Posts Tagged ‘Père’

Idée cadeau pour l’Homme

cadeaunoel

« Qu’est ce que tu veux pour Noël ? Rien, j’ai tout ! ». Euh merci chouquette de m’aiguiller dans cette difficile course aux cadeaux. Il est vrai que mon Homme n’est pas « gourmand ». Il sait se contenter de choses simples. Un plaisir au quotidien, sauf à des moments clés comme les anniversaires ou autre Noël.

Cette année, j’ai donc fait turbiner mon cerveau pour trouver quelque chose à offrir à l’Homme. Et c’est sur la route (décidément toutes mes idées, réflexions et questionnements naissent dans ma bagnole ! Il faut que j’y passe plus de temps !) que j’ai trouvé ce qui me semble être un joli présent.

Je ne vous apprends rien lorsque je vous dis qu’être parent c’est chronophage. Beaucoup de temps pour son enfant, peu de temps pour son couple, encore moins de temps pour soi. J’ai donc eu l’idée de créer, pour mon Homme, une espèce de chéquier « bons pour… ». Connaissez-vous le principe ? Il s’agit de bons dont l’autre dispose à sa guise et qui l’acquitte de certaines tâches ou lui permettent de faire des activités. Alors qu’est ce que je compte y mettre ? En vrac (car l’idée m’est venue il y a à peine 30 minutes) :

  • Bon pour une grasse matinée
  • Bon pour un dîner aux chandelles
  • Bon pour une soirée entre potes
  • Bon pour un cinéma en amoureux
  • Bon pour une après midi en solo
  • Bon pour être dispensé de tâches ménagères durant tout un week-end
  • Etc.

Bien sûr, il peut y avoir plusieurs bons du même contenu. J’ignore si cela va lui plaire. Mais j’espère que cela lui permettra de sortir du quotidien, casser la routine de temps en temps. Tout ce que je peux dire c’est que, moi, j’aimerais beaucoup recevoir ce genre de chéquier !

Quant à la forme, j’ignore encore si je vais créer moi-même du contenu (je frôle le niveau zéro de la créativité) ou bien si je vais me fournir sur internet :

bonnoelvierge

Alors qu’en pensez-vous ? Est-ce que cela vous ferait plaisir de recevoir ce genre de présent? L’avez-vous déjà fait ? Bref, j’attends vos avis avec impatience !

L’excuse du père

pèremultitache

Après mon article sur la menace du père, je reviens aujourd’hui avec, une fois de plus, un article sur cette foutue égalité homme-femme, père-mère, masculin-féminin, etc. (encore ?!? mais qu’est ce qu’elle est relou avec ça !). Oui, c’est un sujet qui me tient à cœur ! Pourquoi ? Et bien tout simplement, parce que mon Homme qui s’investit à fond dans son rôle de père, ne récolte que des « épluchures ». Je m’explique.

Hier, l’Homme a déposé le tout p’tit à la crèche. Or, chose qui arrive rarement, sur le trajet, notre fils a généreusement rempli sa couche. Arrivé à la crèche, l’Homme a donc averti les animatrices sur le besoin impérieux d’un changement de fesses ! Dans la journée, il m’explique cet épisode. Je lui dis qu’en toute logique, dans de telles situations, c’est à lui de changer le petit (ça fait partie d’une espèce de pacte secret entre les parents et la crèche). Ignorant cet état de fait, il se sent alors tout honteux et me demande de présenter des excuses pour lui le soir venu aux gentilles dames de la crèche.

Après ma journée de boulot, je vais donc chercher mon fils à la crèche et me fait le digne porte parole de mon Homme « excusez-le pour ce matin, il ne savait pas, et blablabla ». Bref ! Ce à quoi l’animatrice me répond : « oh mais c’est pas grave, c’est un papa ». Hummm… Intéressant… Si tu me connais un tant soit peu, tu sais que cette réflexion m’a fait sortir de mes gongs. Intérieurement hein, je n’allais pas me lancer dans un débat d’idées avec cette gentille dame.

Alors qu’est ce que cela signifie « c’est pas grave, c’est un papa » ? Sous prétexte qu’il est un homme, il n’est pas censé avoir le savoir maternel ? Non parce que tu vois, pour moi, maternel n’est pas un adjectif lié à une femme. Il est un adjectif lié à un être humain. Mon Homme est maternel. Si mon Homme n’a pas changé le fion du petit, ce n’est pas parce que :

  • Il ne sait pas changer une couche
  • Il s’en fout
  • Il refuse de nettoyer les fesses parce que ça pue
  • Etc.

C’est simplement du au fait qu’il ignorait que c’était à lui de le faire. Lorsqu’hier soir je suis sortie boire un verre avec des copines, c’est mon Homme qui s’est occupé du petit. En apprenant cela, mes amies l’ont encensé : « oh la la, tu as de la chance ! », « moi le mien il en serait incapable », « il ne sait même pas donner le bain ».

Alors certes j’ai de la chance d’avoir un Homme qui s’investit autant. Mais, par ailleurs, je trouve ça assez normal finalement. Nous sommes les parents. Nous sommes deux. Il est notre fils. Donc ce que l’un fait, l’autre doit savoir le faire également.

Donc arrêtons de sous estimer les papas. Ils peuvent faire. Ils savent faire. Laissons leur simplement la place de pouvoir le faire…

La menace du père

autorité du père

Hier, en allant chercher le tout p’tit à la crèche, j’ai entendu une réflexion qui a (encore) fait cogiter mon petit cerveau. Je vous cadre la situation :

17h, horaire maudit pour aller chercher son enfant à la crèche : les gamins sont surexcités, les parents sont fatigués, il fait chaud, c’est bruyant. Hier en particulier, c’était un capharnaüm sans nom. A croire que les gamins s’étaient ligués dans la journée pour nous mettre la misère le soir venu. Le tout p’tit n’a évidemment pas échappé à la règle : refus de mettre les chaussettes (pensez vous, c’est bien plus intéressant d’aller farfouiller dans la poubelle), refus de mettre les chaussures (bien plus cool de se rouler par terre), refus de mettre le manteau, refus, refus, refus !

Les parents se regardent, dépités, rassérénés de voir que tout le monde est dans le même bateau… Tous y vont de leur combine : paroles apaisantes, chantage, menace, etc. (Bon je ne te parle pas de l’enfant du blond hein ? Pour lui, tout roule bien évidemment !). Et dans tout ce bordel, qu’ouïs-je ?

« Si tu ne te calmes pas, j’appelle papa ! »

Bon évidemment, sur le coup, je suis bien trop occupée à retrouver le tout p’tit (il était parti dans les bureaux le saligaut !). C’est le soir même, une fois le monstre couché, que j’ai repris tout ça avec l’Homme. Je lui fais part de la remarque et il me répond de but en blanc : « bah oui, c’est la menace du père ! Ta mère t’a jamais fait le coup ? »

Et si en fait, ma mère me faisait systématiquement le coup : pas de bêtise sinon je le dis à papa/si tu continues, j’en parle à papa/tiens toi bien sinon j’appelle papa/etc. Et je me pissais dessus. J’avais peur !

Mais je pensais qu’avec l’arrivée des « nouveaux pères », cette menace partirait aux oubliettes… Naïveté… Pour beaucoup, l’autorité reste le père. J’en reste pantoise. L’autorité n’est ce pas cette chose qui doit être partagée et réfléchit par les deux parents ? Poussons la réflexion : est ce à dire que les parents solo n’ont pas cette autorité  ? Evidemment non…

Mais finalement, ce « sinon  j’appelle papa », d’où vient-il ? Dans mon cas, lorsque j’étais gamine, mon père était porteur de cette autorité car il était peu présent. Ma mère s’occupait de moi pour tout ce qui était « quotidien » et mon père intervenait, à la marge, lorsque je déconnais.

L’autorité serait-elle cette menace portée par le parent moins présent précisément parce qu’il est moins présent ? Ce parent que l’on voit moins, que l’on connait moins et donc que l’on redoute davantage… Une sorte d’épée de Damoclès?

Et chez vous, l’autorité, ça se passe comment ? Partagée ? A l’unisson? Y a-t-il un bon flic et un mauvais flic ?

1 2 3 4 5