Le tout p’tit, le meilleur anti-dépresseur qui soit…

antidepresseur

Absente depuis quelques temps sur la blogo, je reviens aujourd’hui sur les raisons de cette désertion. Il y a peu notre famille a été confrontée à un drame familial : celui qui te fait te lever à l’aube, celui dont tu ne connais pas l’issue, celui qui finit en traumatisme… Bref, je ne suis pas là aujourd’hui pour vous faire part des détails qui incombent à cet évènement Mais plutôt pour vous parler de lui…

Quand mon homme m’a dit à 7 heures du matin « non, ne venez pas avec moi, ça vaut mieux », je ne l’ai pas écouté. J’ai préparé le tout p’tit et nous sommes tous partis. Je ne savais pas encore si je faisais bien. Je prenais de gros risques à l’emmener. Je savais que la journée risquait d’être on ne peut plus difficile. J’étais loin de la vérité…

La journée est passée, les proches se sont réunis. Dans l’attente, le tout p’tit et moi nous sommes occupés. Nous avons joué, ri. Je craignais ce moment où tous allaient réintégrer l’appartement. Portant le deuil de la journée, ils sont arrivés un à un. Ils ont réintégré le domicile pour nous trouver le tout p’tit et moi. Comment faire ? Comment ne pas déraper ? Comment « contrôler » un enfant de 17 mois auquel la notion de deuil échappe ? Comment lui faire comprendre que les gens ne sont pas fâchés mais tristes ?

Et finalement… Voir son sourire, entendre ses éclats de rire, observer ses mimiques, tout en lui sonnait la joie de vivre. Ce jour là, plus d’une fois, j’ai entendu la phrase « la vie prend le dessus ». Jamais cette expression n’a autant pris sens à mes yeux… Le tout p’tit, avec sa joie de vivre, sa bonne humeur, ses fous rires, tout en lui criait « la vie continue ».

Je suppose qu’après lecture mes propos sont encore confus. Mais je tenais à rédiger cet article, pour lui, pour mon tout p’tit. Bien malgré lui, il a été notre thérapie. Pour notre famille, pour son père, pour tous ses proches, il a été plus fort que les mots. Il a été lui. Alors merci mon tout p’tit…

13 Comments on Le tout p’tit, le meilleur anti-dépresseur qui soit…

    • Pasquunemere
      25 juillet 2014 at 00:19 (3 années ago)
      Oh c’est tellement gentil… Moi qui ai l’impression d’avoir été si maladroite dans mes propos…
      Répondre
  1. fafa expat
    25 juillet 2014 at 00:26 (3 années ago)
    Je te rassure je ne vois la aucune maladresse, c’est très bien écrit. Oui c’est vrai, un deuil c’est toujours quelque chose de très dur et compliqué mais pour relever la tête c’est important de prendre conscience que malgré tout la vie continue. En voilà un bel exemple même si la situation est délicate.
    Bravo pour cet article
    Répondre
    • Pasquunemere
      25 juillet 2014 at 00:29 (3 années ago)
      Oh bah mince alors… V’là ti pas que je sors la larmichette! Et oui, je suis un peu sensible par les temps qui courent… Merci beaucoup fafa!
      Répondre
  2. Cathnounourse
    25 juillet 2014 at 07:48 (3 années ago)
    Sincères condoléances!
    Avoir un tout p’tit nous pousse à aller au-delà de nous-mêmes dans les moments difficiles…
    Répondre
    • Pasquunemere
      25 juillet 2014 at 12:42 (3 années ago)
      Merci beaucoup! Oui comme tu le dis, je n’imaginais pas à quel point l’avoir à nos côtés allait nous faire sortir la tête de l’eau…
      Répondre
  3. Manganèse
    25 juillet 2014 at 10:33 (3 années ago)
    Ton texte n’a rien de maladroit, il même parfait de justesse 🙂
    Nous avons connus de nombreux deuils dans ma familles ces dernières années, des histoires tristes et douloureuses, et l’arrivée du Petit a été une bouffée d’oxygène pour nous tous. Les visages qui commençaient à virer au gris se sont illuminés, les yeux ont retrouvé leurs étincelles et ce dernier Noël a été le plus joyeux que nous ayons connus depuis bien trop longtemps (et pourtant le Petit avait tout juste un mois, donc les yeux avec des étincelles oui, mais surtout avec des cernes dessous !).
    La vie continue, c’est parfois douloureux, c’est parfois difficile de le réaliser mais c’est fondamental. C’est ce qui nous permet d’aller mieux.
    Répondre
    • Pasquunemere
      25 juillet 2014 at 12:45 (3 années ago)
      C’est tout à fait vrai ce que tu dis. Dans les situations les plus dramatiques, leurs sourires font tout oublier… (leurs pleurs aussi tu me diras quand ils t’en mettent plein la tête!)
      Répondre
  4. Mum_issime
    25 juillet 2014 at 11:22 (3 années ago)
    Oh 🙁
    Rien de maladroit, on comprend dessuite le sens de tes mots-maux… Il est vrai qu’un tout petit n’a pas la notion du deuil, et c’est tant mieux, autant pour lui que pour nous, car il nous aide à relever la tête plus vite… Quelqu’un a fini sa vie et lui la commence… Dur de relativiser dans ces moments là quand on est entre « adultes », alors sa présence a du être apprécier malgré tout…
    Courage <3
    Répondre
    • Pasquunemere
      25 juillet 2014 at 12:49 (3 années ago)
      Oh que oui sa présence a été appréciée… Jamais je n’aurais pensé qu’il parviendrait à décrocher des rires dans une telle situation…Par contre j’avais pris ce jour là son livre musical. Grave erreur, le truc répétait sans cesse « c’est la fête »! Et là tu te dis « et mer**! »
      Répondre
  5. My Twinnies And Me
    25 juillet 2014 at 13:47 (3 années ago)
    C’est un très bel article, rempli d’émotions , et rempli d’amour.
    Dans des moments comme celui que vous êtes en train de vivre, la présence d’enfants est une véritable bouffée d’oxygène, de par leur innocence, leur naïveté et leur joie de vivre, ils apportent un peu de soleil quand on voit tout en noir et gris…
    Courage à vous, et plein de bisous
    Répondre
  6. Top Produits Bébé
    25 juillet 2014 at 15:22 (3 années ago)
    Toutes mes condoléances… C’est difficile d’affronter le décès d’un proche, mais c’est vrai que grâce à nos petits bouts, on arrive plus facilement à surmonter un tel drame. Lorsque mon Tontounet est décédé, j’ai passé des moments très difficiles mais heureusement j’avais mon tout petit troiz avec moi le jour de l’enterrement et ça permet de reprendre confiance en la vie. Car la vie reprend toujours le dessus comme tu l’as dit. Bon courage et bravo pour ton texte émouvant et pas maladroit du tout !
    Répondre
  7. MaPetitePageBlanche
    28 juillet 2014 at 12:15 (3 années ago)
    Ton texte est très émouvant !
    Pendant ma grossesse, mon Homme et sa famille ont vécu un drame familial eux aussi et notre fiston a choisi ce moment pour donner ses premiers coups de pieds, il est devenu notre anti-dépresseur avant même sa naissance… ^^
    Bon courage à vous tous !
    Répondre

Leave a Reply