Posts Tagged ‘papa’

Arrête de m’ignorer…

relation père fils ignorance

Tels sont les mots qui sont sortis de la bouche de l’Homme ce matin après un énième affront de la part du troizan… Depuis quelques temps maintenant, il est vrai que ce dernier a tendance à ignorer son papa.

« Tu viens me faire un bisou ? Comment s’est passée ta journée ? Tu veux qu’on joue tous les deux ? ». Autant de requêtes qui restent sans réponse… Je n’ose imaginer le mal que cela doit faire à l’Homme. Il est vrai que ce dernier passe beaucoup moins de temps que moi avec son fils. Entre le boulot qui lui prend beaucoup de temps et bébé qui lui pompe ce qu’il lui reste d’énergie, les moments passés véritablement ensemble se font rares…

Pourtant, il s’investi autant que moi et ce, depuis sa naissance… Autant de biberons, de couches, de nuits blanches, de rendez-vous médicaux… Mais, toujours est-il, qu’à l’heure actuelle, c’est bien moi qui l’amène/le récupère à l’école… C’est moi qui le conduis au judo… C’est avec moi qu’il passe le plus clair de son temps… C’est donc tout naturellement qu’il s’adresse à moi lorsqu’il souhaite quelque chose : manger/jouer/câliner/etc.

Sauf que, chaque fois que l’Homme est confronté à cette ignorance, son cœur se brise davantage… Et je ne peux imaginer à quel point cela doit être douloureux…

Mais, si tu passes par là (et je sais que c’est le cas), sois attentif à toutes ces preuves d’amour qu’il t’offre au quotidien :

– quand tu obtiens des fous rires que jamais je n’ai pu lui soutirer…

– quand, parfois, tu rentres du boulot et qu’il te saute dans les bras et te dit « papa, ze suis contente de te voir » (oui, pour les accords, on repassera)…

– quand il te demande chaque soir, toi et seulement toi son papa, pour t’offrir son dernier câlin de la journée…

– quand je t’ai au téléphone et qu’il me dit « moi aussi ze veux parler à papa… »

– quand, chaque soir, lorsque nous rentrons de l’école, il me demande « est ce que papa il est à la maison ? »

Tous ces actes, ces mots, aussi anodins puissent-ils paraître, sont des pépites dont il faut se saisir…

Alors accroche toi et ne doute jamais de l’amour qu’il te porte !

 

Je sais mieux que lui…

50-maman-50-papa

Cette nuit, comme à peu près toutes les nuits, le sept mois s’est réveillé… Une fois, deux fois, trois fois, … Pour un biberon, pour un pet de travers, parce qu’il avait fait la toupie dans le lit et ne savait plus où il était, j’en passe et des meilleures… Respectant notre principe de répartition équitable des « tâches », c’est l’Homme qui s’est levé afin de s’occuper de lui. Evidemment, « l’hyper-contrôleuse » que je suis n’a pu s’empêcher de tendre l’oreille afin d’écouter ce qu’il se passait. Puis, une réflexion, aussi furtive que stupide, m’a traversée l’esprit « il ne sait pas s’y prendre, je vais y aller, je sais mieux que lui »…

Ce matin, au réveil, je me suis questionnée sur cette réflexion. D’où vient-elle ? De quel droit m’octrois-je ce savoir ? Certes, je suis sa maman. Mais il est son papa et il peut légitimement prétendre le connaître aussi bien que moi. Si ce n’est mieux. Car, vois tu, depuis la rentrée, nous avons nos missions respectives : je m’occupe du troizan et l’Homme du sept moi. Le boulot de l’Homme étant plus proche de la crèche et le mien plus proche de l’école, nous avons réparti les choses ainsi.

C’est donc lui qui tous les matins et tous les soirs s’occupe de bébé. C’est lui qui fait les transmissions. C’est lui que la crèche appelle s’il y a un souci. C’est lui qui fournit les repas, sait s’il a bien dormi/mangé/etc. Alors pourquoi saurais-je mieux que lui ?

Cela a pu être vrai lors de mon congé maternité. En effet, mon fils et moi étions H24 ensemble. Je le comprenais alors mieux que quiconque, au plus grand désarroi de l’Homme d’ailleurs. Mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Nous sommes investis, autant l’un que l’autre, dans l’éducation de nos enfants. Comment pourrais-je décemment être plus experte que lui ?

Et pourtant, j’ai cette petite voix intérieure qui insiste, qui ne cesse de me dire « tu les connais mieux que lui ». Je ne parviens pas à m’expliquer raisonnablement ce sentiment.

Il connait nos enfants aussi bien que moi. Il sait où sont les médicaments. Il sait où trouver les fringues, couches, lingettes. Il connaît le numéro de leur médecin. Il sait faire les nez, donner les bibs, préparer les repas. Il sait faire tout ce que je sais faire en somme. Mais rien n’y fait. Je sais mieux que lui…

Et toi, tu connais ce sentiment ? Comment te l’expliques-tu ?

 

 

A toi…

13417624_1173044862739850_4320885401386437712_n

A toi qui m’a accompagnée à chaque échographie… Heureusement que tu étais présent avec ta petite clé USB car, si nous avions compté sur moi, nous n’aurions pas eu de photos de notre fils…

A toi qui m’a offert le plus confortable des cocons durant ma grossesse, anticipant le moindre de mes besoins… Allant même jusqu’à me gaver de chocolat…

A toi qui, le jour de l’accouchement, t’es mis en retrait afin que je puisse profiter du peau à peau avec notre enfant… Sans que j’aie eu besoin de te le dire, tu savais l’importance de ce moment pour moi…

A toi qui a donné le premier bain, de tes mains maladroites… D’ailleurs, aujourd’hui encore, c’est entre tes bras qu’il trouve l’apaisement lorsqu’il patauge dans cette si grande baignoire…

A toi qui, dès lors que tu décèles un signe de faiblesse, me propose de t’occuper des enfants des heures durant afin que je puisse changer d’air… Et même lorsqu’ils ont été « difficiles », tu trouves la force de garder le sourire…

A toi qui, lorsque tu vois à quel point le quotidien peut parfois me peser, trouve le moyen de m’en extirper… Sache que tu composes le numéro du livreur de pizza comme personne !

A toi qui, malgré les kilos « superflus » et la tronche en vrac, trouve le moyen de me faire me sentir belle…

A toi qui cherche n’importe quel prétexte pour faire les nuits auprès de bébé et ce, afin que je puisse me reposer…

A toi qui fais passer mon confort avant le tien…

A toi qui m’encourage et me soutient dans mon rôle de maman…

A toi qui me permet aussi de rester une femme…

A toi qui reste mon roc durant les épreuves…

A toi qui partage mes moments de bonheur…

Même si les mots ne suffisent pas, sache que sans toi, je ne suis pas moi…

PS : à toi qui, en ce moment même, me harcèle de textos afin de savoir comment s’est passé le dépôt de bébé ;). A toi, le meilleur des conjoints, le meilleur des papas, le meilleur des hommes…

 

 

1 2 3 4