Madame « attention » bonjour !

attention

Je suis une de ces mères flippées. Flippée que le tout p’tit tombe et se fasse mal. Flippée qu’il se coince les pieds dans les barreaux de son lit. Flippée qu’il se balance trop dans sa chaise haute. Flippée, flippée, flippée !

Le corollaire de cette trouille est l’activation du réflexe « attention ! ». Et oui, il est bien sûr évident que c’est en disant au tout p’tit « attention » qu’il va arrêter de suite de tendre dangereusement sa main vers le four. C’est en lui rabâchant les oreilles avec un « attention » qu’il va cesser de vouloir grimper dans l’escalier. C’est en le soulant avec mes « attention » qu’il va arrêter d’être un petit garçon de 14 mois qui découvre la vie…

La seule personne pour qui mes « attention » sont rédhibitoires c’est moi (et éventuellement mon homme). Sans déconner, entre le moment où le tout p’tit rentre à la maison (18h) et son coucher (19h30), je dois utiliser ce foutu mot au moins 20 fois.

Si au moins je l’utilisais de façon appropriée… Mais non, pensez bien… Je dis « attention » à tout-va : quand il essaie d’enchaîner quelques pas au milieu de dizaines de Lego, quand il essaie de se relever près du coin de la table basse, quand il remue comme un fou dans le bain, etc. Et je me demande : à force de le dire, est ce que le mot ne risque pas de perdre son sens premier à savoir celui d’un danger imminent ?

Evidemment, le tout p’tit risque de se faire mal, d’autant plus qu’en ce moment il est en période d’acquisition de la marche. Mais est-ce que risquer de tomber sur les fesses constitue un vrai danger en soi ? Est-ce qu’avaler un peu d’eau dans son bain risque d’entraîner une mort imminente ? Je ne suis pas convaincue…

Il faut que j’apprenne à lâcher du lest. Plutôt que de le freiner dans ses initiatives, ne devrais-je pas plutôt l’accompagner dans ses découvertes ?

D’ailleurs il en va de la survie auditive de mon homme qui, si je continue ainsi, risque de s’arracher les oreilles pour avoir la paix !

Leave a Reply