Quand je suis fatiguée, je suis exécrable !

taureau

Le scoop n’est ce pas ?! Bah ouais, mais faut que ça sorte ! Parce qu’en ce moment, je peux dire que ça tire grave ! Avec mon deuzan qui envoie du bois, bah je finis mes journées sur les rotules. D’ailleurs, j’ai même plus de rotules tant elles sont usées… En bref, je suis fatiguée. En bref, je suis exécrable…

Je pense que mon fils a bien pigé le concept de différenciation/opposition si typique à son âge… 20 sur 20 mon tout p’tit ! Maman a parfaitement compris que tu avais TES envies, TES besoins, TES ressentis. Sauf que moi aussi j’ai les miens. L’abnégation totale, très peu pour moi… Donc en ce moment, ça part très souvent en free fight…

Et tout ceci est épuisant… Et quand l’épuisement a pris ses quartiers, le discernement s’est généralement fait la malle. Et il ne se barre pas seul. En général, il embarque avec lui ses potes « prise de recul » et « relativisation ».

Quand je suis fatiguée, je suis con (bon ok, j’ai pas besoin d’être fatiguée pour ça…). Quand je suis fatiguée, je vois tout en noir. Quand je suis fatiguée, un grain de sable devient vite une montagne. Quand je suis fatiguée, je me noie dans un verre d’eau (même David Hasselhoff ne pourrait rien y faire).

Le hic avec un enfant, c’est que la fatigue devient ta meilleure amie. Et cette saloperie ne touche pas uniquement ton corps, elle affecte aussi ton mental ! Et la fatigue psy est bien pire à mon sens…

Parce que tu vois, la fatigue physique peut se résorber avec du repos, du sommeil. Mais la fatigue psy nécessite une prise en charge nettement plus lourde. Déjà, il faut avoir l’énergie suffisante pour se mobiliser et la contre attaquer. Il faut puiser dans ses ressources pour se trouver des activités qui font du bien au moral… Et ça, hier soir par exemple, c’était tout bonnement impensable. Après la journée de merde que j’ai passé, je n’avais aucune envie de mater un film, prendre un bain, lire un bouquin, …

Parce que, quand je suis fatiguée, je n’ai envie de rien. Parce que, quand je suis fatiguée, je veux juste qu’on me foute la paix. Parce que, quand je suis fatiguée, je suis exécrable…

Et toi, la fatigue, tu la gères comment ?

15 Comments on Quand je suis fatiguée, je suis exécrable !

  1. BALTHAZAR
    22 février 2015 at 10:53 (2 années ago)
    Quand je suis fatiguée, je vois tout en noir moi aussi et je pars dans de grands délires de type ‘ la vie vaut elle vraiment la peine d’être vécue ‘ ( mon mec adore quand je lui pose la question vers 2h du mat ;))
    Et en ce moment, avec un bébé qui nous fait des crises de furie la nuit sans explications et le voisin du dessus qui met ses chaussures pour taper des pieds au dessus de notre chambre pendant tout le temps de la crise pour nous la faire  » payer », bah… bonjour l’ambiance, bonjour la fatigue, bonjour la seule envie de rester sous sa couette à ruminer !
    Répondre
    • Pasquunemere
      23 février 2015 at 21:09 (2 années ago)
      Tu prêches une convaincue! Il est des jours où la fatigue handicape. Aussi bien le corps que le cerveau d’ailleurs! Il faut alors puiser au plus profond les ressources pour faire un pas devant l’autre. C’est dur! Mais bon nombre d’entre nous sommes passés par là et y ont survécu (comment? je ne sais pas encore 😉 ). On va y arriver! Et cette fatigue permanente ne sera plus qu’un mauvais souvenir!
      Répondre
  2. anyo
    22 février 2015 at 10:58 (2 années ago)
    On dirait moi aussi! Parfois une blague de PapaCoq me fait relativiser et sinon, je fais dîner les enfants et je commande un truc sur alloresto (quitte à cuisiner le truc qui se perime pour le lendemain) ça me force à me calmer et à profiter! (Sinon je partais me coucher avec une tartine de fromage… mais ça n’aide pas pour la fatigue psy)
    Répondre
    • Pasquunemere
      23 février 2015 at 21:06 (2 années ago)
      Ah toi aussi ton Homme pratique la blague pour désamorcer? Ici, ça fonctionne plutôt pas mal sauf quand je suis vraiment au bout du rouleau. Là il sait qu’il faut juste me laisser tranquille. D’ailleurs, ce matin il m’a dit « tu sais hier, j’ai passé la journée avec un dragon ». J’ai ri car c’est tellement vrai!
      Répondre
      • anyo
        26 février 2015 at 10:58 (2 années ago)
        Ah ah, le dragon, j’adore la comparaison! Ici c’est la sorcière karaba de Kirikou…
        Répondre
  3. Rose comme trois pommes
    22 février 2015 at 14:53 (2 années ago)
    Ah tiens, ça me dit quelque chose tout ça.
    Quand je suis fatiguée, je suis complètement découragée, un rien me paraît insurmontable… et c’est mon mari qui prend tout, le pauvre.
    Mais on fait comment pour arrêter d’être fatiguée quand on a des enfants?
    Répondre
    • Pasquunemere
      23 février 2015 at 21:03 (2 années ago)
      Je pense que l’état de repos tel qu’on le connaissait sans enfant ne sera plus… Enfin moi j’en ai fait le deuil. Ce qui me « sauve » ce sont des petits riens. Des moments que je m’accorde rien que pour ma tronche : un bon bain, une série ou un film quand il dort, un bouquin… Des instants où je ne pense plus qu’à moi et qui me permettent de me ressourcer. Sans cela (et sans l’Homme qui prend le relais), je pense que je serais au fond du seau 😉
      Répondre
  4. Aurélie Emma
    22 février 2015 at 15:15 (2 années ago)
    Quand je suis fatiguée, je suis chiante!!!!!!! Faut pas me chercher.
    Répondre
    • Pasquunemere
      23 février 2015 at 21:01 (2 années ago)
      Pareil! Hier, l’Homme me parlait et je lui ai répondu « je ne suis pas disponible actuellement. Veuillez me recontacter ultérieurement »
      Répondre
  5. petite yaye
    22 février 2015 at 17:08 (2 années ago)
    Par une longue balade au bord de la mer. S’il ne suit pas je m’assois, s’il court il reste à porter de mes yeux, s’il se roule par terre ça l’agace vite d’avoir du sable partout et surtout : le bruit des vagues est si fort que je n’entends plus ses cris… généralement ça nous requinque les batteries à tous les 2 pour 2 jours !
    Répondre
    • Pasquunemere
      23 février 2015 at 21:00 (2 années ago)
      Oh quel bol d’avoir la mer! Il faut que je me trouve un endroit comme ça… J’avais bien le parc mais même ça il m’a foutu mon plan en l’air! Je vais trouver, je vais trouver, je vais trouver!!! 😉
      Répondre
  6. Namelo
    22 février 2015 at 17:51 (2 années ago)
    Vous avez piqué ce que je vis ou quoi??? C’est du genre vis ma vie!!
    Très franchement je n’ai pas encore trouvé la solution, je crie pour évacuer et au final sur Petit d’Homme comme sur Miss ça marche pas, ils me rient au nez, et je ne suis plus crédible. En plus, j’ai finalement rien évacuer j’ai juste la gorge irritée.. mouais pas joli toussa… J’essaie de prendre sur moi, et je vais acheter un bouquin sur l’éducation non violente (bien que je ne pourrai pas enlever le « t’es puni , au coin! » ouais faut pas abuser, quand c’est trop c’est trop) Enfin je sais qu’il faut que je fasse quelque chose, ça ne peut plus durer, cette fatigue morale (ou psy comme vous dites), elle me bouffe, elle me ronge et j’en peux plus.
    Répondre
    • Pasquunemere
      23 février 2015 at 20:59 (2 années ago)
      Je me permets de te tutoyer hein… Je comprends totalement ce que tu dis! Au bout d’un moment, crier n’a plus de sens (en a t il un tout court d’ailleurs?…). Parfois je me vois sortir de mes gongs et je me trouve complètement stupide. Parce que, d’une part, ça ne fait pas avancer les choses et, d’autre part, je ne me sens même pas mieux (au contraire…). Mais cette fatigue pousse à bout et nous restons humains avant tout. Il est des sentiments qu’on ne peut maîtriser… Je reste persuadée que la seule façon de sortir de ça c’est de passer le relais (quand on en a la possibilité bien sûr…). Faire autre chose, penser à soi ne serait ce que quelques heures. Sortir la tête de l’eau (ou du seau au choix) pour retrouver l’énergie nécessaire pour s’investir à nouveau… Courage à nous, on va s’en sortir!!
      Répondre
  7. Monica
    25 février 2015 at 15:52 (2 années ago)
    tu peux arrêter de raconter exactement ma vie stp 😉
    Nan sérieusement je te comprends tout à fait! Il n’y a rien à faire à part prendre du recul mais pas toujours facile avec des ptits à la maison…
    Courage!
    Répondre
    • Pasquunemere
      26 février 2015 at 09:18 (2 années ago)
      Oui hauts les cœurs! Non mais faut que je me soigne! Vraiment, y a rien à tirer de moi lorsque je suis crevée! Si ce n’est de l’agressivité à l’état pur! Evidemment j’essaie d’épargner mon fils… Du coup c’est l’Homme qui prend… Oh bah écoute, on fait ce qu’on peut hein 😉
      Répondre

Leave a Reply