Posts Tagged ‘Parent’

La fatigue…

tchoupi-na-plus-sommeil-fatigue

Lorsque tu as un enfant en bas âge, tu assimiles vite le fait qu’il va te falloir apprendre à t’accoutumer à une nouvelle compagne : la fatigue.

Elle s’immisce dans ta vie, sans même que tu l’y ais convié. Pas de premier rencard, pas de premier verre, elle file directement dans ton pieu et s’y installe en prenant toute la couverture. Pas besoin de PACS et autre mariage pour t’engager auprès d’elle, elle ne te quittera plus, sois en sûr.

Parfois, tu penseras te débarrasser d’elle. Tu retrouveras ton pote perdu de vue depuis longtemps : le repos. Le repos lui, est plus fourbe, plus farouche. Il se laisse approcher, toucher du doigt pour repartir aussi vite qu’il est venu. Ses cousins proches ne sont autres que Bip Bip, Speedy Gonzales et Usain Bolt.

Par ailleurs, lorsqu’elle s’immisce, la fatigue vient rarement seule. Elle s’arrange toujours pour créer une espèce de projet X dans ta vie. Elle convie tous ses potes afin de foutre un joli bordel. Parmi eux, tu trouveras à coup sûr : yeux-en-trous-de-pine, cernes-jusqu’aux-nibards et perte-de-neurones. Ce dernier est, en règle générale, celui qui fait le plus de dégât. Un peu comme celui qui laisse une grosse tache de vin rouge sur ton canapé blanc. Il te fera faire les pires absurdités possibles. J’ai d’ailleurs accumulé un joli palmarès à mon actif :

– se tromper de route pour aller au boulot (et s’en apercevoir une fois arrivée à mauvais port)

– habiller bébé avec les fringues du troizan (et s’en rendre compte à la crèche)

– faire couler la cafetière sans café (et se dire « l’est un peu palot mon café ce matin »)

– dire « bon appétit » au mec qui te file ta commande au Mac Do (rester polie, en toutes circonstances, mauvaises tant qu’à faire)

– et, le dernier en date, non des moindres, rédiger un texto à l’ensemble de tes amis pour leur dire « venez chouiller avec nous le 31 décembre » et l’envoyer à la principale du collège dans lequel tu bosses…

Ah oui, je t’ai pas dit ! La fatigue ramène évidemment sa meilleure amie : la honte, surnommée « je-me-cache-maintenant-ou-j’attends-un-peu ».  Elle n’a aucune pitié et a tendance à s’inviter dans des moments délicats type entretien avec ton boss (où tu te surprendras à dire « salut » en lieu et place du traditionnel « bonjour »), repas de famille (où tu oublieras qu’il est des sujets qu’il ne faut pas aborder, type le divorce de tes beaux-parents) et autres réunions à l’école (où tu auras zappé que c’était organisé à la mairie et non à l’école et que donc tu arriveras avec 30 minutes de retard, sous les yeux écarquillés des parents parfaitement parfaits et parfaitement à l’heure).

Bref, la fatigue, lorsque tu deviens parent, c’est un peu comme lorsque tu lis « t’choupi » à ton gamin pour la 2500ème fois : c’est chiant et contraignant mais t’as pas le choix !

Et toi, la fatigue, ça te parle ? Elle squatte aussi ? Elle t’a déjà fait faire des boulettes ?

 

Vos questions / Vos réponses

questions-reponses

Il y a quelque temps, sur Facebook, j’ai proposé que tu me soumettes les questions que tu pouvais te poser en tant que parent. En effet, il arrive parfois que l’on se sente seul(e) vis à vis de nos interrogations. Mon idée était alors d’en rédiger un billet afin que chacun puisse y aller de son expérience. Voici donc aujourd’hui le résultat de mon « recensement ».

Questions pratiques :

  • Question 1: Les méthodes miracles pour que mon enfant n’ait plus peur de l’eau lors du shampoing ?
  • Question 2: Quand avez vous mis bébé dans le lit à barreaux sans le couffin (ou nacelle) ?

Questions repas :

Ma grande ne mange quasiment rien. Concombre, nuggets de poulet, tomates, babybel, des saucissons que tu trouves ici, du kiri, la viande et quelques soupes.. Le reste, elle bouffe pas! Pareil pour le chocolat, elle mange pas tout, le nutella, le kinder et le choco blanc.. de temps en temps, des pims orange mais le reste, rien! Il faut se battre à chaque repas et lui répéter 3200 fois, mange!!!!!!!!!!!! La réponse est toujours la même « ah pardon, j avais oublie »

J’ai ma 5 ans qui me fait souvent des difficultés de manger à table. Peu importe si elle aime ou pas. Elle nous fait la misère. C’est exaspérant. On a essayé beaucoup de choses :-/ Une idée ?

  • Question 3: trucs et astuces pour réussir à faire manger nos enfants

Questions santé :

  • Question 4: Comment soulager un bébé de 6 mois qui a des gazs?
  • Question 5: Quand bébé se tord sur moi, pousse avec ses pieds et chouine, ce sont des  coliques? Si oui, que faire ?

Question psychologique :

Un bébé ne avec des allergies alimentaire +++. Un pseudo papa qui les abandonne (2 ans et demi et 3 mois). Il les prend quelques journées par ci par la jusqu’au jour ou ca le soulera…. et cinq ans après la souffrance de mon fils ressort… pourquoi porte t il ce nom qui ne veut rien dire pour lui a part de la souffrance? Pourquoi maman je devais aller la bas petit??? Il met enfin des mots sur ses terreurs nocturnes, sur son besoin de bouger… mais ces mots sont si douloureux…. (premier rdv cmpp ce matin, j’espère qu’ils vont pouvoir aider mon titou)

  • Question 6: Comment aider/accompagner/soutenir un enfant qui souffre psychologiquement?

Question relation enfant/parent :

  • Question 7: Est ce que les enfants sont plus pénibles quand les 2 parents sont là en même temps??? Chez nous c’est un peu le cas… plus de crises et de colères quand on est tous les deux avec elle à la maison!

Questions organisation :

Pourquoi en tant que maman on manque de temps pour tout ?

Comment se dédoubler voir détripler et réussir toujours à être une bonne moman!!!!!!

  • Question 8: trucs et astuces pour s’organiser au quotidien ? Trouver du temps pour son boulot, ses enfants, son conjoint, soi même ?

 

Pour répondre, mentionne surtout bien le numéro de la question. Et n’hésite pas à témoigner! Qui sait, tu as peut être une piste de solution à proposer…

Et si toi aussi tu as une question, n’hésite pas à me la soumettre. Elle fera peut être l’objet d’un prochain article…

Cette image que nous lui renvoyons…

reflet miroir bébé image

Je suis la première à dire à quel point il faut prêter attention aux mots que l’on emploie avec son enfant. Je suis la première à penser que l’enfant colle à l’image qu’on lui renvoie de lui-même. Je suis la première à dire que cela peut laisser des séquelles. Je suis la première à condamner ces étiquettes. Et pourtant, aujourd’hui, je réalise que je suis probablement celle qui a eu le plus eu ce genre de comportement à l’égard de mon fils…

C’est lors d’une soirée entre amis que le déclic s’est produit. Lorsqu’ils nous ont demandé comment se passait la vie à quatre, nous avons souligné le caractère exemplaire de bébé alors que nous avons pointé le comportement exécrable de notre aîné : « provocateur », « ingérable », « n’en fait qu’à sa tête », etc.  Tout cela évidemment, il l’a entendu. Même s’il était occupé à jouer, il est bien trop attentif à son environnement pour ne pas tendre une oreille dès que l’on parle de lui…

Mais alors comment avons-nous pu ? Comment réagirions nous, adulte, si d’autres tenaient de tels propos à notre encontre ? Je suppose que nous nous défendrions, ou au moins, échangerions à ce sujet. Car nous avons les mots pour nous défendre. Ce qui n’est pas le cas de mon troizan… Non, lui son « arme » c’est lui-même, ce qu’il donne de lui, son corps, son attitude.

Nous, ses parents, ces personnes en lesquelles il a le plus confiance, pensons que c’est un petit garçon ingérable. Alors comment être autre chose ? Si papa et maman pensent que je ne suis pas gentil, c’est que cela doit être vrai…

J’écris ces mots et je me rends compte de l’ampleur que les choses ont prises. Des mois et des mois à le complimenter, le rassurer, le féliciter, l’encourager lorsque nous sommes seuls face à lui. Mais, dès lors que notre entourage nous questionne, nous ne nous faisons pas prier pour dire à quel point nous en bavons. Comment croire qu’il n’ait pas pu être impacté par cela ?…

Je ne nous condamne pas. Nous ne pensions évidemment pas à mal. Et puis nous, parent, avons aussi parfois besoin de vider notre sac. Mais je pense que le comportement de notre fils n’est pas sans lien avec tout ce que nous avons pu médire dire de lui…

Alors il va nous falloir être vigilant. Prêter attention aux mots. Modérer nos propos. Le faire participer à la conversation dès lors que l’on parle de lui (car, en ce qui me concerne, je ne tolèrerais pas que l’on parle de moi sans que je puisse en dire quoique ce soit).

Aujourd’hui, enfin, j’ouvre les yeux… Et j’espère bien pouvoir encore changer l’image que mon fils a de lui-même…

Je tiens le miroir dans lequel mes enfants voient leur reflet. A moi de faire en sorte que ce qu’ils y voient soit beau…

1 2 3 4 5