La menace du père

autorité du père

Hier, en allant chercher le tout p’tit à la crèche, j’ai entendu une réflexion qui a (encore) fait cogiter mon petit cerveau. Je vous cadre la situation :

17h, horaire maudit pour aller chercher son enfant à la crèche : les gamins sont surexcités, les parents sont fatigués, il fait chaud, c’est bruyant. Hier en particulier, c’était un capharnaüm sans nom. A croire que les gamins s’étaient ligués dans la journée pour nous mettre la misère le soir venu. Le tout p’tit n’a évidemment pas échappé à la règle : refus de mettre les chaussettes (pensez vous, c’est bien plus intéressant d’aller farfouiller dans la poubelle), refus de mettre les chaussures (bien plus cool de se rouler par terre), refus de mettre le manteau, refus, refus, refus !

Les parents se regardent, dépités, rassérénés de voir que tout le monde est dans le même bateau… Tous y vont de leur combine : paroles apaisantes, chantage, menace, etc. (Bon je ne te parle pas de l’enfant du blond hein ? Pour lui, tout roule bien évidemment !). Et dans tout ce bordel, qu’ouïs-je ?

« Si tu ne te calmes pas, j’appelle papa ! »

Bon évidemment, sur le coup, je suis bien trop occupée à retrouver le tout p’tit (il était parti dans les bureaux le saligaut !). C’est le soir même, une fois le monstre couché, que j’ai repris tout ça avec l’Homme. Je lui fais part de la remarque et il me répond de but en blanc : « bah oui, c’est la menace du père ! Ta mère t’a jamais fait le coup ? »

Et si en fait, ma mère me faisait systématiquement le coup : pas de bêtise sinon je le dis à papa/si tu continues, j’en parle à papa/tiens toi bien sinon j’appelle papa/etc. Et je me pissais dessus. J’avais peur !

Mais je pensais qu’avec l’arrivée des « nouveaux pères », cette menace partirait aux oubliettes… Naïveté… Pour beaucoup, l’autorité reste le père. J’en reste pantoise. L’autorité n’est ce pas cette chose qui doit être partagée et réfléchit par les deux parents ? Poussons la réflexion : est ce à dire que les parents solo n’ont pas cette autorité  ? Evidemment non…

Mais finalement, ce « sinon  j’appelle papa », d’où vient-il ? Dans mon cas, lorsque j’étais gamine, mon père était porteur de cette autorité car il était peu présent. Ma mère s’occupait de moi pour tout ce qui était « quotidien » et mon père intervenait, à la marge, lorsque je déconnais.

L’autorité serait-elle cette menace portée par le parent moins présent précisément parce qu’il est moins présent ? Ce parent que l’on voit moins, que l’on connait moins et donc que l’on redoute davantage… Une sorte d’épée de Damoclès?

Et chez vous, l’autorité, ça se passe comment ? Partagée ? A l’unisson? Y a-t-il un bon flic et un mauvais flic ?

22 Comments on La menace du père

  1. coralie de cetaitcommentavant
    5 novembre 2014 at 12:06 (3 années ago)
    Très intéressant ton article parce que j’utilise moi même le « attention sinon j’appelle papa… »
    L’autorité est partagée chez nous mais , parce qu’il y a un mais…je cris beaucoup (trop) (en ce moment) donc mes demandes ne sont plus entendues, alors que monsieur papa est bien plus zen et patient que moi et que quand il s’énerve c’est pour de vrai et pour de bon…donc oui ma fille craint plus son père et donc oui j’utilise malheureusement cette excuse aussi pour parfois la calmer !!
    Répondre
    • Pasquunemere
      5 novembre 2014 at 12:29 (3 années ago)
      Ah c’est très intéressant ce que tu dis là! Je n’avais pas envisagé les choses sous cet angle! Effectivement, un propos calme, mesuré et censé a plus d’autorité qu’une gueulante en bonne et dûe forme 😉
      Répondre
  2. Balthazar
    5 novembre 2014 at 14:38 (3 années ago)
    Intéressants ces points de vue ! Je rejoins Coralie sur le côté zen et patient du papa en ce qui nous concerne : même si là c’est un peu tôt pour parler vraiment d’éducation avec notre petit lou de 8 mois, je vois bien qu’après une journée de grosses colères et de hurlements je suis franchement à cran et je suis sûre que d’ici quelques années je serais du genre à crier malgré moi ( ou limite à fondre en larmes ah ah ).
    Mon mari est beaucoup plus  » tranquillement ferme » : je ne l’ai jamais entendu hausser le ton de ma vie entière mais en revanche quand il doit être ferme je te jure que ça calme direct: visage déterminé, voix calme, posée, phrases courtes. Tu ne le verras jamais sortir de ses gonds mais tu fais pas le malin quand il est comme ça. Bref je pense que j’aurai aussi le réflexe  » papa » , en me disant que s’ils construisent une super relation aimante et équilibrée par ailleurs, ça ne le réduira pas à « papa = peur « .
    Je lui envie un peu cette autorité naturelle, calme et posée, mais bon je me dis que c’est aussi ça l’éducation, s’épauler chacun avec ses domaines de force et ses domaines de faiblesse, sans forcémment vouloir à tout prix un 50-50 sur tous les sujets.
    Répondre
    • Pasquunemere
      5 novembre 2014 at 15:22 (3 années ago)
      Mais alors du coup, lorsque je vous lis, je me demande pourquoi vos hommes (ou même les hommes) ont ils cette autorité « naturelle »? Cela tient sans doute à leur personnalité plus qu’à une caractéristique typiquement masculine (théorie à laquelle je n’adhère pas).
      Répondre
      • Balthazar
        5 novembre 2014 at 16:18 (3 années ago)
        Ah je suis d’accord pour moi ce n’est pas forcémment masculin. J’ai une amie qui tout en étant très maternelle a tout à fait ce type d’autorité naturelle avec son fils, alors que son mari est un merveilleux nounours qui se laisse complètement avoir sur tout 😉
        Après même si je n’aime pas stéréotyper comme ça, il faut bien constater que les mamans réagissent souvent plus avec leur émotivité que les papa qui l’extériorisent un peu moins ou qui prennent peut être plus facilement du recul ?
        Répondre
        • Pasquunemere
          5 novembre 2014 at 16:44 (3 années ago)
          Spontanément j’aurais tendance à penser comme toi. Mais finalement, est ce que l’on ne nous conditionne pas à agir ainsi? Tu vois ce que je veux dire? Enfant tu observes ta mère plus dans l’émotion et ton père plus dans la raison. Donc tu reproduis dans un rapport d’imitation. Donc finalement, si nous, en tant que parent, on agissait différemment, peut être qu’on changerait les choses? Ouais je sais, douce utopie… Mais j’y crois 😉
          Répondre
  3. Céline
    5 novembre 2014 at 15:04 (3 années ago)
    Ça vient d antan les hommes faisait la loi a la maison et battaient les enfants les femmes….
    Ici je n ai jamais pratiqué ça j en ai trop souffert étant enfant j ai tjrs eu peur de mon père 🙁 mais je peux comprendre. Depuis 2 ans je m intéresse à l éducation bienveillante même qu je crie encore de temps en temps je vois le changement avec mes 2 enfants..
    Répondre
    • Pasquunemere
      5 novembre 2014 at 15:14 (3 années ago)
      Toi aussi tu as eu peur de ton père?… Pfff dur dur! Pas envie de reproduire ça non plus…
      Va falloir que je jette un oeil sur cette histoire d’éducation bienveillante!
      Répondre
  4. petite yaye
    5 novembre 2014 at 16:14 (3 années ago)
    Quelle bonne idée de sujet ! Mis bout à bout, michoco a dû passer 2% de son temps avec son papa, autant te dire que ça me fait me poser beaucoup de questions sur la « soupape d’autorité » dont je pourrais bien avoir besoin un jour ou l’autre…
    Répondre
    • Pasquunemere
      5 novembre 2014 at 16:45 (3 années ago)
      Peut être n’en auras tu pas besoin? Tu sais probablement te montrer à la fois ferme mais souple…
      Répondre
  5. Emma June
    6 novembre 2014 at 09:26 (3 années ago)
    Je n’avais pas entendu le « sinon je le dis à ton père » depuis fort fort longtemps! A vrai dire, je ne pensais pas que ça existait encore ou alors très en marge (oui naive je sais).
    Chez nous, l’autorité (bienveillante autant que je puisse) c’est plutôt moi! Je le gère pourtant plus mais du coup, son père se laisse plus « avoir » par certains comportements donc je pense que l’on peut faire changer les choses et que l’autorité n’est pas lié au papa ou à la maman…;-)
    Répondre
    • Sophie
      6 novembre 2014 at 10:22 (3 années ago)
      Mais clair !
      Répondre
    • Pasquunemere
      6 novembre 2014 at 10:38 (3 années ago)
      Exactement!!! L’autorité n’est pas une question de sexe mais de personnalité. Comme pour tout le reste en même temps… « donc je pense que l’on peut faire changer les choses » en voilà une phrase que j’aime lire!!!
      Répondre
  6. Sophie
    6 novembre 2014 at 10:21 (3 années ago)
    « attention sinon j’appelle papa… »
    Mais OSECOUR d’entendre encore cette phrase digne des années 50 ou on « attendait » le retour de l’autorité avec le retour des peres du boulot. Des peres qui avaient des droits intangibles sur les femmes et les enfants et qui faisait trembler la masisonnée d’une autorité tranchée. Nous sommes parfaitement capables d’avoir l’autorité parentale et de l’assumer, sinon que feraient les monoparentales à dominante feminine depuis des années? Elle attendent un « homme » (si souvent demissionnaire) pour eduquer leurs enfants? Mais allo quoi !!
    Répondre
    • Pasquunemere
      6 novembre 2014 at 10:36 (3 années ago)
      Et bien Sophie, ce sujet t’anime dis donc!!! C’est vrai qu’en l’occurrence, lorsque j’ai entendu cette phrase, elle sonnait comme une menace et j’ai trouvé très dommage de réduire le rôle du papa à « ça ».

      Après, des retours que j’ai pu avoir, il y a aussi une question de personnalité. Un parent plus zen ou plus patient… Mais, dans ce cas là, ce qui vaut pour la mère, vaut pour le père…

      Répondre
  7. Einigriv
    6 novembre 2014 at 15:11 (3 années ago)
    Je suis pas sûre qu’il faille voir le mal là-dedans personnellement.
    Ca peut exister aussi le père qui dit « Si tu continue, je vais en parler à maman ».
    Je pense que de temps à autres l’un ou l’autre parent à bout peut invoquer le fait d’en parler à l’autre. De temps en temps ça peut aider: le petit doit comprendre: « ouh là, le caprice ou bêtise que je fais, il ou elle va même en parler à l’autre, c’est grave quand même. Je préférais qu’il ou elle ne sache pas que je me suis mal conduit. »
    Perso, mon père trouvait tordant de nous dire « Tenez vous bien les enfants, votre mère arrive. » Alors que de toutes façons on était sage mais c’était pour créer une sorte de complicité père-enfant. Enfin bon là c’est un autre sujet…
    Répondre
    • Pasquunemere
      6 novembre 2014 at 16:10 (3 années ago)
      Oui je vois ce que tu veux dire. « Je ne fais pas que fâcher maman ou papa. Ils vont unir leurs forces ». C’est aussi une bonne piste d’explication que tu soulèves là! Merci pour ton témoignage!
      Répondre
  8. MaPetitePageBlanche
    6 novembre 2014 at 15:51 (3 années ago)
    Pour le coup, en tout cas pour le moment, nous on n’est pas du tout dans le modèle traditionnel du père qui fait l’autorité, on est plutôt à 50/50 là dessus. Après, ça peut toujours évoluer vu que le fiston n’a que un peu plus d’un an ^^
    Répondre
    • Pasquunemere
      6 novembre 2014 at 16:15 (3 années ago)
      C’est plutôt sain comme façon de procéder. Je ne sais pas encore comment on fonctionne ici. Je pense que l’autorité est partagée. Enfin quand le tout p’tit fait une bêtise, on n’attend pas que l’autre parent arrive. Mais comme tu le soulignes, nos enfants sont encore jeunes. Il se peut que les choses évoluent…
      Répondre
  9. anyo
    6 novembre 2014 at 16:33 (3 années ago)
    Intéressant cet article! Il est vrai qu’on se pose souvent des questions en entendant les autres et cela nous force à se positionner en tant que parents.
    Perso, j’avais une très forte tendance à juger les autres jusqu’à ce que moi aussi je dise « on appelle papa » et on l’a appelé. Bon c’était une période de caprices intenses qui m’était gentiment réservé. A partir du moment où on a « partagé » ce moment avec son père, mon petit lutin s’est rendu compte que ça ne servait à rien d’essayer car on était deux face à lui et sur la même longueur d’onde.
    Le papa et moi, chacun de notre côté, on prévient que l’autre sera au courant de la bêtise, en expliquant que c’est donc pas la peine de réessayer une autre fois 😉
    Mais pourtant, dans certaines situations je hausse encore les sourcils quand j’entends une mère dire « j’appelle ton père »…
    le paradoxe du parent 😉
    Répondre
    • Pasquunemere
      6 novembre 2014 at 17:29 (3 années ago)
      C’est ça, fais ce que je dis mais ne fais pas ce que je fais 😉 Je n’ai pas souvenir d’avoir invoqué l’autorité paternelle… En même temps, avec toutes les heures de sommeil en moins que j’ai au compteur, il se peut que j’ai des neurones grillés! Maintenant que certaines le fassent, ça ne me dérange en aucun cas. Chacun fait comme il peut avec les moyens du bord hein 😉
      Répondre
  10. Chris8409
    7 novembre 2014 at 23:43 (3 années ago)
    Chez nous c’est partagé mais papa impressionne plus, par sa taille et sa voix.
    Donc de temps en temps, quand j’ai le sentiment d’être hystérique, je sors mon arme fatale en menaçant avec super papa ! Lol
    Répondre

Leave a Reply