Posts Tagged ‘Fatigue’

Cet épuisement…

epuisement-maternel

5h du mat’, j’entends ses premiers gazouillis… De loin, de très loin, comme dans un doux rêve… Du moins, j’espère que c’est un rêve car cela fait à peine 1h que j’ai fermé les yeux… Puis viennent les vocalises, de plus en plus fortes… Alerté, le troizan commence à remuer dans son lit. N’allons pas trop taquiner son audition, il risquerait de croire que l’heure est venue de se lever. Me voilà donc dans le salon avec un bébé tout éveillé dans les bras. Bilan : 4 heures de sommeil, 5 mois que cela dure. « Putain ! j’en peux plus ! »

Je le savais. Avoir deux enfants en bas âge n’allait pas être une partie de plaisir. La fatigue, l’organisation, l’abnégation totale, … Oh oui, je le savais mais je ne le mesurais pas.

5 mois de nuits entrecoupées…

5 mois de bibs toutes les 3 heures…

5 mois de fatigue…

5 mois sans répit ni repos…

Bordel, c’que c’est dur !

Puis, la reprise du boulot, le début de la crèche, l’entrée à l’école… Jongler encore et toujours, courir telle une poule sans tête, penser à tout, penser à rien… Le cerveau en ébullition qui finit par tourner à vide : ne pas oublier le goûter, penser à l’inscription à la garderie, ramener le certificat médical pour la crèche, acheter des couches sur ma petite pause du midi, amener la voiture au garage… Puis le blackout, la surchauffe cérébrale, le néant… Cette fatigue, ce poids sur mes épaules,  la désagréable impression de ne plus avoir cette énergie qui permet de débuter la journée… Mes vêtements, aujourd’hui plus qu’hier et moins que demain, pèsent une tonne…

Se sentir à côté de tout mais au milieu du capharnaüm… Toutefois continuer d’avancer car je ne suis pas seule. Ils sont là. Mes précieux. Ils ont besoin de moi. Plus que jamais. Je suis leur roc. Mais je sens peu à peu la roche s’effriter…

Tenir encore et toujours… Ne pas flancher sous peine de ne plus réussir à se relever…

 

 

Récit d’une (future) nuit ordinaire…

maman fatiguée

00h17 : couchée depuis 2 heures, je dors d’un profond sommeil lorsque j’entends mon tout p’tit pleurer. Délicatement, je sors du lit de façon à ne pas réveiller l’autre Homme de ma vie. Je m’approche de mon fils, récupère la tétine égarée, pose doucement ma main sur son front « chut, rendors toi mon bébé ». Puis je retourne me coucher, bercée par les ronflements de mon cher et tendre.

2h28 : des cris dans la nuit. Il est sérieux, je viens d’aller lui remettre sa tétine et il me retape un scandale ?!? Ah non tiens, ça fait déjà deux heures que le premier épisode a eu lieu. Et puis l’autre qui ronfle toujours à côté de moi, il faudrait un bulldozer pour le réveiller ou bien ?!? Pas grave, je me lève et je lui balancerai au réveil à quel point il a pas assuré cette nuit ! Put***, elle est où cette foutue tétine !!! 10 minutes que je cherche, broucouille ! Ah mais qu’est ce qu’elle fout à l’autre bout de la chambre ! Grrrrr !!!!! Tiens, ouvre le bec et rendors toi…

Je réintègre le lit parental. 15 minutes passent, puis 30… Mais il va arrêter de ronfler lui ou je lui fous du persil dans le nez !!! Puis, un grondement étrange sort de mon corps (c’est sans doute à ce moment là que je me suis transformée en loup garou). L’Homme, m’entendant, me demande ce qu’il se passe, ce à quoi je réponds « ton fils et toi vous ne savez pas garder la bouche fermée pendant votre sommeil ou quoi ?!? ». Comprendra celui qui veut…

4h48 : un nouvel incident tétine. Cette fois, ni une ni deux, l’Homme saute du lit tel un cabri. Ahhhh, cool, je vais pouvoir me rendormir. C’est bizarre, il en met du temps à revenir. Mais bon dieu, pourquoi il allume la lumière ?!? Rhhhoo le con, il retrouve pas la tétine !! Et voilà, le gamin croit qu’il est l’heure de se lever maintenant !!!! L’Homme réintègre le lit, le petit hurle, et moi je suis au bord de la crise de nerfs

5h15 : le gamin hurle toujours. Il a évidemment jeté tétine, doudou et peluche en guise de mécontentement. L’Homme est carrément descendu fumer une clope. Qu’est ce que j’aimerais pouvoir en faire autant !!!

5h30 : il veut se lever ??? Je vais le sortir de son pieu moi !!!! Je vais allumer toutes les lumières de la baraque et mettre la télé à fond ! Ah ouais, il croit que c’est pump it up ! Je vais lu en donner moi du pump it up !!! (c’est sans doute à ce moment là que je me suis transformée en folle furieuse). Je me lève, dans un état second, mi femme mi démon. Je tente une dernière tentative « tétine ». Vache, ça a l’air de fonctionner…

5h45 : les deux couillus dorment et moi je suis là, les yeux encore écarquillés par l’adrénaline… Je crois que je les déteste…

6h00 : je sombre dans le sommeil

6h45 : le réveil sonne. Je m’accorde 10 minutes de rab’. L’Homme se charge du petit. Je les entends au loin. Enfin, je trouve le moyen de m’extirper de mon lit. Je vais leur faire une gueule comme ils en ont rarement vu !! Je descends l’escalier. Et là, mon fils me crie « maman, bisous !! » pendant que l’Homme me tend un café au lait bien chaud… Grrrr !! Comment leur en vouloir…

Au moment précis où je t’écris, je m’aperçois à quel point cette nuit s’apprête à devenir ma future routine avec l’arrivée de bébé.  Je pourrai compter sur toi lorsque je perdrais tout discernement et que je me transformerai progressivement en femme-furie ???

PS : rassure toi, seuls les propos rédigés en italique sont ceux qui sont sortis de ma bouche. Les autres, malgré le fait que je les ai pensé très fort, sont restés bien au chaud dans un coin de ma tête.

PS2 : désolée pour le récit décousu mais, tu t’en doutes, j’ai le cerveau qui baigne dans la soupe ce matin…

On n’a plus 20 ans ma bonne dame !

tchin

Minuit passé, un dimanche soir… Une journée entre amis… A refaire le monde autour d’un verre… Puis vient le « je t’en ressers un dernier pour la route ? » qui n’est pas vraiment une question dans la mesure où le verre est déjà rempli avant même que tes neurones aient capté la dite question…

Les heures passent et tu te dis naïvement : « c’est pas grave, je dormirai demain soir ». Et la marmotte, elle a une poule avec des dents qui met le choco dans le papier sulfurisé ! Parce que, au cas où ce détail ne t’est pas sauté aux yeux, les petites fentes que tu as autour des yeux et bien, une fois que tu as fini de rire, elles sont encore là les bougresses ! Et ça ma p’tite (ou ma vieille), c’est l’âge qui parle…

L’âge qui fait qu’au réveil, tu te dis « mouah pwioutain, saloperie de rosé pamplemousse ! ». Celui qui ravissait tes papilles la veille au soir et qui, au petit matin, te fait vriller les tympans ! Lui et sa copine, la bibine ou binouze, désaltérante à souhait le soir venu et qui te donne l’impression d’avoir de l’arsenic dans l’estomac le lendemain.

Comment puis-je me faire avoir à chaque fois ? Faiblesse ? Naïveté ? Pourtant, je le sais ! Si mon corps n’a pas ses 7 heures de sommeil, je me réveille avec l’impression d’avoir fait le marathon de Paris (d’ailleurs, il y a un marathon à Paris ?). Mais je ne sais pas. Alors que le mogwaï se transforme en gremlins, pour ma part, passé minuit, je me transforme en pilier de bar… Je pense bêtement avoir les capacités de récupération de mes 20 ans. Et vas-y qu’on se fait une partie de Mario Kart, et allons y gaiment pour un jeu de société… Ah tiens, c’est Sing Star que j’aperçois là ?!?

Plus les heures passent et plus je régresse… Pour un peu, j’irais taper le doudou de mon fils pour aller me coucher…

Bref, c’était ma chronique d’un dimanche ordinaire… Sur ce, je m’en vais chercher des allumettes histoire de faire tenir mes paupières pour le reste de la journée !

Et toi, la régression, ça te parle?

1 2 3 4 5