Les compétences n’ont pas d’âge…

compétence pas validée

Aujourd’hui, j’aborde un thème qui a du être développé à maintes reprises sur la blogo : celui des compétences. Je ressens le besoin d’en parler pour plusieurs raisons : la première est que J’EN AI RAS LE BOL que l’on cherche à tout prix à faire rentrer les enfants dans des cases ; la seconde est que cette question des compétences intervient de plus en plus tôt.

Car, vois tu, lorsque je vais chercher mon fils à la crèche, j’ai droit aux transmissions. Je t’en ai déjà parlé ici. Et, plus le temps passe, plus je constate à quel point on cherche à inscrire le développement de mon fils sur une échelle graduée. Et ça m’énerve. Pourquoi vouloir catégoriser à tel point les choses ? Je sais bien que c’est rassurant pour le cerveau humain de mettre les gens dans des cases. Mais merde quoi ! Un peu de flexibilité ne fait pas de mal, surtout en ce qui concerne le développement de nos loupiots !

De plus, travaillant dans l’éducation nationale, je sais à quel point la notion de compétences est importante. D’ailleurs, il existe le fameux socle commun de connaissances et de compétences attestant l’acquisition de tel savoir, savoir faire et savoir être. Il est prévu justement, qu’à tel palier (CE1, CM2 et fin de 3ème), l’enfant ait validé un certain nombre de compétences. Et justement, si la latitude est aussi importante (ce n’est plus censé être une évaluation par niveau mais par palier), c’est qu’on a bien saisi le fait que les choses ne sont pas aussi rigides.

Il faut accepter que les enfants n’évoluent pas de la même façon. Certains sont plus à l’aise au niveau psychomoteur, d’autres au niveau langagier, etc. Plutôt que de pointer ce qui n’est pas acquis, pourquoi ne pas plutôt mettre en avant les progrès ? Tout cela m’échappe. Evidemment, je ne généralise pas. Bien des personnes ont saisi l’enjeu de valoriser l’enfant sur ce qu’il sait faire plutôt que de pointer ses faiblesses. Mais il en existe encore qui appuient précisément là où il y a ce « manque ».

Je ne comprends pas. Pourtant, il n’est plus à prouver tous les enjeux qui gravitent autour de l’enfance en dehors de ces fameuses compétences : confiance en soi, appétence pour l’école, curiosité intellectuelle, confiance en l’autre, etc. Si l’on pouvait essayer de sortir un peu de la « théorie » pour ne poser son regard que sur l’enfant en tant que tel (et non en tant que ce qu’il devrait être au regard des enfants du même âge…). Vague utopie ?

Et toi, as-tu déjà eu ce sentiment vis-à-vis de ton/tes enfant(s) ?

12 Comments on Les compétences n’ont pas d’âge…

  1. CompletementNad
    4 mars 2015 at 11:34 (2 années ago)
    Je dirai que ça dépend de quel professionnel tu as en face de toi, c’est comme tout, tu en a des bons et des moins bons.
    Dans l’école de ma Chacha, qui est en grande section, il font du soutien après la classe depuis la moyenne section et j’ai jamais compris pourquoi. Chacha n’en a pas eu besoin mais je me dis que les autres enfants qui eux y on eu droit ça les catalogues déjà alors qu’ils sont qu’en maternelle!!
    Tout est devenu trop exigeant pour nos enfants, une sacrée pression que se soit scolaire, sociale, physique, vestimentaire (j’en parle sur mon blog je te mets le lien si ça te dis d’aller voir http://www.completementnad.com/2015/02/tes-pas-dans-le-theme-maman/).
    Une vie pas facile qui les attend…
    Répondre
    • Pasquunemere
      4 mars 2015 at 11:57 (2 années ago)
      Tu soulèves un point très juste : le fait d’être catalogué! Ca a le don de me faire sortir de mes gongs! Si encore, la plupart des étiquettes (que l’on colle et que l’on nous colle) pouvaient évoluer… Mais c’est si difficile de s’en défaire… Le cerveau est capable d’une plasticité incroyable! Laissons à nos enfants le moyen et le temps de se déployer…
      Répondre
    • anyo
      4 mars 2015 at 12:11 (2 années ago)
      En tant qu’instit’ en mater, je peux te répondre un peu. Je ne les prends pas tous car certains avancent sans qu’on individualise et d’autres ont besoin d’un temps juste pour eux pour prendre confiance et montrer leurs compétences. Un peu comme les bébés qui parlent beaucoup avec leurs parents mais qui ne disent plus un mot en public… le soutien en maternelle permet surtout de mettre certains en confiance (enfin dans mon école)
      Je lirais ton article toute à l’heure,la j’ai déjà trop traîné 😉
      Répondre
  2. sophie
    4 mars 2015 at 12:03 (2 années ago)
    Oh oui c’est agaçant tout ça, pour ma part mon fils à de bonne aptitude intellectuelle mais il à du mal à ecrire de façon lisible il est pourtant en cm1 mais il y arrive pas son cerveau va plus vite que ça main et du coup ça ne convient pas à la maîtresse qui m’a dit il y’a quelques semaines je sais que votre fils à les capacités mais je ne peut pas le noter ses illisibles du coup je ne peut pas noter ses « compétences » mais comme cette année il a la chance d’avoir une maitresse qui reagit elle le fait travailler sur ordinateur sur une partie de la journee alors que l’année derniere ils me l’ont fais redoubler avec 16 de moyenne générale et un cycle d’avance en maths du coup ça l’a fait complexer . Merci pour ton article bises
    Répondre
    • Pasquunemere
      4 mars 2015 at 12:07 (2 années ago)
      Pauvre bonhomme! Déjà que ce ne doit pas être évident pour lui alors si le système s’en mêle… C’est génial que vous ayez trouvé une maîtresse au top! Elle a cerné les difficultés de ton fils et a su le proposer une pédagogie adaptée! J’aime lire ça!
      Répondre
  3. anyo
    4 mars 2015 at 12:06 (2 années ago)
    C’est une des premières choses que je dis en réunion de parents, on a 3 ans de cycle1 pour les aider à grandir à leur rythme et selon leurs besoins/envies. Je leur rappelle que certains marchent à 9mois,d’autres à 18mois mais qu’à 3ans,on ne saurait dire lequel a été « meilleur » que l’autre…
    au cours de l’année je demande à mes élèves de dire ce qu’ils aiment ou pas dans l’école avec un questionnaire et c’est souvent là que les parents décrochent des compétences pour se concentrer sur le bien être (et donc bien-grandir) de leurs enfants!
    Répondre
    • Pasquunemere
      4 mars 2015 at 12:09 (2 années ago)
      Toi je te veux comme prof pour mon fils!!!!
      Répondre
      • anyo
        5 mars 2015 at 01:00 (2 années ago)
        Merci! 😉
        Répondre
  4. Monica
    4 mars 2015 at 17:33 (2 années ago)
    complètement d’accord et pourtant ma fille n’a que deux mois!
    Du coup je me renseigne pas mal sur la méthode Montessori. T’en as entendu parlé? Qu’en penses tu?
    Répondre
    • Pasquunemere
      5 mars 2015 at 10:41 (2 années ago)
      Je connais oui. Mais je ne me suis pas vraiment penchée sur le sujet. Toutefois cette méthode véhicule une parentalité positive qui suffit à me parler…
      Répondre
  5. Emma June
    5 mars 2015 at 10:08 (2 années ago)
    Et oui, il y a des normes pour tout, les acquisitions, les compétences…
    Je pense qu’il faut le prendre pour ce que c’est: une norme INDICATIVE et comme tu le dis, l’enfant peut avoir des compétences avant l’heure ou après!
    A quoi ça sert de faire culpabiliser les parents et les enfants au passage?…
    Heureusement, tous les enseignants ne sont pas comme ça mais en même temps, la société entière est « normative »: un enfant doit marcher à 1 an, être totalement propre à 3 ans, savoir écrire son nom à 5 ans etc…
    Ne pas céder à la pression et considérer que tout vient à point, c’est nécessaire mais parfois difficile je trouve!
    Répondre
    • Pasquunemere
      5 mars 2015 at 10:48 (2 années ago)
      Très difficile oui! Car malgré tout ce que l’on peut penser, nous aussi en tant que parent, il arrive que l’on cède à cette pression normée! On a beau savoir que tout va bien, il y a toujours cette petite voix qui trouve le moyen de nous angoisser…
      Répondre

Leave a Reply