Étiquette : Corps

Help ! Je suis embrouillée avec mon système immunitaire !

poussetoimicrobe

Depuis quelques mois, mon corps et moi ne sommes pas hyper potes. Certes je lui fais part de toutes mes angoisses par le biais de jolies somatisations. Mais il me le rend bien en chopant tout microbe qui se présente !

Avant ma grossesse, je n’étais que très rarement malade. Un rhume tous les 36 du mois, jamais de gastro, la grippe connais pas. Mais alors depuis que j’ai accouché, c’est port’nawak ! Je suis devenue un réceptacle à saloperie. Je crois que sur 15 mois (âge du tout p’tit), j’ai dû être malade 14 mois et 29 jours (oui, je me souviens, une fois je me portais plutôt bien !). A savoir que mon corps prête une large préférence pour la rhino-bronchite.

Alors j’ai tout tenté : laisser mon corps se défendre tout seul, l’automédication, les traitements prescrits par le doc, des cures de vitamine, etc. Mais rien n’y fait !

Certes, au début, je m’expliquais cette fragilité par ma fatigue chronique. Mais, depuis quelques mois maintenant, les choses commencent à se réguler. Je redécouvre peu à peu ce que le mot « reposé » veut dire. J’ai également fait un bilan sanguin : RAS ! Donc c’est quoi ce bordel ???

Est-ce que la grossesse fragiliserait à ce point le corps de la femme ? Est-ce que je dois m’habituer à cet état en considérant qu’il sera mien pour toujours ? Devrais-je essayer de me diriger vers d’autres alternatives telles homéopathie, phytothérapie, etc. ?

Et vous, vous sentez vous plus fragiles depuis votre accouchement ? Si oui, avez-vous trouvé des solutions pour vous requinquer ? Je suis preneuse de tout conseil! Attention toutefois, je ne suis pas hyper fan de vaudou!

Oui je somatise, et alors ???

images (6)

Vous aurez pu constater à travers mes divers billets que je suis légèrement angoissée (bon, carrément, ok, je vous l’accorde !). Mais le problème n’est pas tant l’angoisse en elle-même, ça c’est entre mon cerveau et moi, mais plus le fait qu’elle se diffuse dans mon corps. Voilà, je somatise…

Et je vous garantie que le pouvoir du cerveau sur le corps est INCROYABLE ! J’en apprends chaque jour ! Je suis une expérience psychologique à moi toute seule. Enfin ce serait beaucoup plus drôle si je n’étais pas malade tous les 4 matins…

Bon, dans les grandes lignes, qu’est ce que ça donne :

  • Le tout p’tit est constipé –> je suis constipée
  • Le tout p’tit a une otite –> j’ai une otite
  • Le tout p’tit perce des dents –> je fais un abcès dentaire

Vous voyez le délire ? Ce qui est dingue c’est qu’en aucun cas, il ne s’agit de maladie contagieuse. Bon évidemment celles-ci je me les coltine également et puissance 1000.

Je suis dans un tel phénomène d’identification à mon fils qu’il faut que je sois malade lorsqu’il l’est lui-même. Comme si je devais souffrir avec lui…

Alors oui, sur le papier, c’est joli : oh une mère tellement aimante qu’elle partage tout avec son enfant… Mouais ! Parlons-en ! Car dans les faits, va-t’occuper de ton gamin lorsque tu as bronchite + otite + abcès ! Pur bonheur !

Alors mon homme, évidemment, se fait un grand plaisir à se foutre de moi : « et quand il va perdre ses dents de lait, tu vas te péter les chicots (argot « nordique » pour désigner les dents) ? » ; « tu veux que je te mette un peu de Dolodent » ; « tu veux un suppo de Chamomilla ? »… J’en passe et des meilleurs !

Je suis soutenue, j’vous raconte pas ! En même temps, s’il entrait dans mon délire, je sais pas jusqu’où j’irai… Peut être aurais je besoin d’une totote pour m’endormir qui sait ?…

Je suis un grizzly !

sleepy-grizzly-bear_22670_990x742

Quand on devient mère, et donc quand on manque de temps, il faut  prioriser. Il importe alors de faire des choix ce qui implique d’avoir à renoncer à certaines activités. Allons y regarder de plus près.

Parmi les activités qui ne peuvent être supprimées, il y a celles qui se réfèrent aux besoins de base :

  • Manger (et donc faire à manger)
  • Dormir
  • Se laver
  • Aller aux toilettes

Rien qu’à eux, ces besoins occupent une belle partie de la journée.

Puis il y a les activités secondaires, celles qu’on fait par obligation plus que par besoin :

  • Travailler
  • Faire les courses
  • Aller dans la belle famille (on plaisante, on plaisante…)

Puis, il y a les activités plus « superficielles » parmi lesquelles :

  • Se distraire : lire, écouter de la musique, faire du tricot
  • Tenir un blog (hyper-chronophage !)
  • Prendre soin de soi : aller chez le coiffeur, faire une manucure, s’épiler, etc.

Et c’est là que le bât blesse… L’une des activités que j’ai choisi, par contrainte, de nettement diminuer c’est l’épilation. C’est-à-dire qu’entre me faire un bon film ou m’arracher le poil, mon cœur balance très peu…

C’est ainsi qu’il m’arrive régulièrement de me sentir très proche du grizzly ! Et ça c’est plus possible ! Je crois même que je fais flipper les chats de mon quartier.

Alors comment faire ? Où trouver le temps ? Je me demande finalement si la méthode des Fly Lady (que j’évoquais là http://pasquunemere.fr/?p=46) ne pourrait pas s’appliquer aux soins du corps. Par exemple :

  • Lundi : gommage et masque visage
  • Mardi : manucure
  • Mercredi : lavage et soin des cheveux
  • Jeudi : épilation
  • Vendredi : gommage et soins corps
  • Samedi : repos
  • Dimanche : lavage et soin des cheveux (bis)

Bon ça a l’air joli comme ça mais le rythme serait-il vraiment tenable ?…