Posts Tagged ‘quotidien’

Les adultes aussi ont besoin de rituels…

todo

On connait l’importance des rituels pour nos chères têtes blondes. On sait ô combien cela peut être rassurant, apaisant pour eux d’avoir un cadre et des limites. Et finalement, je me demande dans quelle mesure cela ne serait pas valable pour nous, adultes ? Je m’explique.

Pour ceux et celles qui m’ont lu ces derniers jours, vous savez sans doute que j’ai décidé de reprendre ma vie en main. Non pas qu’elle partait en sucette mais c’était un peu le chaos niveau organisation. Depuis vendredi (oui je fais ma maligne mais c’est tout récent), j’essaie de reprendre le contrôle. Je liste ce qu’il me faut faire. Je priorise. Je me fixe des objectifs. Mais le plus important dans tout cela est que je me donne des délais. Et oui, car noter dans le vent ce qu’il faut faire, et bah j’y arrive pas. Je suis bête et disciplinée. Tu me dis « il faudrait faire ça », je te réponds « oui, oui » sans jamais m’y atteler. Par contre, dis moi « tel jour, tu fais ça », je te réponds « chef oui chef ». (Par contre sache aussi qu’il n’est pas de bonne augure de me donner des ordres. Les paroles que je retranscris ne sont que le résultat d’un dialogue intérieur).

Revenons à nos moutons. S’organiser c’est bien, se fixer des délais c’est mieux. Mais ça, je m’aperçois que cela ne vaut pas pour le quotidien. C’est surtout efficace pour l’extra-ordinaire : faire les courses pour la déco de Noël, prendre rdv chez le doc pour le tout p’tit, appeler pour réserver une place au spectacle samedi, etc. Pour toutes ces tâches, il me faut me fixer un jour et même plus, un horaire. Plus les choses sont cadrées, plus je respecte mes objectifs, mieux je me sens.

Concernant cette histoire de rituel… Je me suis rendue compte que pour les tâches du quotidien, il était difficile de se fixer des créneaux précis. Faire les lessives, les courses, le ménage, etc. sont certes des activités indispensables mais qui doivent bénéficier d’une certaine marge de manœuvre. En effet, difficile de prévoir les aléas du quotidien. Donc je me suis instaurée des « balises » :

  • Mercredi et samedi : lessives
  • Vendredi tous les 15 jours : courses
  • Tous les deux jours : aspirateur
  • Etc.

Rien de bien contraignant en soi… Je fais ces tâches ménagères quand bon me semble. Par exemple ce matin, je commence un peu plus tard. Je vais donc en profiter pour passer l’aspi. Il se peut aussi que ce soit pendant ma pause dej. L’essentiel étant que ce soit fait (et plus je m’obligerai à le faire, moins de temps cela me prendra).

Par ailleurs, s’il est une chose que je m’oblige à faire en continu c’est ranger. Par exemple, avant, le samedi, lorsque le tout p’tit déballait tous ses jouets dans le salon, je me disais « mouarf pas grave, de toute façon à quoi bon ranger, il va tout ressortir demain ». Alors certes, ce qui doit arriver arrive. Le dimanche c’est à nouveau le bordel. Mais plusieurs bénéfices à se contraindre à tout ça : ne pas se laisser déborder lorsqu’il s’agit de ranger, avoir une  vraie maison (et pas une crèche), rentrer le soir et se sentir bien, aller se coucher et se dire que tout est clean, etc. Comme je le disais dans un précédent article, c’est un véritable cercle vertueux. C’est même assez galvanisant finalement !

Evidemment tout cela exige une discipline stricte. Il faut s’habituer (se forcer !) à ces rituels afin qu’ils deviennent automatiques. Pour certains, ce que j’écris va leur sembler l’évidence : ranger sa maison bah oui et alors ? faire ses courses un jour donné, le scoop !! Sauf que j’ai besoin de l’écrire pour m’encourager à continuer, pour voir les efforts fournis, pour éventuellement me relire les jours où j’aurais un coup de mou…

Parce que finalement, grâce à cette organisation, j’ai passé un dimanche tout en douceur. Mon fils s’est réveillé. Nous avons déjeuné. Nous avons joué. Je lui ai donné son bain : un bain à rallonge comme je n’ai pas l’occasion de le faire la semaine. Puis, apaisé, il a fait une sieste d’1h (ce qui m’a permis de suivre certains enseignements du FUN). Nous avons déjeuné puis nous sommes allés au marché de Noël. Il a crapahuté. Beaucoup. Ce qui fait qu’il a refait une sieste de 2h30 l’après midi (cette fois, j’en ai profité pour prendre un bain et m’occuper de moi).  Pas une chouinette durant ce dimanche. Que de bons moments. Comme si mon fils savait que j’étais complètement disponible (psychiquement et physiquement) pour lui.

Ritualiser, baliser, organiser et quadriller autant que possible…. Pour pouvoir profiter pleinement de son temps…

On fait le bilan calmement…

bilan

Aujourd’hui, je reviens pour faire un petit bilan à J+2 de mes bonnes résolutions (toujours de la fin d’année 2014). Depuis que j’ai rédigé mon dernier billet, je n’ai pas chômé ! Place au listing :

  1. Vendredi
  • Courses
  • Pharmacie : pour faire le plein de vitamines pour l’hiver
  • Ménage à fond : ça m’aura pris tout de même 5h !
  • Sieste : de 10 minutes (réveil à l’appui) pour se requinquer !
  • Bain : bah oui, pour éviter les courbatures dues au ménage…
  • Repas : et même que j’ai fait du pain !!!
  • Film lovée contre mon Homme une fois le tout p’tit couché…
  1. Samedi
  • Coiffeur pour le fiston
  • Magasin pour la décoration de la table de Noël : j’ai tout, manque plus que la bouffe !
  • Déménagement de la salle à manger
  • Récupération de sacs de granulés pour le poêle (on devrait tenir jusque début mars)
  • Re-ménage : à minima dans la mesure où le « fond » est fait…

Alors comment je me sens aujourd’hui ? Je suis littéralement crevée mais happy !!! J’ai le sentiment d’avoir fait quelque chose de mes journées. Tout ça est une question de cercle vertueux finalement. Plus tu en fais, plus tu te sens motivée pour en faire davantage. Jusqu’alors j’étais plutôt dans un bad mood (comprenez humeur de merde où t’as rien envie de faire mis à part chonchonner). Cela m’a fait penser à l’émission « C’est du propre ». Rassurez vous, je n’en étais pas là. Mais, dans le fond, je peux comprendre à quel point il est facile de se laisser déborder par les évènements : « je ferai ça demain » devient « on verra la semaine prochaine » puis « pfff, ça sert plus à rien, c’est tellement le bordel ! ».

Bref, je me suis fixée des objectifs. Tout est annoté dans mon cher et tendre Mémoniak. Je le traîne désormais partout : je pense à un truc, je note et J’ARRETE DE PROCRASTINER !!! (oui je m’auto-engueule). J’essaie de quadriller ce qui est potentiellement contrôlable (courses, ménage, rendez vous divers et variés, …). Ce faisant, peut être retrouverai-je des temps où je pourrai vraiment profiter du moment (plutôt que de ruminer sur « il me reste ça, ça, ça et ça à faire »).

Parce que finalement, la liberté ne passerait-elle pas par un minimum d’organisation ?…

PS (suis très fan des PS moi en ce moment) : « on fait le bilan calmement », dis moi que je ne suis pas la seule à connaître cette chanson…

Il y a les Jouets… et les jouets…

On m’avait dit « mais non, t’inquiète, tu vas les rentabiliser tes jouets. Il est encore petit. Bientôt il va s’y intéresser ». Bon il semble bien qu’aujourd’hui, je peux enfin répondre : et mon c** c’est du poulet !

Petit état des lieux des « jouets » préférés du tout p’tit :

jouets

  • La classique télécommande

L’indémodable, que dis-je, l’indécrottable jouet de nos chers bambins. Quoi de plus drôle que de piquer l’objet aux mains des chers parents et de zapper à tout va, de préférence pile au moment fatidique : par exemple quand Cristina et Owen se retrouvent dans Grey’s Anatomy !

  • La boîte

Mettre des trucs dans une boîte, les retirer puis les y remettre, les enlever à nouveau, etc., etc. Le tout p’tit peut y passer facile deux heures dans une journée. Ca me fascine ! Vous imaginez comme la vie serait belle si nous nous contentions de plaisirs simples comme celui-ci…

  • La dînette

Je l’ai déjà évoqué, le tout p’tit vous un culte à l’art de la table. Touiller, transvaser, fouetter, mélanger et bien évidemment nous donner la béquée… Et oui, vive l’imitation !!! Nous lui donnons à manger, en contrepartie nous devons goûter à sa nourriture imaginaire… Et je peux vous dire que j’en ai bouffé des kilos de rien !

  • Les magazines

Le tout p’tit a ses propres livres. Vous savez ces imagiers qui vous coûtent un bras et un œil. Mais non… C’est tellement plus fun de piquer les bouquins des parents ! La dernière fois, il m’a déchiqueté mon Cosmopolitan avant que j’ai eu le temps de le lire. Heureusement que c’est mon fils car cela est passible de coups de fouet en place publique par chez moi ! Et la nounou qui me dit « ton fils adooooore les livres ! ». Euh non, non, mon fils adoooooore déchirer les pages…

  • Le gel visage

Et en particulier le petit bitoniot qu’on applique sur la face qui permet, je cite, de « nettoyer pore par pore ». Et bien, le tout p’tit, peut être dans un souci d’esthétique, adore ce petit machin blanc. Preuve en est que je l’ai retrouvé ce matin dans son lit : il avait dormi avec le bougre ! Vous croyez qu’il se fait des soins du visage la nuit ???

  • Les tampons

Alors là, je vous l’accorde, on frôle le ridicule. Mais que voulez vous, il en est fan. Il est tombé malencontreusement sur la boîte (et oui, encore une histoire de boîte) et depuis, c’est l’un de ses jouets fétiches. Je vous rassure tout de même, ces petits machins restent dans leur emballage. Je ne sais pas, c’est peut être la couleur ou encore le bruit du plastique… Et oui, entre l’Elefun et les tampons, mon fils a choisi !

Bon, je pense avoir fait le tour des actuels jouets fétiches du tout p’tit. Remarquez, de quoi je me plains, au moins je n’investis pas dans des jeux qui coûtent la peau des fesses… Et bien si! J’achète des trucs de dingue en me disant : youhou, j’ai trouvé LE jouet!  C’est beau la naïveté…

1 2 3