Posts Tagged ‘Homme’

Mon homme est une tête de con !

26291711-

Non, non, rassurez-vous, pas d’engueulade ce soir au dîner. La chouquette m’a simplement raconté sa journée et, surtout, la façon dont il a encore mis en place sa stratégie tête de con. Mais alors en quoi consiste cette fameuse stratégie ?

Information importante à savoir, l’homme est une vraie soupe au lait ! Gare à ce que vous lui dites sous peine d’avoir l’impression d’avoir vexé une gamine de 8 ans. D’ailleurs, je crains les représailles s’il me lit. Pas grave, je me servirai du tout p’tit comme bouclier !

Ainsi, lorsque l’homme se sent spolié, il use et abuse d’une technique qui a le don de me sortir de mes gons : il tourne tout ce que vous dites en ridicule.

Illustration :

Le tout p’tit vient d’avoir 14 mois. J’estime important que nous commencions à nous exprimer correctement en sa présence. Ce n’est pas tellement que nous jurions comme des charretiers. Nous, notre truc, ce sont les néologismes, vous savez les mots inventés de toute pièce. Nous aimons en particulier détourner le nom des marques : une chocodanette, un dolifion (suppo de doliprane), vous voyez?

Déjà chez la nourrice, les choses peuvent s’avérer complexes sans qu’on ait besoin d’en rajouter à la maison. Un jour, je décide donc de transmettre ma requête à mon homme qui, évidemment vous l’aurez compris, s’offusque. Il trouve ça ridicule d’avoir à surveiller son langage. Le tout p’tit est, selon lui, encore trop jeune pour piper ce qu’il se passe. Bref, là n’est pas le problème.

Toujours est il que, sitôt après lui avoir dit ça, a surgi le Super-Relou qui sommeille en lui. Il a donc commencé à s’exprimer avec son vocabulaire le plus sophistiqué (celui qu’on utilise pour impressionner : un éventuel futur employeur, ses beaux-parents, etc.). C’est ainsi que pendant toute une journée, j’ai du vivre avec Maître Capello :

  • Cher tout p’tit, veux-tu bien avoir l’obligeance de ne pas m’uriner dessus ?
  • Je te serai gré de bien vouloir mettre un terme à cet accès de colère
  • Daignerais-tu goûter de ce succulent met qu’on appelle, vulgairement, compote ?

J’ai vécu l’horreur. Et, bien sûr, plus je lui demandais de cesser, plus il accentuait le trait et ce jusqu’à utiliser des termes de plus en plus tordus qui ne collaient absolument pas à la conversation (dithyrambique, alambiqué, rhétoricien, … oui mon homme se montre très cultivé lorsqu’il s’agit de dire des conneries !).

Mes articles sont généralement très élogieux à l’égard de mon homme. Donc je tenais à rétablir un certain équilibre : mon homme est aussi une tête de con !

Mon homme en a gros !

13629392-furieux-emoticone

Comme je l’avais déjà évoqué, je suis actuellement en formation (deuxième et dernière année, yes !!!). Mes journées sont donc plus que chargées avec notamment un départ du domicile à 6h30 et un retour estimé vers 19h.

Il m’est donc impossible de m’occuper du tout p’tit le matin. Et oui, à l’heure à laquelle je pars, ça ronfle grave ! C’est donc en tant que volontaire désigné d’office que mon homme se charge de notre fils. Il le réveille, l’habille, gagatise un max et l’amène chez la nounou.

Le soir, on prend les mêmes et on recommence. C’est la chouquette qui va chercher le tout p’tit chez la nourrice. Débriefing de la journée puis retour à la maison : jeux, bain. Quand, enfin, je fais mon come-back ! Je peux donc profiter de mon fils 30 minutes chaque soir, quelle chance n’est ce pas ?

En résumé, vous l’aurez compris, c’est mon homme qui s’occupe principalement du tout p’tit. Là où les choses commencent à se compliquer pour lui, c’est lorsqu’il constate le culte voué aux mères dans notre société.

Hier, suite à un évènement lambda, j’ai eu droit aux foudres de la chouquette. Je vous montre l’objet du crime :

sucette

 

Voilà un banal objet dont nous avons fait l’aquisition : une sucette-thermomètre. Et hier soir, alors que je préparais à dîner, j’entends l’homme râler et dire à qui veut bien l’entendre: « et voilà! Non mais ils sont sérieux!? Même sur les thermomètres maintenant! De mieux en mieux! Bon c’est décidé, moi en tant que bon père de famille, je vais me contenter de jouer avec le tout p’tit pendant que toi, tu t’occuperas de prendre sa tempiote et de lui faire des câlins réconfortants! »

Et oui, sur la majorité des objets de puériculture, ou même dans les magasines, les publicités ou autre, c’est souvent la Maman qui est mise en avant. Et ça, ça a le don d’exaspérer mon homme. C’est un papa merveilleux qui donne tout pour son fils et qu’est ce qu’il voit tout autour de lui : le culte de la Reine Mère. Donc oui, ça le gonfle et je ne peux que le comprendre !

Et mon couple dans tout ça ?

0008442790E-849x565

Nous n’étions que deux. Nous ne pensions qu’à nous. Nous pouvions sortir sans nous soucier du lendemain. A nous les restos, ciné, soirées entre amis et autre festivité. Nous pouvions envisager une nuit blanche sans sourciller. Mais là, je vous parle d’un temps, que le tout p’tit du haut de ses 1 an, ne peut pas connaître (petit big up à Charles au passage!)

Et oui, vous vous en doutez, dans l’histoire d’un couple, il y a un avant/après bébé. Ce ne sont plus vraiment les mêmes discussions, plus les mêmes questions, plus les mêmes échanges. Et surtout nous, nous ne sommes plus vraiment les mêmes personnes.

Sauf que moi, j’y tiens à mon couple ! Alors comment nous nous y prenons, mon homme et moi, pour conserver la  flamme qui nous anime (très poétique tout ça…) ?

Première donnée à intégrer, assimiler et digérer : on ne dispose pas de notre temps. Et oui, priorité est donnée au tout p’tit. Le soir, le week-end, c’est lui et ses besoins avant tout. Nous n’avons qu’une seule possibilité : les moments où il dort.

Ainsi, tous les soirs, au moment du repas, nous prenons le temps de parler de nos journées respectives, de nos joies, de nos colères, etc. Il ne s’agit en aucun cas de parler du tout p’tit mais juste de nous, histoire de ne pas oublier que nous ne sommes pas que des parents.

De la même façon, nous tentons, une fois par semaine, de nous organiser un petit apéro ou un petit dîner. Nous disposons dès lors de plus de temps pour échanger : sur nous, nos projets, nos envies, nos besoins, …

Le week-end, malgré le fait que nous soyons avec le tout p’tit, nous essayons également de nous accorder des moments : boire un verre, se balader, regarder un film pendant qu’il est à la sieste.

Par ailleurs, il nous arrive de confier le tout p’tit (à ses grands parents notamment, quelle chance de les avoir à proximité) ce qui ouvre grandement les possibilités : ciné, resto, pub avec les potes, spectacle et autre joyeuseté. 

Ajoutons à tout ça une autre donnée : le fait que je prenne soin de moi. Cela engendre un cercle vertueux : je me sens mieux –> je fais davantage d’effort pour être séduisante –> il le remarque et me fait de jolis compliments –> ça me touche et m’encourage à poursuivre mes efforts –> etc. etc.

Evidemment les moments que nous partageons à trois renforcent également notre couple. Voir notre fils progresser, évoluer, grandir simplement nous rapprochent naturellement. Mais, égale à moi-même, je considère qu’il importe de conserver une vie de couple en dehors de sa vie de parent. Avec l’arrivée d’un enfant, il est si facile de se perdre de vue…

1 2 3 4