Ne pas retomber dans la dépression post-partum : un juste équilibre entre maîtrise et lâcher prise…

postpartum_depression

S’il est une chose que j’appréhende avec l’arrivée de bébé 2 (en dehors de l’accouchement et de son état de santé bien sûr), c’est bien de replonger dans l’état que j’ai connu pour mon fils. J’ai nommé : la dépression post-partum ! Cet état d’anesthésie affective, cette détresse émotionnelle, ce sentiment d’isolement, … Bref, il n’est pas question de parler, une fois de plus, de cette période de ma vie. Au contraire, je souhaiterais te parler aujourd’hui de ma « stratégie anti-dépression post-partum » (oui, rien que ça !).

Après avoir longuement réfléchi, je pense (j’espère !) que la meilleure façon de se « protéger » de la DPP (=dépression post-partum) réside en un juste équilibre entre maîtrise et lâcher prise. J’ai fait le point sur ce qui avait déconné après la naissance de mon fils. Et je me suis aperçue que j’étais beaucoup trop dans le contrôle. Sauf qu’il est bien une chose qu’on ne peut contrôler, c’est la maternité au sens large du terme : la façon dont on va s’approprier son rôle de mère, comment va se comporter son enfant, la relation qui va s’instaurer, etc. Or, c’est précisément tous ces aspects que j’ai souhaité maîtriser : je voulais être une bonne mère, une mère parfaite. Grave erreur…

Aujourd’hui, avec le recul, je sais qu’il est des choses que l’on peut maîtriser et d’autres pas. Par exemple :

  • Le sommeil de son enfant –> échappe à toute forme de maîtrise !
  • La propreté de son logis –> ça peut se maîtriser mais, à mon sens, mieux vaut lâcher prise les premiers temps
  • Le sentiment d’isolement que peut ressentir maman –> ça peut se maîtriser (si, si et j’ai déjà un plan d’attaque dont je te ferai part ultérieurement !)

Bref, tu vois le genre… Bien sûr, je ne dis pas que mon plan sera magique et que je ne sombrerai pas à nouveau… Mais, vois-tu, je me connais. Très bien. Et je sais comme je peux vite péter une pilule. Je ne veux pas revivre ça. Alors, j’ai décidé de préparer mon congé maternité. Oui, oui, tu me lis bien… Certains préparent bien leur retraire, pourquoi ce ne serait pas le cas avec le congé mat’ ?… Et mon plan d’action, sur le papier du moins, un juste mélange entre maîtrise et lâcher prise…

Je ne me leurre pas. Je sais bien qu’il y a de fortes chances, qu’une fois bébé présent, tout vole en éclat. Mais s’il y existe une infime chance que ma « stratégie anti-dépression post-partum » fonctionne, je veux la saisir ! Cette fois ci, je veux mettre toutes les chances de mon côté !


 

Alors, ton verdict ? Ma stratégie anti-dépression, utopiste ou réaliste? Si toutefois cela t’intéresse, je te donne rendez-vous très bientôt pour te présenter mon plan d’action !

6 Comments on Ne pas retomber dans la dépression post-partum : un juste équilibre entre maîtrise et lâcher prise…

  1. anyo
    28 janvier 2016 at 14:24 (2 années ago)
    J’ai hâte de lire ton plan d’action ! Je ne te trouve pas utopiste, au contraire ! (et depuis mon téléphone je n’avais pas fait gaffe au nouveau design! j’adore !)
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 février 2016 at 09:53 (2 années ago)
      Mon plan d’action s’enrichit chaque jour! Du coup, j’attends que mon cerveau s’essouffle avant de pondre un billet! (Merci pour le design!!!!!)
      Répondre
  2. Kinou8409
    28 janvier 2016 at 14:38 (2 années ago)
    Super ton plan ! ☺
    Je n’ai pas vécu de DPP,donc plutôt mal placée pour conseiller…. mais j’ai eu 3 enfants en 2 fois…. et dans les 2 cas je ne me suis mise aucune pression… et je pense que c’est important…. se faire confiance et pas de pression…. 😉
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 février 2016 at 09:48 (2 années ago)
      Pas de pression, oui c’est la clé! Sauf que malheureusement, je n’arrive pas à me dire « allé ma grande, no stress ». Mais bon, cette fois ci, je vais gérer! J’y crois!!! 😉
      Répondre
  3. MLisette
    28 janvier 2016 at 20:34 (2 années ago)
    Et s’entourer un max, ne pas hésiter à tendre la main dès que l’on sent que les choses nous échappent vers une douleur indicible. Tu sais qu’il y a des assos 😉 Maman Blues bien sûr!
    Et puis qui dit dpp pour un premier ne signifie pas nécessairement une deuxième dpp pour le second
    Répondre
    • Pasquunemere
      3 février 2016 at 09:46 (2 années ago)
      Maman blues, oui je connais! Malheureusement, j’ai découvert cette association bien trop tard pour mon aîné… Et j’espère vraiment cette fois échapper à la dpp car comme tu le dis, ce n’est pas systématique 😉
      Répondre

Leave a Reply