Parce qu’être parent, c’est aussi ça…

pleine lune parent seul

6 heures du mat’… L’aube, l’aurore, tu ne sais plus… Le silence absolu… Une nuit si sombre que le soleil peine à émerger… Au milieu de cet univers en suspens, tu es là, les yeux bien ouverts et le cerveau en ébullition. Pourquoi un tel état de nerfs ? Pourquoi ce qui-vive permanent ? Pourquoi cette sensibilité exacerbée ? Pourquoi cette inquiétude intérieure ? Parce que tu es mère… Rectification, parce que tu es  une mère privée de repos…

On t’avait pourtant prévenue : « prépare toi, tu vas découvrir les nuits hachées, le sommeil en pointillés, les multiples réveils nocturnes, … ». Des mots, juste des mots… S’il est une chose que l’on ne peut décrire justement, c’est la privation de sommeil… Indescriptible et pourtant universelle… Qui n’a pas connu cet état : après une nuit festive, après une nuit parsemée d’angoisses, après une nuit torride, après une nuit…

Mais rares sont ceux pour lesquels cet état perdure… Et pourtant, ils existent. Ils sont là, à côté de toi au boulot, une tasse de café entre les mains. Ils sont aussi là, dans le train, la tête vrillant au moindre soubresaut. Ils sont là au supermarché, l’œil hagard, comme robotisés. Partout. Ils sont là. L’ombre d’eux-mêmes…

Evidemment, tu te vois prodiguer les conseils de bien-pensants : confie-les, repose-toi, prends du temps, détends-toi, relativise… Ces conseils, la plupart du temps énoncés avec toute la bienveillance du monde, ne font que renforcer ton sentiment de solitude : personne ne me comprend…

Et pourtant… Ces sentiments qui t’animent, savoureux cocktail explosif, ne sont pas étrangers à tous… Cette fatigue éreintante, cette colère permanente, ce sentiment d’injustice, cette hyperréactivité, cette boule logée au plus profond de toi… Je connais tout ça… Je sais qu’il t’est peut être même arrivé, parfois, de regretter… Regretter d’être devenu parent… Puis, l’instant d’après, cette culpabilité qui t’assaille… Comment avoir osé penser ça ?…

Parce qu’être parent, c’est aussi ça…

7 Comments on Parce qu’être parent, c’est aussi ça…

  1. monica
    7 novembre 2017 at 12:04 (2 semaines ago)
    je dirais même plus: c’est tellement ça!
    Répondre
    • Pasquunemere
      9 novembre 2017 at 12:09 (2 semaines ago)
      Merci ma belle 😘😘😘
      Répondre
  2. Emma June
    7 novembre 2017 at 14:24 (2 semaines ago)
    Comme je te l’ai déjà dit, ici la privation de sommeil et les couchers difficiles on a connu (et longtemps genre en ANNEES) oui, on en a qu’un mais bon…un parent qui dort ne sait pas, il imagine, compatit mais ne sait pas.
    Bref, je sais (plus qu’il n’en faut) et j’espère que tout ça ne durera pas pour vous.
    Bon courage (puisqu’on ne peut pas les rendre 😉 je rigole!)
    Répondre
    • Pasquunemere
      9 novembre 2017 at 12:10 (2 semaines ago)
      Les rendre peut-être pas mais les reparamétrer ça m arrangerait grandement 😋 Merci pour ton soutien !
      Répondre
  3. Estelle
    7 novembre 2017 at 21:19 (2 semaines ago)
    J’ai connu ça avec ma fille… La privation de sommeil est la pire des tortures. Chez nous ça a duré longtemps mais quand je vois que ma fille qui a maintenant 4 ans se couche sans aucun problème à 19h pour ne se lever le lendemain qu’à 7h30 pour l’école ou plus tard le week-end et les vacances, je me dis que j’aurais dû passer davantage outre les « conseils » des autres qui font culpabiliser alors qu’il n’y a qu’à attendre que ça passe et faire du mieux pour se préserver un peu… Bon courage pour cette période difficile
    Répondre
    • Pasquunemere
      9 novembre 2017 at 12:11 (2 semaines ago)
      Attendre c’est tout à fait ça… Et espérer un avenir meilleur… Merci pour ton témoignage 😃
      Répondre

1Pingbacks & Trackbacks on Parce qu’être parent, c’est aussi ça…

  1. […] les enfants, place aux parents avec une courte réflexion de Myriam sur la parentalité. Court, percutant, […]

Leave a Reply