Ma mère, mon poids et moi…

pèse personne

Il y a à peine une heure, j’étais au téléphone avec ma mère. Je lui racontais la façon dont s’est déroulé le rendez-vous du 7ème mois dont je sortais à peine : « bébé va bien, maman va bien, tout va bien ». Informations insuffisantes à ses yeux puisqu’elle n’a pu s’empêcher de me demander, et ce comme elle le fait à chaque fois, « et tu as pris combien ? ».

De mes souvenirs les plus lointains, ma mère a toujours été préoccupée par mon poids… Toute petite, j’ai souvenir d’avoir été mise au régime. « Tu n’es pas grosse, tu es dodue » se plaisait-elle à me répéter. Sauf que moi, mon poids je m’en moquais bien. Au début du moins… Parce qu’évidemment, à force d’entendre qu’on est en surpoids, qui plus est de la bouche de sa mère, on finit par s’en convaincre. Je dirais même qu’on finit par coller à l’image qu’on nous renvoie. Et en effet, j’ai toujours été rondelette.

J’ai donc fait des régimes à répétition. J’ai d’ailleurs l’impression que ma « jeunesse » n’a été qu’un bouquin de régime. Evidemment, sans grand effet puisque je suis tombée dans le cercle vicieux qu’est le fameux yoyo : perdre 5 kilos pour en reprendre 7…

Puis, j’ai quitté le domicile parental pour aller faire mes études. Plus ma mère sur les talons, j’étais enfin libre. Sauf que la nourriture était devenue ma meilleure ennemie : manger quand on est heureux, manger quand on est déprimé, manger, manger, manger… Ma mère condamnait ce comportement. Mais, plus elle condamnait, plus je m’empiffrais…

La vie a suivi son cours. J’ai fini mes études. Rencontrer mon homme. Me suis installée. Pacsée. Puis je suis tombée enceinte. J’ai donné naissance à mon premier enfant. Puis, j’ai sombrée dans une belle dépression post partum. Et tous mes kilos se sont envolés. Même plus encore. Avant de tomber enceinte de bébé 2, j’avais atteint un poids que jamais je n’avais connu (depuis l’adolescence du moins). Tout le monde s’inquiétait de me voir fondre comme neige au soleil. Tout le monde sauf ma mère bien sûr. Ah ça, elle se réjouissait bien de voir sa fille entrer dans un 36. Qu’elle était fière ! Peu importe l’enfer par lequel j’étais passée, seul comptait le résultat : sa fille était mince !

Et aujourd’hui, alors que je suis enceinte, ma mère se préoccupe encore et toujours de mon poids. Son inquiétude est la suivante : ne grossis surtout pas trop si tu veux retrouver ta ligne d’avant grossesse. Ainsi, lorsque je lui dis fièrement que je n’ai pris qu’un seul kilo ce mois ci,  voici la première chose qu’elle trouve à répondre « ah… fais attention tout de même ! Ca risque d’être difficile à perdre tout ça… ».

J’aimerais pouvoir me détacher de ses propos. Mais je n’y arrive pas. En l’espace d’un quart de seconde, elle est parvenue à remplacer mon sentiment de fierté par de la honte mêlée à de l’inquiétude : c’est vrai que ça commence à faire pas mal de poids… Et si je ne parvenais pas à les perdre… Et si je redevenais la jeune femme « dodue » que j’ai été…

J’ai beau être devenue adulte, les paroles de ma mère conservent une influence bien trop importante… Bien sûr, je m’en détache davantage que par le passé mais cela n’est pas suffisant. J’ai l’impression que cette question du « poids » me hantera (me pèsera) toujours. Ainsi va la vie…

Mais s’il est une chose dont j’ai conscience, c’est que je ne veux pas reproduire cela avec mes enfants. Chaque mot qui sort de la bouche d’un parent compte. Un mot peut combler mais aussi profondément blesser. Un mot peut rester graver toute une vie….

 

17 Comments on Ma mère, mon poids et moi…

  1. Angélique
    29 janvier 2016 at 18:24 (2 années ago)
    Ton article me parle. Non pas que j’ai été dodue dans mon enfance, c’est même tout l’inverse mais les mots de ma mère… Elle a une obsession du poids depuis toujours, que je n’ai pas et il faut dire que j’ai de la chance, vraiment!
    Je suis donc enceinte, comme toi, c’est pr fin avril mais elle n’arrête pas de me dire la même chose que ta mère : attention au poids, tu vas galérer à perdre! J’ai quand même perdu mes 12kg pr ma précédente grossesse en 15 jours, ce qui l’a épaté (merci l’allaitement!).
    Elle a trouvé le moyen de me dire, hier soir encore, qu’elle était trop grosse (53kg pr 1m61!!!). Parfois, j’ai l’impression qu’elle me cherche, pour que je me fâche mais non, elle est vraiment comme ça, elle ne mesure pas l’ampleur de ses mots par contre si les miens vont trop loin, elle va me dire qu’elle est blessée pendant des mois.
    Les parents sont parfois si injustes et infantilisant, car après tout, notre poids ne regarde que nous, enceinte ou pas.
    Je te souhaite bon courage pour aller en avant de ce « passage ».
    Angélique
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 février 2016 at 09:44 (2 années ago)
      « Elle ne mesure pas l’ampleur de ses mots » –> c’est tout à fait ça!!! Ce n’est pas malveillant ou quoi, ça sort juste hyper naturellement… C’est affligeant! Car, comme tu le soulignes, notre poids ne regarde que nous!
      Répondre
  2. Nessendyl
    29 janvier 2016 at 19:07 (2 années ago)
    Ça semble être un truc de maman. Ma mère aussi est obsédée par son poids et ce depuis toujours. Et malheureusement ça a déteind sur moi… Dans mon septième mois aussi, je me pèse tous les matins et note mon poids à chaque fois. Le plus petit 100 grammes pris me déprime, savoir que j’ai un gros bébé ne m’aide pas à accepter les kilos qui montent.
    Ado, j’étais squelletique, vraiment très maigre. Ça convenait parfaitement à ma mère qui ne m’a jamais aidé à manger plus (j’étais plus qu’au bord de l’anorexie) et en début de grossesse, comme toi, c’était de mon poids qu’elle s’inquiétait. Bon, comme on se parle très peu et qu’on ne se voit jamais, ce n’est pas trop souvent. Si comme la tienne c’était le sujet à chaque fois je pèterai un plomb!
    En tout cas, des photos que tu postes, je te trouve superbe! 🙂 alors, ne l’écoute pas 😉
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 février 2016 at 09:43 (2 années ago)
      Merci beaucoup miss! C’est dingue comme elles ont réussi à nous « conditionner »! Moi j’ai jeté les piles de ma balance car je suis sûre que je serais tombée dans le même travers que toi : me peser tous les jours… Courage à nous! Bientôt j’espère, nous retrouverons notre ligne 😉
      Répondre
  3. Weena
    29 janvier 2016 at 20:40 (2 années ago)
    C’est là que je me rend compte que finalement j’ai de la chance … ma mère est obsédée par son poids depuis ses études, et donc par le poids de ses enfants aussi …
    De fait, nous avons toujours eu une alimentation saine et équilibré, donc toujours était des enfants fins. Par contre, j’ai eu pas mal de réflexion quand j’ai eu le malheur de prendre quelques kilos pendant mes études … kilo vite reperdu avec un recadrage alimentaire. Par contre, je n’ai jamais eu autant de compliment sur mes rondeurs par mes parents que durant ma grossesse (et de compliment sur ma perte de poids après), pourtant, j’ai pris 15 kg.
    Je garde de ma mère de bonnes habitudes alimentaires à donner des le plus jeune âge. J’espère juste réussir à ne pas en faire une obsession, ni imposer des canons à mes enfants …,
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 février 2016 at 09:39 (2 années ago)
      Tu m’as l’air d’avoir suffisamment de recul pour ne pas tomber dans ce travers… Autant le discours de ta mère collait avec ses actes (faire attention à son poids avec une alimentation équilibrée), autant celui de ma mère ne collait pas du tout… Toujours des sodas, gateaux et autre chocolat dans les placards… Comme si ça la rassurait de me savoir avec quelques kilos en trop (peut être une histoire de rivalité mère-fille?…)
      Répondre
      • weena
        3 février 2016 at 10:58 (2 années ago)
        J’espère avoir assez de recule … mais quand tu sors de chez le médecin qu’il te dit, encore une fois, que ton fils ne grossit pas assez, bonjour la culpabilité maternelle : c’est de ma faute, je surveille trop son alimentation, il va être névrosé /Anorexique / choisit ton camp …
        Répondre
  4. anyo
    29 janvier 2016 at 21:35 (2 années ago)
    Tu es canonissime et 1kg de plus au 7ème en étant assignée à résidence et en ayant des envies de bouffe tout le temps, c’est un exploit ! Bravo à toi super bombe !
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 février 2016 at 09:36 (2 années ago)
      Non mais toi! Comment tu fais pour trouver LES mots?!?
      Répondre
  5. olympiabydiane
    31 janvier 2016 at 15:24 (2 années ago)
    Bonsoir, ton article m’a beaucoup touché, les paroles d’une mère peuvent avoir tellement d’influence… Et surtout cette dernière ne s’en rend pas forcément compte… Lui as tu déjà parlé de ce que tu ressentais, la dialogue vous permettrait peut être de comprendre l’une comme l’autre ce qui est à l’origine de ce complexe par rapport au poids !
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 février 2016 at 09:35 (2 années ago)
      Nous en avons déjà discuté. Elle a toujours été complexée par son poids, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Du coup, je suppose que l’énergie qu’elle dépensait à s’auto-scruter, elle l’utilise maintenant pour moi. Le hic c’est que ses propos sont inconscients. Elle ne pense pas à mal quand elle me parle de mon poids. Du coup difficile pour elle de savoir ce qui peut me blesser ou non… Je pense que c’est surtout à moi de me détacher de tout cela…
      Répondre
  6. CompletementNad
    1 février 2016 at 13:51 (2 années ago)
    Pas simple de se détacher des paroles d’une mère. Ta maman ne changera pas et sa façon de voir les choses (bien ou pas) non plus. Alors si tu peux écoute les personnes autour de toi qui comme moi te disent la même chose, je suis sur, tu es super belle et encore plus depuis que tu es enceinte et une autre certitude c’est pas ton homme qui dira le contraire n’est ce pas?
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 février 2016 at 09:32 (2 années ago)
      C’est vrai, tu as raison! Mais comme j’aimerais un jour entendre de sa bouche « tu es belle ma fille… ». Trop lui demander visiblement… Heureusement que j’ai un entourage (réel et virtuel 😉 ) qui sait me rassurer! Merci miss!
      Répondre
  7. Agoaye
    14 février 2016 at 21:49 (2 années ago)
    Eh bien je vis la même mais à l’inverse….
    Ma mère me trouve trop maigre, alors que mon cul est en pleine expansion et que ma nulliparité fait changer mon corps en celui d’une vieille femme qui stocke…
    Mais elle me pose 45 fois la question « mais tu manges au moins ? » Et elle s’empresse de m’acheter de la bouffe.
    C’est usant aussi
    Répondre
    • Pasquunemere
      17 février 2016 at 10:48 (2 années ago)
      Oh je veux bien te croire! L’excès est usant, quel qu’il soit!
      Répondre
  8. Maëva Rêves de Bulle
    24 février 2016 at 11:04 (1 année ago)
    J’ai l’impression de lire ma vie. Et je vis chez elle en ce moment. J’ai l’impression de n’avoir qu’une obsession: contrôlée ce que je mange pour pas grossir. Je suis enceinte pourtant. Et je me vois si grosse alors qu’en l’espace d’à peine 2 ans je suis passée du 52 au 46… Et je ne vois pas la différence. Elle a beau dire, elle me condamne surmon poids et ce depuis toujours. Quand à 12 ans, le soir tu manges une carotte, une tomate et une tranche de jambon, on peut dire que ton poids à toujours été un problème…. Pour ta mère…
    J’espère que tu réussiras à te défaire de son emprise, et je souhaite la même chose pour moi x)
    Je t’embrasse, et t’es une beauté. Voilà. C’est dit!
    Répondre
    • Pasquunemere
      26 février 2016 at 11:38 (1 année ago)
      C’est incroyable! Cette pression qu’elles sont capables de nous mettre (et que cela reste une problématique notre vie durant). Ca nous fait prendre conscience à quel point on doit faire gaffe à pas transmettre nos névroses à nos enfants… (Et merci pour ce si joli compliment final <3 )
      Répondre

Leave a Reply