Étiquette : projet

Et si j’osais : ouvrir un café des mamans

Ambiance-cocooning-salon

Depuis quelques temps, je me laisse aller à imaginer tenir un café des mamans. Un cocon où les mères pourraient penser à elles. Un endroit où elles pourraient exprimer leurs émotions. Un lieu au sein duquel elles se sentiraient chez elles… C’est beau hein ? Ouais, j’trouve aussi ! Surréaliste ? Peut être pas…

Pendant mon congé maternité, j’ai vécu l’enfer. Je t’en ai déjà parlé ici. Si j’avais eu un tel endroit à ma portée, y serais-je allée ? Je ne pense pas… Mais peut être que d’autres auraient sauté le pas. Peut être que, par chez moi, il existe des mamans qui se sentent isolées. Des mamans qui, même si elles sont entourées, n’osent pas parler. Des mamans qui se noient dans leur rôle de mère et qui aimeraient avoir du temps pour elles…

C’est ce que j’aimerais offrir à ces femmes. Et oui l’esprit « Je ne suis pas qu’une mère » appliqué IRL. J’imagine un local aménagé comme un appartement. Où chacun puisse aller à sa guise. Avec des gâteaux et du café chaud dans la cuisine. Avec des magazines qui trônent dans le salon. Avec des DVD et des bouquins dans la bibliothèque. Comme à la maison. Sauf que là, c’est du temps pour soi uniquement. J’aimerais offrir un espace où les mamans pourraient parler de leurs enfants mais où elles pourraient parler surtout d’elles. Exprimer leurs craintes, angoisses, inquiétudes mais aussi joies, bonheurs, émerveillements…

J’imagine des ateliers aux diverses thématiques avec un mot d’ordre : le bien être des mamans. J’imagine des partenariats avec des établissements de ma ville. J’imagine des sorties organisées. J’imagine, j’imagine, j’imagine…

Mais est ce bien raisonnable ? Et surtout est ce réalisable ? J’entraperçois le parcours du combattant qui m’attend si je me lance dans cette aventure. Et j’ai la trouille ! Et si ça ne plaisait pas ? Et si ça n’intéressait que moi ? Et si j’investissais temps et argent pour du flan ? Et si, et si, et si…

Tout ça pour dire que je pense commencer à travailler le projet. A voir de quelle façon les choses pourraient se concrétiser. Et si j’écris un article à ce sujet c’est aussi pour vous dire que je vais avoir besoin de vous. Comme d’hab me direz vous… Il se peut que je vous questionne, que je sollicite votre avis, que je vous ponde des questionnaires, sondages et autres. Car vous êtes MA ressource.

Alors, vous en dîtes quoi? Attention, honnêteté absolue hein! Pas de ça entre nous!

Le trahir…

maman attend un bébé

Si tu me suis, tu sais que d’ici peu, nous allons, l’Homme et moi, nous lancer dans l’aventure bébé2. Ceci n’est évidemment pas sans soulever son tas d’angoisses, de craintes, d’inquiétudes, d’appréhensions. Un sentiment qui revient régulièrement à moi est celui de la trahison… Je m’explique.

Vois tu, cela fait bientôt deux ans que notre tout p’tit est entré dans notre vie. Deux années d’exclusivité. Deux années où notre fils a ses deux parents rien que pour lui. Tu me vois venir ou pas ? Et bien ma crainte, c’est qu’à l’arrivée de bébé 2, mon tout p’tit ne se sente « trahi ».

Alors oui, c’est con, insensé, ridicule ou autre. Toujours est-il que c’est ce que je ressens. J’ai peur qu’il ne se sente rejeté. Evidemment, nous ferons tout pour éviter qu’un tel sentiment ne naisse en lui. Mais finalement, n’est ce pas une phase « normale » lorsqu’un second enfant pointe le bout de son nez ?

Hier soir, mon fils est venu se blottir contre moi. Il m’a semblé si petit, si fragile, si vulnérable. Et je me suis dit : « non, on ne peut pas lui faire ça.. ». Ce sont sans doute mes préjugés de fille unique qui s’expriment (et les préjugés, on le sait, c’est nul !). Jamais je n’ai connu ce lien de fratrie. J’ignore la valeur de cette relation. Tout ce que je me dis c’est : il va penser qu’on veut passer à autre chose…

Je sais d’ores et déjà qu’il va falloir qu’on le prépare. Qu’on lui explique. Qu’on se projette. Je crois que je sous estime ses capacités de compréhension. Mon tout p’tit va avoir deux ans. Mon tout p’tit va peut être bientôt devenir grand frère. Mon tout p’tit n’est plus si tout p’tit…

Et chez toi, l’arrivée du second (ou des suivants), ça s’est passé comment?

Et donc j’ai été conviée à une réunion Tupperware…

tupperware

Avertissement préalable : je n’ai absolument aucun grief contre les Tupperware. J’en possède moi-même quelques uns chez moi. Nous entretenons des relations cordiales.

Cette semaine, une de mes voisines m’a conviée à partager un moment ensemble autour de ces petites boites. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai reçu son texto… Je me suis dit « et bah ma grande, ta vie a bien changé on dirait ! ».

Petite, j’avais de grandes ambitions professionnelles. Je voulais être psychocriminologue. Et j’y suis arrivée. Je suis diplômée en psychologie avec une spécialité en crimino. Mais je n’ai pas concrétisé mon projet (mon stage de dernière année m’a vachement refroidie). A la sortie de mes études, j’aspirais à un climat professionnel plus serein.

Entre temps, j’ai rencontré l’Homme. L’un comme l’autre étions des célibatants aux crocs acérés prêts à conquérir le monde ! A l’époque, ni lui, ni moi ne voulions d’enfant. Nous nous concentrions essentiellement sur notre carrière…

Puis, le temps a fait son œuvre. L’Homme a laissé sa brosse à dents dans ma salle de bain (j’ai frôlé le traumatisme). Nous avons cherché un appartement. Puis nous avons fait construire une maison. Nous avons accueilli le tout p’tit. Nous vivons dans un petit lotissement tout mignonet en mode Wisteria Lane. Nous faisons des soirées avec nos voisins. L’été, nous organisons à l’arrache des barbecues dans la rue (l’avantage de vivre dans une impasse…). Nous taillons le bout de gras en rentrant du boulot…

Et voilà qu’aujourd’hui, nous parlons bébé 2… Nous allons jusqu’à évoquer le fait d’avoir une tribu plus grande… J’ai des horaires de bureau. Je fais popote et ménage. Et même que je fais des desserts !

Parfois je me dis qu’elle est bien loin la petite fille avec de grands projets professionnels… Celle qui s’imaginait bosser à New-York en vivant dans un grand duplex près de Central Park… Loin de moi l’idée de me plaindre de mon sort, bien au contraire… Mais il est « marrant » de constater à quel point la vie nous réserve bien des surprises…

Bref, j’ai été conviée à une réunion Tupperware… Et toi, tes projets d’enfant? Concrétisés? Abandonnés?