L’instinct maternel est un leurre !

0010055292Q-1920x1280

Durant ma grossesse, je me suis imaginée tout un tas de scénarii suite à la naissance de notre enfant. Je nous voyais lui et moi faire de longues ballades, rendre visite à mes proches, jouer ensemble, etc. Or, tout ne s’est pas passé comme prévu, si tant est que l’on puisse prévoir quelque chose avec un nouveau né.

La première chose à savoir c’est que, dès le lendemain de mon retour de la maternité, je me suis retrouvée seule avec mon fils. En effet, pour des raisons logistiques, mon conjoint n’a pu prendre son congé paternité que bien plus tard.

C’est ainsi que je me suis retrouvée en tête à tête avec le tout p’tit alors âgé de 6 jours. Comment pourrais-je décrire alors mon état d’esprit du moment ? Je trouve que les formules type « Mayday » ou encore « SOS » collent totalement à ce que j’ai pu ressentir.

Je me suis sentie totalement désemparée face à ce petit être. Les gestes qu’on m’avait appris à la maternité ne me suffisaient plus. J’étais démunie, débordée, paumée. On m’avait tant parlé d’instinct maternel que je me sentais complètement nulle de ne pas comprendre mon enfant.

Jusqu’à ce que je comprenne qu’en fait le fameux instinct maternel dont on nous rabâche les oreilles n’est qu’un leurre !

En effet, je n’ai pas su spontanément comprendre de mon fils. Il m’a fallu BEAUCOUP de temps pour le connaître. Aujourd’hui encore, j’en apprends sur lui.

Mais pour parvenir à me dire ça, je suis passé par de nombreuses phases allant de l’incompréhension au renoncement en passant par la culpabilité. En effet quelle mère pourrais-je bien être si je ne suis pas capable de comprendre de mon fils ?

Partout on entend, voit, lit à quel point il est merveilleux d’avoir du temps pour profiter des premiers mois de son enfant. Que ce soit à travers les médias ou les discours des uns et des autres, on nous montre que la relation mère-enfant est quelque chose de magique, simple, allant de soi. Je pense aussi qu’il s’agit de quelque chose de socialement et culturellement ancré : le culte de la bonne mère aimante et totalement dévouée à son enfant.

C’est ainsi que le début, voire même l’intégralité, de mon congé maternité a été une véritable souffrance pour moi. J’étais en dissonance totale par rapport à ce que je voyais autour de moi : j’étais plus dans un état d’angoisse que de plénitude par rapport à mon enfant. Je ne prenais aucun plaisir à être 24/24h avec mon fils. Je lui prodiguais les soins dont il avait besoin. Il n’a manqué de rien. Mais je me perdais dans tout ça. Je m’oubliais en tant que femme. Je n’étais plus qu’une mère.

C’est alors que j’ai compris l’importance pour lui et pour moi que je me sorte de cet état. C’est ainsi que j’ai pu compter sur le soutien de mes proches qui m’ont relayée auprès de mon enfant. Mon conjoint, en premier lieu, qui en, en gardant notre fils, m’a permis de m’aérer : aller chez le coiffeur, faire les boutiques, me rendre chez mes amies, etc. Mais il y a également mes parents chez qui j’allais avec le tout p’tit. Cela me permettait d’être à la fois avec lui mais aussi de vaquer à mes activités : bosser mes cours, me laisser aller à faire des siestes, mettre du vernis ou autre grelucherie, etc.

Mais ce qui m’a vraiment permis de sortir la tête de l’eau c’est tout simplement de reprendre le boulot (enfin ma formation). Dès lors que j’ai repris une activité, m’occuper de mon fils a été beaucoup plus agréable. Pour pouvoir être pleinement à mon enfant, il me fallait autre chose. C’est alors que j’ai compris que je n’étais pas une mauvaise mère mais simplement que je n’étais pas qu’une mère…

 

4 Comments on L’instinct maternel est un leurre !

  1. La Mum Bolo
    7 avril 2014 at 21:00 (3 années ago)
    Comme je te comprends…

    Boulette de mon coeur a 10 mois. 10 mois que je suis à la maison car je n’ai pas d’emploi. Enfin si, employée de mon fils! J’aimerais tellement pouvoir faire autre chose que de m’occuper de lui à longueur de temps et en même temps, il m’est impensable de le confier à quelqu’un d’autre! Je suis vraiment face à un dilemme…

    Le savoir en train de pleurer, me cherchant, j’en ai une boule dans la gorge mais je sais pertinemment que ça me ferait tellement du bien de m’évader juste une heure. De toute façon, il le faudra, tôt ou tard!

    Répondre
    • Pasquunemere
      8 avril 2014 at 13:31 (3 années ago)
      Je comprends tout à fait ton ressenti. Je me sentais moi-même totalement esclave de mon fils… C’était une question de survie psychique que de faire autre chose que m’occuper de lui.

      Et puis j’ai compris également que j’étais nettement plus avec lui après avoir été sans lui. Evidemment, les premières séparations ont été source d’angoisse. Mais finalement tout se passait bien. Confier à son père, ses grands parents, la nounou, il a pu découvrir d’autres personnes, d’autres environnements…

      Et la majorité des témoignages montrent qu’au final, ils paniquent les quelques minutes qui suivent la séparation mais nous oublient sitôt qu’ils sont en activité. Nos chers bambins seraient-ils un tantinet ingrats?…

      Répondre
  2. Mum_issime
    8 avril 2014 at 11:58 (3 années ago)
    Je comprends à 300% ! j’étais la même situation angoissante les premiers temps, p-e à cause d’un accouchement pas jojo dans les dernières minutes qui ne m’ont pas permis de faire du peau à peau avec lui directement, j’avais l’impression qu’il faisait partie de moi, que je ne pouvais m’en séparer mais qu’en même temps je ne supportais pas être seule avec lui… quand mon grandgars me disait « je vais dans telle administration régler les papiers, je reviens dans une heure », je pense que mes yeux ressemblaient à ceux du chat dans Shrek, avec toute la détresse qui s’en échappe hihi ! au final tout se passait bien, mais à chaque fois, la boule au ventre… L’instinct maternel je l’ai, j’en suis sûre, je sais quand quelque chose ne va pas chez lui, par contre kiffer 24h/24h être avec son enfant, aussi mignon soit il, et n’avoir envie de rien d’autre, même pas d’un vernis sur tes ongles, posé dans le silence et le calme, je pense pas que ce soit en rapport avec l’instinct maternel 😉 Je pense qu’on est normales 😉 😉
    Répondre
    • Pasquunemere
      8 avril 2014 at 13:29 (3 années ago)
      Je suis dans le même cas que toi concernant l’accouchement. Nous avons rencontré quelques petits soucis qui ont « biaisé » notre rencontre. Je pense qu’effectivement cela n’est pas sans lien avec la relation qui s’instaure par la suite.

      Quand je parle d’instinct maternel, je me le représente à la façon dont il est véhiculé autour de nous c’est à dire de quelque chose qui est présent d’emblée et qui permettrait l’instauration d’une « osmose » entre mère et enfant. Or, dans les premières semaines de vie de mon fils, j’étais très loin de ça! A dire vrai, je ne pipais rien! Je ne comprenais pas ce qu’il voulait me dire. Je pense que c’est mon fils qui m’a progressivement appris à être mère et non un comportement biologiquement déterminé.

      Quant aux yeux du chat de Shrek, comme je me reconnais! Enfin moi c’était plutôt le versant « vénère » qui sort les griffes genre « si tu penses me laisser seule avec le tout p’tit, je t’arrache la tête! »

      Répondre

Leave a Reply