L’heure du bilan…

faire le bilan

Voici le quatrième volet de mon récit (première partie, seconde et troisième)

Les mots étaient posés. Il avait pris sa décision. Il souhaitait rester. Soulagée d’un énorme fardeau, je n’en restais pas moins lucide. Il voulait rester certes, mais pas sans conditions.

Alors le plus gros chantier de notre vie nous attend…

Se furent les seuls mots que nous échangeâmes de la journée, parfaitement conscients que, le soir même, une discussion aurait lieu.

Une fois les enfants couchés, nous nous installâmes  autour d’un verre de vin. Voyant l’Homme réceptif à mes propos, je mis les pieds dans le plat.

Aujourd’hui, nous ne sommes pas heureux…

Je lui proposai alors ce qui me semblait être le plan d’action le plus pertinent : faire le bilan de tout ce qui nous semblait négatif. Pas à la va-vite non. En se donnant le temps de la réflexion. Car, il fallait bien se l’avouer, des choses négatives, dans notre vie, il n’en manquait pas. Je suggérai de nous laisser quelques jours afin de poser tout cela sur papier. Il adhéra.

Le temps s’écoula lentement, tristement, ce qui nous fit prendre conscience, une fois de plus, de l’impériosité d’un changement.

Arriva la fin de semaine. Nous avions chacun fait nos « devoirs ». Etrangement, ou pas, nos constats furent sensiblement identiques. Nos sources d’insatisfaction tournaient autour de plusieurs axes :

  • La maison : cinq ans que nous avions aménagé et pourtant, rien n’avait évolué. Des cartons ici et là. Un espace mal agencé. Des pièces non achevées. Tout cela n’était sans doute pas étranger au fait que nous n’ayons pas le sentiment de nous sentir chez nous
  • Les enfants et cette sensation d’être à côté de tout, en particulier à côté de leurs besoins (de cadre, de limites, d’affection, de protection, de sécurité, …)
  • Notre couple qui n’était plus que l’ombre de lui-même… Plus de communication, plus d’échange, plus de compréhension, plus d’empathie, plus … rien !
  • Nous-mêmes avec cette lassitude permanente. Cet ennui constant. Nous n’étions animés par rien d’autre que l’amertume de subir une vie dont nous ne rêvions pas.

Poser ces mots fut déjà salvateur pour notre couple. Malgré le fait que nous ayons l’impression d’être devenus des étrangers l’un pour l’autre, nous avions deux points communs : nous ressentions la même chose et nous étions animés par l’envie de changer.

Puis, scolairement oserais-je dire, nous avons fait un tableau

Mes problèmes Mes besoins Mes ressources Mon plan d’action
A quelles difficultés étions nous concrètement confrontés ? Quels besoins ce problème nous empêchait-il d’assouvir ? De quels moyens (humains, matériels, financiers, etc.) disposions-nous pour faire face à ces difficultés ? Quelles actions, simples, précises et réalisables pouvions nous mener pour aller vers un mieux-être ?

 

Ce tableau, nous avons mis du temps à le compléter. Un renouveau ne s’improvisant pas, il nous fallait être précis, de façon à ce que nous voyions rapidement les effets de notre investissement mais aussi surtout de façon pérenne.

Puis, vint le moment de passer à l’action…

Leave a Reply