Les voir se rapprocher et me distancer…

complicité père fils

Depuis le mois de novembre, les consignes sont claires : éviter de prendre la voiture, ne pas porter de charge lourde, se reposer autant que possible, … En résumé, il me faut « couver » en restant chez moi. Mes contractions du début de grossesse n’étant pas restées sans conséquence, j’ai très vite été placée en MAP (= menace d’accouchement prématuré).

Ainsi, depuis le mois de novembre, je m’applique à être la parfaite partisane du moindre effort. Titre très avantageux lorsqu’il s’agit de faire les courses et le ménage. Mais titre ô combien pesant lorsqu’il s’agit de mon fils…

Ce fils dont le quotidien m’échappe… Depuis bien longtemps maintenant, je ne peux plus déposer/récupérer mon enfant à la crèche. Or, son quotidien, c’est bien cette vie en collectivité. Bien sûr j’ai droit aux « transmissions » que me fait son père mais c’est différent. Je ne le surprends plus en pleine activité le soir, je ne me régale plus de le voir partir s’amuser avec ses camarades le matin… D’ailleurs, depuis ces derniers mois, il s’est fait des « amis », amis dont j’ignore tout, à commencer par le visage.

Ce fils dont je ne peux plus m’occuper comme je le souhaiterais… A commencer par le bain… Auparavant, il s’agissait d’un moment privilégié, d’une bulle « de nous ». Aujourd’hui, il m’est tout bonnement impossible de m’adonner à cette activité avec lui. Tout comme il m’est impossible de le porter pour le border le soir… Je ne suis plus celle qu’il voit en dernier avant de s’endormir…

Ce fils que je ne peux plus câliner comme bon me semble… Au début, il était en demande. Il était impossible pour moi de ne pas répondre à ces requêtes. Mais j’en ai vite payé les conséquences. Alors, j’ai usé de stratégie « si tu veux faire un câlin à maman, c’est sur le canapé », stratégie dont il a fini par se lasser. Et les câlins se sont rapidement espacés…

Evidemment, toutes ces choses que je ne peux plus accomplir au quotidien sont brillamment effectuées par le papa. Je ne peux que me réjouir et me sentir rassurée d’avoir un tel Homme à mes côtés. Le revers de la médaille, car il en est toujours un, c’est qu’il n’y a plus que lui aux yeux de notre fils…

C’est son père qu’il appelle le matin, son père dont il demande les câlins, son père qui doit lui lire une histoire, son père qui doit le baigner, etc. J’imagine qu’il s’agit d’un contre coup bien naturel. Je ne peux en vouloir à personne. Mais jamais je n’aurais pensé que ma grossesse m’éloigne à tel point de mon enfant…

Oui, les choses vont revenir dans l’ordre. Evidemment, je ferai les efforts qu’il faut pour retrouver ma place. Naturellement, je reste sa maman. Toujours est-il qu’aujourd’hui, je suis loin de son quotidien, loin de ses activités, loin de ses amis… Aujourd’hui, je suis loin de mon fils…

 

6 Comments on Les voir se rapprocher et me distancer…

  1. Die Franzoesin
    2 mars 2016 at 13:33 (1 année ago)
    C´est quelque chose qui me fait vraiment peur pour BB2 sachant que les risques de MAP ont particulièrement importants chez moi. Et d´un autre coté je me dis que c´est peut etre un mal pour un bien puisque ce BB2 justement va aussi beaucoup nous occuper au début (il n´est pas encore lancé chez moi mais j´extrapole 😉 ).
    Répondre
    • Pasquunemere
      11 mars 2016 at 08:49 (1 année ago)
      Cet « éloignement » temporaire peut venir faire rupture dans une relation peut être un peu trop exclusive… Bébé 2 est déjà là sans être là au final 😉
      Répondre
  2. Weena
    2 mars 2016 at 14:26 (1 année ago)
    Pour l’instant, ma seconde grossesse se passe sans soucis … mais c’est le après qui m’angoisse : est-ce que mon mari va savoir gérer, être patient avec un petit bout qui sera probablement en plein terrible two, est-ce que je vais réussir à dégager du temps pour mon premier tout en m’occupant correctement du deuxième !!
    Arg, autant de question sans réponse … pour l’instant, je profite à fond de mon fils avant les grands changements !
    Bon courage pour la fin de ta grossesse
    Répondre
    • Pasquunemere
      11 mars 2016 at 08:50 (1 année ago)
      Ah ça, les mille questions qui passent dans la tête… Je connais! Mais, comme tu le dis, on ne peut rien prévoir (surtout pas ça). Alors autant profiter de l’instant 😉
      Répondre
  3. anyo
    14 mars 2016 at 14:59 (1 année ago)
    Profite ! Bientôt tu auras une chorale de « mamaaaaaannn » lancinant 😂
    Bon je rigole mais bon sang que c’est dur d’être si proche à les voir de loin depuis son canapé mais si loin… (j’avais aimé ma semaine d’hospitalisation quand j’attendais la MiniMiss car il n’y avait plus la tentation de vouloir tout partager avec eux. C’était plus facile à accepter…)
    Répondre
    • Pasquunemere
      21 avril 2016 at 11:25 (1 année ago)
      Et bingo copine! Depuis qu’il m’a retrouvée, il ne me lâche plus. Je ne compte plus les « c’est maman qui fait! ». Adorable la plupart du temps… Compliqué lorsque bébé est aussi en demande 😉
      Répondre

Leave a Reply