quelque temps maintenant, assignée à résidence. Les trop nombreuses contractions que j’ai pu avoir ont eu raison de mon col. Et ce statut de « maman alitée » n’est pas des plus confortables, ni pour moi, ni pour mon entourage proche. Et lorsque je parle de mon entourage proche, je fais bien évidemment référence à l’Homme.

Depuis que je suis arrêtée, il fait son maximum pour soulager mon quotidien : s’occuper du petit, faire le ménage, les courses, … il mouille la chemise ! Non seulement, il se charge de l’intendance mais il s’occupe aussi de moi. De mon moral pour être plus précise. Il le sait, rester H24 enfermée seule dans cette maison, commence à me faire vriller les neurones. Chaque jour qui passe, il se montre plein de petites attentions (me ramener mon magasine préféré, me louer un film, m’acheter des chocolats, etc.).

Mais, depuis quelque temps, je constate, malgré tous ses efforts pour le dissimuler, que son énergie s’amenuise. Il tente, tant bien que mal, de faire bonne figure. Mais je le vois : je vampirise l’énergie de mon conjoint. Je suis tellement autocentrée que, parfois, je néglige le travail qu’il brasse en une journée. Et le soir venu, je lui en demande encore et encore. Toujours plus, comme si tout cela était normal.

« Bah quoi, je suis enfermée chez moi à ne rien foutre de mes journées et à m’emmerder comme un rat mort. Lui il est libre de ses mouvements, il peut faire ce qu’il veut. On est deux dans cette histoire de maternité alors il me doit bien ça ! »

Oui, il m’arrive de raisonner ainsi. Et, même si je ne m’en blâme pas, je ne trouve pas ça très juste. Je ne m’en blâme pas car je sais que le cocktail hormones-enfermement-ruminations ne fait pas très bon ménage et peut m’encourager à avoir des pensées morbides. Mais je ne trouve pas ça juste car, comme je le souligne, je ne suis pas seule dans cette histoire.

Mon Homme est ma ressource, mon pilier, ma béquille. Mais lui dans tout ça ? Où trouve-t-il toute cette énergie ? Je pense que, jusqu’alors, il puisait dans ses propres ressources. Mais, aujourd’hui, celles-ci semblent manquer. Sa batterie se vide chaque jour qui passe et personne n’est là pour la recharger.

Il me faut donc réagir. Je ne peux pas le laisser s’épuiser ainsi. Il est donc temps pour moi de sortir la tête de mon nombril. Lui concocter de bons petits dîners, inviter ses amis à la maison, lui laisser du temps rien que pour lui, etc. A mon tour aujourd’hui, dans la mesure de mes capacités, de m’occuper de lui. Car, sans lui, je ne suis pas moi…

4 Comments on Le vampiriser de son énergie…

  1. Myriam
    4 janvier 2016 at 18:29 (2 années ago)
    Nous oublions malheureusement de penser à eux dans ces moments là. Mais je suis persuadée que toute la fatigue du monde ne lui fera pas perdre ce plaisir de prendre soin de toi et de t’éviter quelques petits désagréments qui pourraient malheureusement encore plus de fatigue à toi et lui. Ménage toi et tu sauras lui rendre la pareille quand tu en auras la capacité et le droit :). Courage
    Répondre
    • Pasquunemere
      7 janvier 2016 at 14:17 (2 années ago)
      Oui c’est sûr que c’est sa façon à lui de se rendre actif durant ma grossesse!
      Répondre
  2. CompletementNad
    7 janvier 2016 at 12:04 (2 années ago)
    Vas y mollo pour le moment, tu sauras t’occuper de lui quand ton corps sera prêt. Et lui le sais très bien, d’ailleurs heureusement qu’il est là et qu’il t’aide autant.
    Plus que quelques semaines à tenir, ça passe vite…
    Répondre
    • Pasquunemere
      7 janvier 2016 at 14:20 (2 années ago)
      Oui, tu as raison, ça risque de s’accélérer là : entre les multiples RDV médicaux, prépa à l’accouchement et préparation pour l’arrivée du bébé… Ca se concrétise!!!
      Répondre

Leave a Reply