Étiquette : progrès

Non, toujours pas…

croissance enfant

Quand tu es parent, tu dois rendre des comptes. Que tu le veuilles ou non, tu as droit à des questions plus intrusives les unes que les autres… Déjà avant même d’envisager la potentielle éventualité hypothétique d’un enfant, tu as droit à un interrogatoire (« vous en voulez au moins ? » ; « c’est pour quand ? »). Puis, de l’annonce de la grossesse jusqu’à … la fin de ta vie, sache que les questions ne cesseront jamais !

Mais, les questions, ce n’est pas ce qui me semble être le plus « grave ». Non, le plus pénible dans tout ça, c’est ce petit ton jugeant et culpabilisant qu’il y a derrière… Tu sais le fameux « je te pose une question » pour, en réalité :

  1. Te dire, qu’en fait, mon enfant à moi le fait depuis bien longtemps
  2. T’inquiéter parce que ton enfant à toi ne le fait toujours pas et n’est pas prêt de le faire d’ailleurs
  3. Te culpabiliser en tant que parent parce que peut être que c’est de ta faute tout ça…

Bref, du bonheur en barre ! Donc, pour répondre aux curieux, voici une liste de choses que mon fils ne fait toujours pas (et je te garantie qu’il excelle dans le non-savoir-faire!) :

  • Non, mon fils n’est toujours pas propre

Il sait ce qu’est un pot. Il en connait l’utilité. Toutefois, chaque fois que je lui propose, j’ai droit à un « Non !!!!! » catégorique (qui me rappelle un tantinet la réplique dans « La Planète des Signes : les origines). Mais, sois rassuré(e), je me rencarde déjà pour des couches qu’il pourra porter jusqu’à ses 20 ans. D’ailleurs, je suis sur un coup avec Tena !

  • Non, il n’a toujours pas abandonné la tétine

Et oui, mon fils ressemble à Maggie dans la famille Simpson. Avec les litres de bave qui vont avec ! Impossible de lui retirer cet engin ! Je pense qu’une fusion s’est établie entre lui et sa tote. Je lui arracherais un bras, cela reviendrait au même ! Et puis après tout, ce sera à lui d’assumer lorsqu’il entrera au collège !

  • Non, il n’est toujours pas passé au lit de « grand »

Pire, il dort encore avec une gigoteuse ! Et ouais, honte à moi, je tiens trop à ma tranquillité… Tant que mon deuzan pionce dans son lit à barreaux, qui plus est contentionné dans sa gigot’, je peux encore croire en une pseudo liberté… D’ailleurs, je me rencarde sérieusement pour un lit King Size à barreaux (si t’as des tuyaux, je suis preneuse !).

  • Non, il ne fait toujours pas de phrase

J’ai bien droit à des suites de mots « Maman merci Kiri sitouplé » mais je ne suis pas sûre que l’on puisse considérer ça comme une phrase… Et puis qui a dit que, sans verbe, on ne se faisait pas comprendre ?!? Je pense qu’il sera parfaitement au point pour l’épreuve de philo d’ici 15 ans…  D’ailleurs, peut être que d’ici là, elle se fera sous la forme de SMS !

Bref, tout cela me fait plus marrer qu’autre chose. Non je ne m’inquiète pas du fait que mon enfant n’ait pas encore acquis telle ou telle compétence. Je préfère m’attarder sur ce qu’il sait déjà faire (comme me dire, tous les matins, « bisssou maman ! »). Et puis après tout, s’il veut encore faire dans sa couche tout en ayant sa tétine à 20 ans, ça le regarde…

Et toi, tu connais ces questions culpabilisato-jugeantes concernant tes enfants ? Tu y réponds quoi ?

 

La malédiction du « ça fait longtemps que… »

malediction

Samedi soir, mon beau père vient taper une grillade, nous discutons tranquillement à table quand vient la question fatidique : « et niveau sommeil, vous en êtes où ? ». Nous, de lui sortir notre plus grand sourire : « oh la, ça fait des mois qu’on est tranquille de ce côté-là maintenant ! ». Pas besoin d’aller plus loin car je sais que tu as pigé la suite : nous avons passé une nuit de merde. Des mois que ça n’était pas arrivé… Et là, aussi peu croyante tu peux être, tu te dis : quelle force de l’au-delà est en train de se foutre de moi ???

Autre exemple : hier soir, je dis à l’Homme « et si tu décalais le réveil ? De toute façon, le petit est réglé comme une pendule. 6h30 tapantes, nous serons debout… ». Je te le donne en mille : réveillés à 7h30 par les éboueurs. C’est ainsi que nous avons joué le remake de « Maman, j’ai raté l’avion ». La douche, c’est une formalité et le café, c’est pour les faibles ! Autant te dire que c’est avec les yeux en trous de pine que je rédige ce billet…

C’est tout de même incroyable cette capacité qu’ont les enfants à chambouler quelque chose que tu pensais acquis :

  • Mon fils, les bibs, c’est fini depuis bien longtemps ! Et le soir même, tu te retrouves des mois en arrière à donner le biberon à ton gamin
  • Mon enfant est hyper bien adapté à la crèche maintenant, plus de souci ! Et le lendemain, tu as le droit à une scène tout droit sortie d’une dramaturgie shakespearienne…
  • La propreté ! Oh bah nickel maintenant ! Et, quand vient la nuit, tu te retrouves à 3 du mat’ à changer les draps du lit. Enfin ça j’imagine hein, car la propreté, on en est loin (remarque, si je l’écris, peut être que mon fils va daigner aller au pot ce soir qui sait…).

Alors, comme tous les parents, tu deviens superstitieux :

  • Tu touches du bois quand tu dis que tout va bien
  • Tu laisses une lumière allumée le soir car, la dernière fois que tu l’as éteinte, tu as passé la pire nuit de ta vie
  • Tu finis tes phrases par « mais je suis sûre que maintenant que je t’ai dit ça, ça va repartir de plus belle…»
  • Tu n’oses pas jeter les médocs car tu te dis que, sitôt à la poubelle, ton gamin va de nouveau tomber malade…

Bref, devenir parent, c’est aussi devenir un peu pété du casque…

Rassure moi, toi aussi tu as observé ce phénomène ???