Posts Tagged ‘Temps’

Une juste répartition du temps…

temps qui passe

Lorsque je suis devenue maman, je me suis donnée corps et âme à mon fils… A tel point que j’en ai perdu pied. Je n’existais plus que par et pour lui. En permanence à ses côtés, répondant à la moindre de ses sollicitations, je me suis « atrophiée » afin qu’il se développe…

Aujourd’hui, mon cinquan apprend difficilement à jouer seul. Il a constamment besoin de l’étayage de l’adulte. Quelle est la part de sa personnalité et/ou de mon surinvestissement dans cet état de fait, je ne le saurais probablement jamais…

Toujours est-il qu’il en est un qui pâti de tout cela. Mon deuzan. Petit dernier qui, contre son gré, est amené à grandir bien trop vite. Non pas que je m’en plaigne, bien au contraire. J’aime voir mes enfants gagner en autonomie. Toutefois, j’ai l’impression de le priver de quelque chose.

Objectivement, je sais qu’il m’est impossible de lui donner autant qu’à son frère. D’ailleurs, je ne le souhaite pas. Je ne veux plus me « sacrifier » comme j’ai pu le faire par le passé. L’épanouissement de mes enfants dépendant en grande partie du mien, je ne veux plus rogner sur ce que je suis.

Mais il est un équilibre que j’aimerais atteindre. Le juste équilibre. Le parfait équilibre oserais-je dire… Celui qui permettrait que je donne à chacun des membres de ma famille, moi y compris, le temps de qualité qu’il mérite…

Car, si je regarde de plus près, c’est encore bel et bien mon cinquan qui accapare principalement mon attention et mon temps aujourd’hui. Le deuzan, quant à lui, passe davantage de temps avec son père qui se charge de le déposer/récupérer à la crèche. De fait, je ne vois que très peu mon petit dernier. Lui comme moi sommes en manque de « nous ».

Sans oublier mon couple qui, ces derniers temps, s’efface au détriment de notre investissement auprès de nos enfants…

Evidemment, j’ai bien quelques idées pour tenter d’atteindre une homéostasie satisfaisante pour tout le monde. Organiser des moments privilégiés avec chacun d’eux, le soir ou le week-end. Tenter, dans la mesure du possible, de nous préserver des instants avec l’Homme, enfermés que nous sommes dans notre rôle de parent… Sans m’oublier moi, dans tout ça…

De toute évidence, être mère ne s’arrête pas à donner naissance, ni même à élever son enfant… Cela va bien au-delà… Je dirais qu’il s’agit d’une perpétuelle remise en question qui, chaque jour, te fait évoluer en tant qu’être humain…

Et toi, la répartition des temps ? Tu en es satisfait/e ? Tu arrives à combler les besoins de chacun ? Les tiens y compris ?

Il me manque…

couple main dans la mainCe matin, je me suis réveillée, encore plus fatiguée que la veille… Tu étais déjà levé, en train de donner son biberon à bébé. Je me suis occupée des enfants pendant que tu prenais ta douche, puis tu as pris le relai lorsqu’a été mon tour de me laver… Ce matin, comme beaucoup d’autres en ce moment, nous avons à peine échangé deux mots… Ce matin, nous nous sommes croisés, comme deux simples colocataires… Ce matin, le manque de toi s’est encore installé davantage…

Nous avons beau lutter, nous ne trouvons plus l’énergie pour notre couple… Il faut dire que les nuits hachées et les maladies infantiles multiples et incessantes ne nous aident pas… Les journées se suivent et se ressemblent. L’adage « métro-boulot-dodo » n’aura jamais été aussi approprié…

Nous en discutons régulièrement (enfin sur les cinq minutes que nous trouvons à partager dans la journée). Nous essayons de nous rassurer en nous disant que cela va passer. Malgré tout, les faits sont là : nous ne sommes plus que des parents…

Je sais, pour en avoir des exemples dans notre entourage, à quel point les choses peuvent rapidement dégénérer… Le manque d’attention au quotidien, la vie en parallèle, la fatigue, la lassitude, la routine, etc.,  autant de petits riens qui peuvent faire vaciller un couple… Je ne veux pas être de ceux là…

Il va de soi que mes enfants comptent plus que tout ! Mais mon Homme est mon pilier. Mon repère. Sans lui, je ne peux avancer. Bien sûr, je vais continuer de fonctionner. Je vais faire les choses, par nécessité. Mais il me manquera cette petite lueur dans l’obscurité.

Et, en ce moment, cette lueur, je ne l’aperçois plus…  Alors, si tu me lis, sache que tu me manques… Et que, sans toi, je ne suis qu’à moitié moi…

 

Je ne veux plus délaisser mon couple…

couple-diner

J’entame aujourd’hui la troisième étape de mon programme « reprise en main ». Pour rappel, les deux premières phases concernaient le fait de « prendre du temps pour soi » et « ne plus passer son temps à courir ». J’essaie d’appliquer au quotidien mes nouvelles résolutions, en particulier celles consistant à s’accorder, chaque jour, un petit plaisir. Et je dois bien avouer que cela me fait beaucoup de bien. Aujourd’hui donc, je reviens pour aborder la thématique « couple ».

Deux enfants en bas âge, deux boulots prenants, la logistique à gérer, la fatigue, rien de tel pour mettre de côté son conjoint. Or, s’il est une donnée que jamais je n’ai oublié c’est qu’à l’origine, il y a le couple. Notre maison, nos enfants, notre foyer, c’est de notre amour qu’est né tout cela. Ainsi, lorsque je vois parfois, qu’avec l’Homme, nous nous croisons à peine le temps d’une journée, cela me désole.

Je pense que, malheureusement, mon conjoint et moi avons perdu en « spontanéité ». C’est somme toute logique lorsque l’on regarde tout ce que nous avons a géré par ailleurs. L’énergie n’est souvent plus là pour se retrouver. Fatigue et lassitude prennent le pas sur le reste. Aujourd’hui, nous préférons nettement grappiller quelques heures de sommeil plutôt que de se poser, le temps d’une soirée, à discuter avec un bon verre de vin (oui, le vin est important pour discuter).

Or, je ne veux plus que les choses soient ainsi. Quoique l’on fasse, la fatigue sera là. Notre sept mois ne fait toujours pas ses nuits. Nous passons nos journées à bosser. Nous avons une maison à gérer. On ne peut pas lutter contre ça. Il nous faut en prendre notre parti : nous sommes fatigués. Toutefois, je pense qu’il est indispensable de distinguer fatigue physique et fatigue psychologique. Selon moi, la première peut difficilement être domptée (sauf en dormant, ce que bébé ne nous permet pas actuellement). Par contre, il me semble que l’on peut davantage agir sur la seconde.

A mon sens, la fatigue psychologique résulte d’un doux mélange de routine et lassitude, où les jours se suivent et se ressemblent sans que rien ne vienne « casser » le train-train quotidien. C’est cette forme de fatigue que je cherche à dompter en m’accordant, chaque jour, un petit plaisir personnel. Et je pense que c’est précisément à cet endroit que le couple peut intervenir. L’échange avec le conjoint, se retrouver en tant qu’homme et femme (et non plus en tant que parent) est une ressource qu’il importe, à mes yeux, de ne pas négliger.

C’est ainsi que, depuis le début de la semaine, nous nous sommes accordés des moments en tête à tête avec mon conjoint : une pause déjeuner, un apéro, … Il ne s’agit pas de passer le maximum de temps ensemble mais du temps de qualité : des moments où les enfants sont couchés, où nous ne pensons pas au boulot, où nous ne sommes pas aux prises avec d’autres activités.

Nous avons donc décidé de systématiser les choses. Nos résolutions : s’accorder deux moments privilégiés dans la semaine, un déjeuner et un dîner. Cela peut sembler assez simpliste mais, en l’état actuel des choses, nous ne pouvons guère mieux. Evidemment, cela ne nous empêchera pas de nous retrouver par ailleurs, si le temps nous le permet. Nous nous sommes également fixés une « mission » : les enfants ne doivent pas être à l’ordre du jour. Il s’agira vraiment de moments où nous nous centrerons sur nous, nos états d’âme, nos envies, nos projets,…

Pour que la mère laisse place à la femme… Et pour ne jamais oublier qu’à l’origine, il y a le couple…

 

1 2 3